Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 23:08

              C est un petit hameau....

              Juste de trois maisons unies, après le pont .....ce n'est pas encore, la station d aujourdh hui, et le petit garçon que je suis, s emerveille devant cette neige etalée de part et d autre de la route...
              Ce n est pas les Alpes, les monts sont arrondis, et  puis ,depuis le batiment,qui nous sert de pension, on percoit quelques sommets dont la "la tete de chien"..
              J entends le train qui descend sur Laveissiere et Murat,bientot je connaitrai la prairie des saignes, qui est encore un grand vallon et de là, on percoit le Plomb du Cantal....
               La neige est poudreuse, et nos ebats de jeunes garcons emplissent deja,par nos cris, la contrée, du Lioran. qui ne s appelle pas encore SuperLioran....
               Dans quelques années, grace à l entregent, d un president,natif de Monboudif, (village a côté...)du Cantal..Mr Pompidou, cet hameau se reveillera, et ce sera fini, du caractere esseulé, de ce coin de France , et il deviendra la station à la mode de ce coin d auvergne , encore cher a mon coeur.......
               Je ne  l ai pas encore revu depuis, à part quelques photos...mais plus personne n aura le privilege seul, comme je l ai fait avec d autres de fouler la prairie des saignes, vide de toutes constructions et routes.....s assoir sur un tronc, couché , là ,pour s entretenir, une fois l ete 1964, avec un certain mr Lenormand (paix à son âme) de Pont Saint Esprit... parler avec lui 3 heures durant.......et qui s interressait au petit adoslescent de 13 ans.,qui a su l ecouter,lui apporter ce supplément d âme,.de générosite, d écoute, pour ensuite ,ayant rejoint le groupe, apres le dîner, frapper à la porte de la pension, m apporter, un souvenir de lui: une biche avec barometre,sur bois, qu il avait sans doute acheté à l hotellerie,bar ,souvenirs, du hameau.
                Je revoie le regard étonné de mes camarades.......
.                Je ne le reverrai jamais..
                 Je me souviens avec un autre camarade être passé sur notre luge entre les jambes d un skieur, lancé, à ne plus savoir freiner.....wouah, quelle peur ce jour la....!  et quelle engueulade aussi!.....de la part de l educateur.
                 Voir les ecureuils,sauter de branches en branches ...écouter la nature, s assoir près de notre arbre préféré...et manger nos tartines de confitures l été,au mois d aout......
                 Cela fera 3 saisons 1964,65,66......avril et août......mes narines ont encore l odeur de ce bois de la scierie, en descendant sur Laveissiere......
                 Et puis ces burons, où l on travaile à l ancienne , le Cantal, a l odeur si parfumée, que l on croit qu il a été roulé dans les fleurs du pays...Roulé, il peut, car il ressemble à une roue, que l on charge au bord de la route dans des camions pour finir sa maturite quelques part......
                 En ete, le Puy Mary et le Puy Griou, le Griounou, recevront notre visite, avec ces pierres, que nous foulerons et font un bruit de vaisselle cassée......
                 Le paysan est bourru,mais accueillant, il aime les enfants, les ados, qui s interessent à ce qu il fait......
                .En été, on s essayait à attraper quelques truites avec un mouchoir dans le torrent, c est qu elles ne se laissaient pas facilement prendre, cachées entre les petits rochers, à l ombre.....cela .nous coûtait quelques remontrances, mais que de souvenirs,de joies partagées.....
                Apres tout , nous étions là, pour nous défouler apres onze mois de classe, ......et pas mal de contraintes....

.                Merci Auvergne,  ô prairies, monts verts ou encapuchonnés de blanc, d avoir donné tant de souvenirs,de belles choses vecues,
                Merci auvergnat (e),digne ancetre de Francais,qui a su ouvrir ton coeur, à nos jeux , à nos yeux pleins  de mefiance d abord, puis ensuite de reconnaissance...blessés dans nos intimites de petits garcons, égarés sur les chemin de la vie, vous emplissiez nos corps, de force, pour une année d efforts....
                Merci encore!

Partager cet article

Repost0

commentaires