Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 12:04
                                          Autant que je m en souviennes, le quartier  des Musiciens a Nice est un petit village dans la ville de Nice.
 
                                          Quand vous franchissez la grille  de la porte en fer forgé de l entrée, c est une multitude de commerces, qui sont a portée de mains ou de porte monnaie...:
                                          A droite, un pressing, a gauche une laverie(beaucoup, n ont pas de machine a laver dns les années soixante), plus loin a droite, c est une cremerie "Bon Lait", en face une boulangerie, a gauche de la porte, apres la laverie, c est un bijoutier: Bettetini, et  à sa gauche une librairie de livres anciens qui jouxte le cinema L ESCURIAL, en face de la porte, c est un fourreur.

                                          Si vous poursuivez sur la rue Paganini, a gauche c est un hotel, en remontant la rue a, droite, une patisserie, une boulangerie , a cote une epicerie ouverte tard le soir: chez antoine, où l on sert les olives , encore en cornet..ou tout les parfums du monde se cotoient: cafe, epices, condiments, fruits et legumes...;en face une cave à vins où l on tire le vin à la bouteille, une remaillage de bas, plus haut c est un  marché couvert où se cotoient des vendeurs de volailles, de fromages et triperies, tous ces commerces c est bien avant l invention des grandes surfaces qui inciteront  à sortir de notre quartier..

                                           Le premier que j ai frequenté c est a l age de 16 ans: 

                                          Il fallait traverser l avenue J medecin , derrière le prisunic, la marque Casino....Pour en revenir a notre quartier, c est des personnes d un age certain , dans notre immeuble nous sommes les plus jeunes, sauf, une naissance viendra nous supplanter:alexandre , le petit fils de mme Hutinel, qui babille, cause et cause de sa voix haut perchée, il a 5 ans  en 1967, et sa grand mere s en occupe bien....

                                          Tous les matins de ces années là, nous croisons la concierge avec son turban sur les oreilles, je ne saurai jamais son nom, mais quand elle sort pour faire ses courses, maquillée jusque derriere les oreilles, fardée, elle ressemble à une Madame....

                                           Dans le hall , de marbre, c est toujours l ascenseur d acajou qui trône, avec son encorbelement de fer forge...Tout ce petit monde des Années 55, je vais le quitter.

                                           Le Destin m a réservé  d autres surprises, et bien que j ai pu frequenter un peu, avec mon frere et ma soeur l ecole Sasserno, cela ne va pas durer longtemps , meme si mon pére, a pu dire qu a nous trois, nous etions de droles de mousquetaires questions betises et  inventions en tous genres , dans la cour de l école....

                                          11 ans vont s' écouler avant que je retrouve certains repères de ce quartier, l ambiance en moins...

                                          Une chute malencontreuse sur la tête et des difficultes d un autre ordre, liés sans doute a mon tempérament actif , "on disait caracteriel," a l' époque,  va décider pour moi d un changement et éloignement des miens....

                                           Le destin ne m' avait pas gaté, déjà à la naissance, né avant terme, (7 mois)avec convulsions, epilespsie, le docteur Martin ,n en avait donné pas large de ma vie:" il ne survivra pas , ou au mieux sera fou, " avait  il dit a mes parents , à l hopital Lenval  de Nice, ou je sui né..on fait difficilement mieux comme viatique .....

                                         J' etais mince, transparent, seulement des cheveux noirs  sur la tete, mon pére est parti en courant quand il m a vu....

                                         Le prenom, même  pas choisi, ce sont des religieuses qui le choisiront: Bernard... 

                                         Ensuite en couveuse , histoire de me remplumer..bien entendu tous ces details m ont ete racontés, en large et en travers pendant ma crise d adolescent, apèes mon retour, a Nice, en 1966....

Partager cet article

Repost0

commentaires