Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2005 7 06 /11 /novembre /2005 00:00

 

 

 Le soleil darde ses rayons dans la cuisine ......

 

                                                                 

                                        c'est le 6 novembre, et un panétone trône au milieu de la table du petit déjeuner; ces 3 éléments me rappelle mon père chéri, connu sur le tard...

                                                     Le panétone, car c est une partie de sa jeunesse passée au Boscodon, a Savone, pres de Gênes, en Italie....

                                                     Le 6 novembre car c est sa date de naissance en 1911, il aurait aujourd hui 94 ans...

                                                   Parti trot tôt en 1978, pas encore 67 ans....

                                                  Le soleil, l'élément nature qu il aimait...Maintenant sa tombe recoit  le soleil du matin face à la mer, au cimetierre de l Est, à Nice......

                                                Je le revois encore avec ses manières Britich.....: costume anglais, coupe de draps ou tissu Prince de Galles, la démarche à pied, ample, le buste porté en avant, serrant dans sa main ses gants en agneau...

                                               La façon de s' assoir, remontant le pli de son pantalon, cherchant dans sa veste, son étui à cigarettes en argent, l'ouvrant , en sortant une, la tapant sur le dos de sa main...

                                               Toute une préparation avant de fumer....

                                               Sa coiffure à la brosse, en arriere, son rictus à la commisure des lèvres, faisant fossettes ,histoire de dire: "à moi , on la fait pas!......"

                                              Mon père, cet être, à tous point de vues ,exceptionnel , doté d un grand egoïsme, mais les autres qualites qu'il avait ,faisaient oublier cet avatar...

                                              Il avait cette culture de l'autre siècle, qui voulait qu'un homme de son monde parle plusieurs langues; il en parlait et écrivait 5: l'anglais, l'Allemand, l'Espagnol, l'Italien et le latin, en plus du Français.. Il entretenait tout cela, par les lectures des grands écrivains de ces différentes langues...

                                             Un egoisme ,sans doute ,pour lui, naturel ,quant on naît seul , qu'on est elevé seul, que votre mère vous accorde tout, que les fillles vous tournent autour,que vous êtes beau, qu' on vous le dit, qu'elles tombent dans son lit comme des mouches..quand il était jeune...

                                             Et même pour le mariage (son second mariage) avec ma maman, ils firent cette photo, qui en dit long sur leurs beautés respectives, avec quand même 12 ans de fifférence et cela ne se voit pas :

                                             Un jour ,sa mère lui demande: "Pierre ,que veux tu faire dans la vie?" et lui de repondre: je veux etre hôtelier, je veux voyager, j'ai le don des langues!"

                                              "Pourtant, Pierre, ce n'est pas la tradition familiale, notre milieu, ;soit, il nous arrive de voyager, mais sais tu ce que cela implique d'études, de sacrifices ,de disponibilites aux autres?"

                                            " Cela ne fait rien , j'irai jusqu'au 2 bacs et puis il y HEC à faire !"

      

                                            Comme sa maman Marie ne lui refusait rien, et qu'il en avait les capacités , c'est ce qu'il fit. 

                                           Grand, yeux marrons , de grandes mains, qui ont connu le clavier du piano, jouant Eric Satie, Fauré, Chopin, Litz...

                                          Coté tendresse , il l' a du l'être, mais plus pudique avec nous; pourtant j'ai retrouvé quelques photos de lui avec mon frère, en 1949, à Nice:

                                          Même  ,1 an avant sa mort, sur  la place de Vintimille ou  sur un café, il avait encore la capacité ,comme un conteur, avec gestes, intonation, grimaces, mise en situation, de raconter et captiver un auditoire de 20 ou 30 personnes, avec  ses recits de rencontres..et de vies....:

                                         Avec le Roi d angleterre abdiqué, remarié avec son américaine, avec lequel il jouait au tennis...

                                       Gaston Deferrre, saluant chapeau bas, mémée Guérini(truand notoire), au Noailles a Marseille.......

       (tiens ,voilà une photo du temps de Marseille

et de celle où il avait un abonnement

des transports parisiens)

 

                                     Mitterand quant il faisait partie de la SFIO, jamais un sou vaillant en poche.....quand il descendait à l'hôtel....

les Anecdotes:

                                   Le tournedos  Rossini de la gare de Lyon , qui n' en était pas un et qu après avoir convoqué le chef, a obtenu d en avoir un dans les règles. et au meme prix indiqué sur la carte..

                                   Les changements de mobilier pour les gens fotunés, dans les Hôtels...

                                    Les différentes situations cocasses, liées à son métier et l'ouverture d'esprit nécessaire pour faire ce métier...

                                  Son entrefilet de vie, quand marié 1ere fois, à la fille d'un hôtelier, mr julien Coné Andrée,  à Verdun,tenant l' hotel du Coq Hardi, requisitionné par la Kommandantur,......

                                Tout cela, il le racontait, en italien, pour son auditoire, ou en francais, ajoutant pour faire plus vrai des locutions en anglais , en allemand, quand c etait les personnages qui s exprimaient ds son recit.....

                               Il m a fait connaitre les vins, leur histoire, les wisky...aussi.

                               Il avait été apres la guerre , le premier, à Nice à instaurer une participation dans les hotels auquel il partageait la directionl  pour que tout le personnel soit associé au succès de la saison, au chiffre negocié avec le propriétaire car tous n'était pas du métier..

                              M' a raconté sa rencontre avec le Maire de Nice, Jean Medecin,le père de jacques Medecin...pour faire relancer l' industrie hôteliere... apres la guerre...

                             D' ailleurs chose curieuse, on l appelait, dans les lieux où il  m avait emmené " Monsieur Pierre...."

                           Ses etudes c' étaient ses deux bacs , HEC, puis Oxford....avec ses parties d avirons avec ses camarades anglais dans d' épiques concours avec Cambridge....sur la Tamise.

                         Sejour en allemagne,  avant et pendant l avènement d HITLER...

                        Il avait lu Mein Kamf.... (dans le texte) sa doctrine de l'espace Vital.. Il stigmatisait l hypocrisie de la classe politique...:

                       "Non, c' était pas vrai, les gens de son éducation, de sa responsabilite sociale et de son rang, savaient ce qu' impliquait son plan ,son dessein, à l égard des juifs..son plan pour redresser l allemagne.." pour peu qu'ils aient lu le livre concerné.

                       M' a décrit l allemagne d avant HITLER, avec sa misère...Le terreau qui a favorise sa venue, la complicite du systeme bancaire, la famille krup...

                       Et puis après 1933, cette Alllemagne qui construisait les routes, plutot des autorautes, les usines qui tournaient à fond...où les ouvriers n'étaient plus obliges de chercher à manger avec des liasses de marks....

 

                      Tout cela était tellement vrai, que un jour de 1972, je l ai emmené voir" les Damnes " de Visconti...

                      En sortant du cinema, il m a dit :" oui, pour une fois, un gars comme lui, a quelque chose dans la culotte, c est cela, c' était comme cela l ambiance !"    

                   " Au nom de Dieu "gott mit un"" que de  crimes commis en ton nom...." !

                     Il etait sans illusions sur le genre humain..

                    Moi qui voulait changer le monde à 18 ans, apres plus de trente ans, je m apercois qu il avait raison, mille fois raisons:

                  La lâcheté des juges, la corruption passive de ces gens-là, le sentiment d impunité de cette caste..

                 Toujours ce penchant a être du coté du plus riche , du plus fort, à faire trainer les affaires quand elles sont justes mais pas au sens du droit, car le droit n a pas à être juste mais à servir à protéger les intérêts de quelques uns, contre d autres!...

                Historien à ses heures  il me faisait remarquer que" les mêmes juges qui avaient en voyé à la mort des jeunes , des communistes, des anticonformistes, les mêmes plus tard, ont retourné vestes,ont travaillé pour le Grand Charles, comme il disait...."

               Bien sur, son Gouvernement Provisoire en avait besoin...!

               On peut pas dire qu'il le portait dans son coeur celui là!

               D'où souvent nos discussions vives, en 1968, car moi je voyais l'homme politique d'après guerre et son appel du 18 juin, et lui avait vécu sur le terrain,dans l'hôtel de sa première femme, la requisition, la difficulté et les contraintes pour pouvoir se faire approvisionner en charbon, faire le mendiant aupres du responsable de la Kommandantur qui avaient requisitionné les meilleures chambres.. 

               Les même causes produisant les mêmes effets, je ne peux m empêcher de penser que la haine, des uns , la suffisance des autres, les mêmes symptômes, vont produire la même chose dans les semaines  qui viennent......

              Feu dans les banlieues, pas de travail, enrichissement des uns au-delà de ce que l on peu imaginer....

             En 1936, c'était pareil....On dansait sur un volcan.....

            Il est grand temps que cette sociéte duale, éclate , que systeme explose,car quand une sociéte n est plus capable d apporter une cohésion, un ideal ,si ce n'est le fric , toujours plus ,pour quelques uns, et rien, ou des miettes pour les autres, alors il vaut mieux tout casser afin que personne n'aient plus rien,  et se  retrousser les manches et reconstruire de nouveau sur de nouvelles bases ....!

            D ailleurs c est ce qu avaient bien compris les résistants de tous bords, et dont sont issues, les lois sociales, d apres-guerre (securité sociale, retraite, comite d entreprises ,etc..) et que malheureusement , les hommes politiques, d aujourd hui, s ingénient à défaire sous le pretexte de Mondialisation et leur table de la Loi: LA LOI DU MARCHE.... 

             Pour ce qui est des resistants il avait un avis tres nuancé, car de sa propre expérience, à Verdun, ils étaient peu nombreux, du moins au debut des années de guerre et ce n'est qu'apres 1944, qu'il en subodora quelques uns...Il refusait d'être manichéen et de voir que des "allemands cruels et des bons français ! 

             En  1968, lors des révoltes, il avait pressenti ce qu il devait arriver, par la suite....:

            Il me racontait pour dresser parallele, la révolte des croix de feu, voulant jeter les députes à la Seine, il avait vécu cet événement....

             C'était la revolte des survivants de la grande boucherie de 14/18......

            En fait , je crois aujourd hui qu'il etait un grand rebelle ; à l image de son grand père et père..

            Son père, sorti de l école Diderot, dans les premiers, comme chaudronnier et avec un pecule de 80 francs or, avait vendu l affaire de son pere..

             Embauché, comme chaudronnier,dessinateur, traceur, il avait fini comme contremaître et avait travaille dans la couronne parisienne dans diverses entreprises(Dion Bouton,Berliet etc..)  jen parlerai plus tard.....Il compensait par son côté artiste, musicien amateur....pour ne pas voir la laideur du monde construit...

             Son grand pere qui avait combattu pour Dreyfus, où l on avait pu mesurer que la grande muette (armée) etait prête à tout ,pourvu qu elle arrive à ses fins..

             D ailleurs  l épisode des gendarmes de Vincennes, du temps de Mitterand illustre encore cela, et bien d autres  choses encore....

             Il doit bien rire, aujourdh ui, là haut ,en me regardant  :

           " Tu vois , Mana, je te l avais bien dit: rien de nouveau sous le soleil: le peuple aime à se faire battre..Ne reconnait pas ceux qui se consacre à Lui,..."

             "Tu pourras toujours faire le Bien , comme l'un de nos  Parents, jouer les samaritains, même de bonne foi, croire en des lubbies, qui n auront qu' un temps, chasser le naturel il revient au galop...."

              Et moi, je disais non, "c est pas vrai, il faut des idéalistes, des anticonformistes, pour que le monde avance...."

             "Oui, disait il ,mais ce que tu as semé, tu ne recolteras pas, d autres que toi, le ferons, et pas pour le même usage"....

               Ce matin quand je mesure le chemin parcouru et tout ce que j ai fait pour les uns et autres, la haine suscitée contre moi, les moyens employes depuis quelques mois pour m abattre,:

               justice, gendarmerie locale,systeme bancaire, élus locaux, je m apercois qu il avait comme une prescience des choses.....

              Pour ce qui concerne l homosexualite, il avait admis cela depuis longtemps, c etait meme un critere de choix , pour ses serveurs, ses "loufias" comme il disait...Car dans l'hôtellerie, le nombre d heures passées alors, liberaient peu de temps pour la bagatelle ...homme ou femme..c'était même un sacerdoce.....Alors pour tenir son personnel et renvoyait l ascenseur quand il fallait, liberait du temps pour les uns , les unes, cela s' accordait  avec l intérêt bien compris du résultat, et là, pas de morale !

              Pourquoi d' ailleurs, quand on voyait ,disait il, la classe riche" s envoyait en l air..."dans le même hotel, étages diffferents etc.... et que de grands sourires, et grimaceries à la Réception...!

              Tout en n etant pas dupes des propres turpitudes de ces "Grands", de la "Haute" que ce soit le civil, l Eglise, ou le Droit ,ou Magnats d Industrie, nouveaux riches, j en passe et des meilleurs......

            Il n'était pas homme à montrer ses sentiments, chez lui ..:point de baisers sur la joue, mais à distance , il empaumait  tes epaules et posait un baiser sur ton front....(pourtant j'ai retrouve des photos de Philippe, mon frère en 1949 où il manifeste attention et tendresse;;; et avec moi à Nice):

                                               Quelles blessures secrètes, ont pu faire naitre, cettte desillusion, je ne le saurai jamais, pourtant il a ete capable d aimer.....même un animal: un cheval, nommé Bijou, qui ,une fois mort , en Italie, au Boscodon, a voulu qu on l enterre et qu il ne parte pas equarrisage ou boucherie.....

                                             Cette propriete, j en ai entendu parler, longtemps, 24 ans , avant de la voir....

                                             C est en 1974, lors d un sejour de retrouvailles, ma mere avait decide ,a sa demande, et sentant le peu d années lui restant a vivre, il voulait revoir les lieux  de son enfance....

                                             C est une allée, plantée d arbres, avec au fond un batisse rouge, à tour crenelée, complètement à l abandon, tuiles et briques par terre,l autoraute passait au milieu des terres, des terres recouvertes de sous bois, chemins disparus où l'on faili se perdre en cherchant les chiens , tout a coup,échapés à notre garde, et lui maugreant :" mais ou ces chemins?"

                                           Pensez donc ! Cela faisait bien 40 ans  et plus, qu il n y avait pas mis les pieds.....ce fut Gênes où il allait à l ecole, où il draguait les jeunes filles avec son sorte de tilbury, tiré par son cheval bijou; il racontait les repas du dimanche ou Madame Mère invitait le curé du village,Savone; ses soubrettes qui lui faisaientt son linge, les sous-ententendus, où la nature avait pu s exprimer dans son corsp de jeune homme en devenir...

                                         Ce qu il l empechait pas d être mysogine à ses heures....Adepte de Saint Augustin, le lisant et le parlant dans le texte,le latin, il en tirait la subtantique moêlle pour argumenter sur l' eternel feminin, .....Et le prix à payer, Nous les hommes, pour obtenir leur faveur,stigmatisant une logique feminine qui n est pas la nôtre,disait il....

                                        Il pouvait être charmeur et tendre....:

                                       le dernier  souvenir que j ai en tête, date de quelqes jours avant sa mort, ou hospitalise  à Tende, dans une maison de repos, ce dimanche là, il accepta que son petit fils Julien, qui n avait pas 3 ans, monta sur son lit et yeux dans les yeux, il lui apprenait à papilloner des cils, pour lui apprendre à charmer...ce langage muet, met toucha, beaucoup...

                                    D ailleurs il reste un peu de cela, dans le beau jeune homme qu il est devenu...et la même la facilite à  "embarquer" les filles, elles lui tournent aprés, faut dire qu'il est beau.....

                                  A beaucoup de details , il lui ressemble : une tchache pas possible, facilite d élocution , de langues, mémoire, puissance de conviction, silences qui en disent long et cette capacite à s amuser, aussi avec ceux qu il apprecient  ,sans doute ,dans des exces difficile à quantifier.....Un metier a responsabilite(directeur) dans le commerce de belles choses,de meubles , de décoration, aujourd hui,  à Monaco, (au Cedre Rouge) et management des personnes...

                                        et cela ne s est pas fait tout seul, il a eu la chance d avoir une maman qui a su eclore, en lui des dons de naissance, allié a une grosse volonté...

                                     Dommage qu il n ait pas connu plus son grand pére, celui ci aurait été étonné de le voir ainsi...

                                    Coté sport,papa avait pratiqué l aviron sur la Tamise, quand il etait a Oxford contre Cambridge....faisait encore des halteres, celles cachées sous son lit, qu un Allemand lui avait offertes, quand il dirigeait l Hôtel du Coq Hardi, à Verdun, pendant la guerre.....

                                  Ostensiblement , sur le tard, bien qu il ait pris de la bedaine, lui si mince, jeune, eh bien il montrait ses épaules et disait" regarde , c est pas du saindoux!"....

                                 La seule personne qui lui trouvait des defauts , etait sa mere, la Marie, celle qui avait achete l'appartement de Nice......avait tenu maison close a Verdun devant la caserne, avec aplomb  parait il ! (cela je l ai appris, en 1988, par mon parrain)....

                               Elle lui reprochait l abandon de sa 1ere famille, du Coq hardi,  son remariage avec ma mère.....

                             Meme, en 1972, année de sa mort, pour moi, qui admirait mon pere, c etait une dechirure de le voir traiter en "petit garcon", par elle, à l Äge de 61 ans ou presque...mais les mères ont quelques privilèges.....

                             Pourtant ce père adulé, je le connus guère dans la mesure, ou retiré ou soustrait à ma famille pendant 10 ans, je ne recus point de lettres  de lui pendant ce laps de  temps...

                           Lui toujours , pris par son travail saisonnier, se dechargeant sur ma mère des contingences matérielles et éducatives de nous trois......

                          Soustrait  à ma famillle , pour collège ou placement.....J ai eu a connaitre l homme derrière le masque et sa vie, à partir de 1968, année ou ma mère abandonna mon pere...

                         En 1969, année de fracture où je dûs me debrouiller seul , en foyer de jeunes.., les visites que je lui faisait, sentant qu'il avait une oreille pret à écouter, lui donna l occasion de mieux exprimer son vécu, au cadet de ses enfants  qu il ne connaissait pas.; cela dura jusq en 1972....plus intermede de 1973....

                         Quand je le revis plus tard, il avait vendu l appartement de sa mère....sa seconde femme lui avait remis le grappin dessus  (l argent aide à ressouder, ou fait semblant de ressouder les situations) , alors il a laissé filer la vie, et  il n a pas voulu accepter la dechéance de son corps: les pertes de memoire, l hesitation manuelle et  tactile devant la machine à écrire, résultat de vaisseaux ou arteres qui donnaient des signes de fatigue, eu egard aux excés de toutes sortes: bonne chere, alcools,cigarettes, qui ont jalonné sa vie.....pendant sa vie profesionnelle.

                          8 jours de coma, apres le retour de Tende ,et l épisode du petits fils ,et ce fut la fin....

                         Je le revois encore sur son lit de mort....avec les mains bleuies par divers introduction de perfusions..mais le visage apaisé, je l embrassai, moi ,aussi une derniere fois, sur le front et on ferma la boite......

                         Un jour , peut etre, si il n y a plus personne à vouloir payer ,pour la concession de Nice," je te ramenerai, avec réduction de corps, dans la tombe de tes ancetres, au Père lachaise, près du mur des fédérés et du carré Communiste,(dont tu m'as souvent raconté les épisodes) dans la ville où tu es né et ou tes Ancêtres ont vécu...

                         J' ai mis des années à la retrouver, la tombe de ton père et grand père, mais j y suis arrivé!.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pomme d\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\ 03/12/2005 14:45

Qui es tu aujourd'hui? que fais tu?
quel mois de l'année cinquante a vu ton premier souffle?
Tu m'intrigues tant que je suis restée fort longtemps sur ton site!
Bisous une vieille
Pomme!