Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 18:05

                                                    Que sait on de  l Amour,?

                                                       ou de ses apparences, pas grand chose. pour mon père , elles ont été multiples...

                                                       le 1er, c est une grande femme, andrée, propriétaire de l hotel du Coq Hardi, a Verdun . cet hotel existe toujours, il est la propriete, aujourd hui ,d une famille dont ma grand mere  paternelle,a bien connu le pere, la famille Leloup....

                                                       Avant  c etait la proprieté de la famille d andrée. cette dame dont je dois rendre hommage a sans doute, beaucoup souffert de la séparation de mon père...de son propre aveu, il y a presque 18 ans , elle disait" vous savez , bernard, votre père est, et restera , pour toujours, mon grand amour! "pourtant elle s etait remarié, avait eu un autre enfant , d un autre homme....

                                                       Surpris par cette declaration, alors que je lui racontait la fin de mon pere quelques 10 années plus tot, je lui demandai, "mais alors, pourquoi, tout cela s est il terminé, comme cela?"

                                                       Sa reponse a été nette"vous savez , la guerre , la promiscuité, tout cela, n arrange pas les choses" ; je n en sus pas plus, je ne voulais pas accaparer cette personne alors que l on fetait la communion de son petit fils(ll aine du 1er fils de mon pere, mon demi frere). j ai pourtant oui dire que sans doute, des differents d ordre professionnels, ont pu surgir, quant aux devenirs de chacun, plus une amourette avec une autre, ont changé la donne...

                                                       Ce que j admire chez cette personne d Andrée, c est qu apres une vie bien remplie,aucune haine , ni aigreur, n aient venu ternir ce bel amour...quel dommage que mon père n en ait jamais rien su! c est vrai, avoir des Allemands, la Kommandantur, occuper  votre maison, devoir mendier, pour le chauffage, le charbon, destine a l hotel, voir ses plus belles chambres occupées par des etrangers, cela n a pas dû etre chose aisée....en plus , tomber amoureux d une alerte jeune fille, de 17 ans de difference d age et qui accompagne de temps en temps son pere, avec ses manieres de chatte, quel homme aurait pu resister longtemps......

                                                         Le monde est petit a Verdun, tout le monde se connait, on va les uns chez les autres, l Occupant est là, il y a des compromis, voire des compromissions  qui se font, faut bien vivre!.....la guerre, du moins la drole de guerre, n est pas inscrite. comme dans les livres, les bons d un coté, les mechants de  l autre, cela eût été trop facile....

                                                          L' amourette en question, sera ma mère, je le saurai plus tard; pour l instant elle tient un magasin de laine, que son pere, le patissier lui a acheté..elle fréquente une compatriote, qui aime un allemand, et elle n est pas insensible au charme d un autre...(.son frère, mon parrain , lui est dans un camps de jeunesse....

                                                          Il a fini d apprendre son metier de prothesiste dentiste, il se perfectionnera plus tard avec un americain qui le remarquera...) elle jouera, et cela je l apprendrai qu a l age d 38 ans, sur les deux tableaux (occupation et resistance) et cela finira mal pour elle: tête rasée et devoir traverser la Meuse à la nage, pour se refugier dans un cababon d un hotel, avec son amie,qui a subi le même sort où elles y resteront un mois, traquées...

                                                            Les revelations vont pleuvoir, cette année 1988, où mon parrain a choisi de me desiller les yeux, sur un passé moins glorieux..

                                                            En effet j apprendrai ainsi, tous les biens , que possedait le grand pere  maternel, Hauswald, le fait quil etait prive de ses droits civils, que sa femme a echappé a la mort grace à leur fils, engage dans les FFI,.. (qu il a vendu tous ses biens, une bonne partie convertie en monnaie trebuchante pour partir a Nice , plus tard ,et dont sa fille aura loisir de depenser, une autre partie de sa fortune ;la première partie servant a indemniserr une famille ,dont l un des membres fut tué, collision d une traction avec un  chariot, d une livraison de patisserie, l assurance n etant pas suffisant a l epoque, pour payer le tout)..

                                                          J' apprendrai aussi, que la mère de mon père, a tenu , un cafe , avec jeunes hotesses , on dirait bordel, aujourd hui, juste en face de la caserne de verdun , route Bevaux, .( les burnes des soldats ont besoin d un exutoire , pardi!)

                                                          Elle est loin l image de la bonne dame pieuse et genreuse que j ai connu, en autre temps, a Nice,pour les oeuvres de la paroisse Notre  Dame "de Nice.

                                                          Loin de moi, de juger, j en ai pas le droit, d ailleurs , pas plus qu un autre, on peut se demander, avec d autres francais, ce que j aurai fait pour survivre et avec quel moyens....

                                                          Il est patent , que pendant longtemps, les vrais resistants , il n en fut pas aussi nombreux..ils ont , fleuri, comme fleurs au printemps , a la Liberation, souvent les mêmes , qui ciraient les pompes de l occupant , se disaient resistants, apres 1945.(.c est ce que disait mon pere, il a du en voir passer, et qui sortaient le drapeau tricolore, en 1945...) .

                                                          Toujours est il, que le 1er grand amour a fini" en eau de boudin ", divorce, enfants de 8 ans et 5 ans sacrifiés, qui ne reverront jamais leur pere, c est un autre qui les elevera....Pour moi, qui ignorait toutes ces choses là, a 5 ans, en 1955,l image de l amour, c est celle de cet  homme , qui rentré du travail, chemise trempée de sueur ,qui en change, qui saisi ma mère par la taille,la souleve, et lui dit" ma chatte, ma tigresse..." devant mes yeux etonnes, et qui , l instant d apres, s asseyent devant le piano a queue, et nous, assis sur le tapis, les écoutions jouer a quatre mains, une oeuvre de  Litz ou Chopin..

                                                          J ai encore a l oreille un nocturne de chopin, qui est celle du chat  jouant avec une pelote, c est que dit l historiette musicale..

                                                          Desamour , aussi, quand , onze ans plus tard, revenu des divers enfermements, et eloignements, je constaterai que tous deux font chambres a part, chacun a leurs occupations, sorties ensemble pour la galerie, mais plus rien de si brillant qu onze ans plus tot..un monde pour moi s ecroulait, ainsi pendant tout ce temps, j avais été berné, et j avais vecu avec l illusion que l amour durait toujours.

                                                     D ailleurs qu aurai je pu en savoir, pendant onze ans pas une lettre de mon père, seule celles de ma mère..une fois, si, une lettre de ma grand mère paternelle qui disait" prie pour ton cher, papa, .." et pourquoi donc,?

                                                     Jamais je n eus la reponse, le courrier etait  filtré et la direction avait dû recevoir les ordres de ne point pertuber mes neurones....d ailleurs beaucoup de choses, m avaient ete cachées, , pourtant les demi revelations se font jour, parfois, de la part de la grand mère: ainsi j apprendrai dans les années 1970, que ma propre mère a mis ses parents a la rue, a Nice, une fois , la fortune depensée du pere et grand pere Hauswald..

                                                     A l epoque je pris cela comme le residu de haine qui subsistait entre elle et sa bru., que nenni, cette affirmation , me fut completait par mon parrain en 1988, qui me confirma, que grace à lui, et à sa prevision des choses, il avait, avant le depart de son père pour Nice, obligeait celui ci a acheter une maison a Cusset, pres de Vichy...

                                                     Cela leur fut salutaire, quand ils se retrouverent démunis; mon grand pere, genereux, je le revis 2 fois en 11 ans,en 1960, quelques heures, sur la route du retour de Saint gervais, et une autre fois, en 1966, sur la route du retour d Angers. je le revois , encore a saint Gerant le Puy, au restaurant se regaler de deux  oeufs cocottes, au restaurant.

                                                     Sa gabriele , l amour de sa vie, decedera en 1965 .

                                                     Lui en 1972, à 98 ans, le soir de Noel, le 24, dans l intervalle d un instant , où demandant de l argent au coffre de la maison de retraite, pour gater ses amis, son coeur s arretera de battre ; on le retrouvera, la tete penchée, sur son torse, comme endormi, son coeur, s etant arreter de fonctionner.

                                                    Cette année là je ne sus pas, j etais en repos dans les alpes,à Briançon, apres des années dures passées, au labeur.

 

Il n' y a pas de hasard,

je viens d'apprendre,

ce jour 13 janvier 2010,

le deces de sa fille,

ma maman,

le jour de noel le 24 décembre 2010,

au chateau de Mornay,

 à Saint Pierre en Isle en Charente,

que son corps a ete crématisé,

et

j'en ai ete prévenu par mon neveu julien ,

le fils ainé de mon frère  philippe Guyot,

décédé ......

et

qu'il y avait ete ordonné un secret sur cela

par ma soeur Monique Dorsainville née Guyot,

 preuve s'il en est de la haine ou rancoeur

qui poursuit les êtres ,

au delà des convenances...

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Gy 28/08/2006 16:03

Par hasard je lis cette histoire de vie!passionnant, mais étonnant ,pas de commentaires rien?Je ne sais si ceux sopnt les mots ou l'histoire enfin les histoires qui m'ont tenue en haleine.Le temps a suspendu ses secondes ses minutes, j'étais partie sur les chemins de de vie..merciBisousGy!