Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 10:42

j'avais, hier fait un article,traitant du sujet...
ce matin, il me semble utile,de faire une copie de la publication,
concernant la création d'entreprise,
surtout qu'à partir du 1er janvier 2009,
 des dispositions changent, et cet article n'est pas inutile,
pour ceux que l'idée de creation, titille....

Les premiers pas de la création

 

Mon idée est la meilleure idée du monde»...

Enlevez-vous tout de suite cette affirmation de la tête.
 Même si vous êtes vraiment génial
(ce dont je ne doute pas !),
des centaines ou des milliers d’autres
y ont pensé avant vous.
 La mise en œuvre d’un projet est une école de modestie
 et de patience.
 Elle passe par la découverte d’un environnement
parfois inconnu et souvent impitoyable.
Pendant cette période cruciale,
vous devrez mettre en avant vos capacités d’écoute
 pour analyser le flot d’informations,
de conseils et d’avis parfois contradictoires
qui vous seront prodigués.
Vos convictions et votre enthousiasme,
même s’ils sont tout à fait justifiés,
 ne doivent pas trop brouiller l’analyse objective
 que vous devez faire de vos chances de réussir.
Gardez les pieds sur terre et la tête sur les épaules.


Trouvez un bureau, un local, en dehors de chez vous

Ne vivez pas en vase clos. Votre lit, votre réfrigérateur,
 votre télévision, votre PlayStation, vos CDs…
vous détourneront de votre objectif malgré toute votre motivation.
 Vous n’y couperez pas.
Une personne de votre entourage familial
ou professionnel a peut-être la possibilité
 de vous héberger quelques mois :
 sautez sur l’occasion.
 Le cas échéant, proposez-lui un petit dédommagement financier
qui vous placera dans une obligation de résultat.
 Un bureau, un téléphone, un ordinateur,
 une connexion internet…
et vous pouvez commencer à plancher sérieusement.
 Surtout, imposez-vous des horaires de travail.


Consultez quelques bases de données

Une première «étude de marché» vous permettra d’évaluer
 l’environnement de votre projet
et de mesurer le «poids» de la concurrence
(valable pour les entreprises mais également pour les associations).
Vos premières investigations se porteront sur le site de l’INPI
(Institut de la Propriété Industrielle),
pour les dépôts de noms de marques,
la protection des brevets et inventions :
http://www.inpi.fr
http://www.icimarques.com


Infogreffe vous fournira l’analyse financière des entreprises
du secteur d’activité que vous voulez investir :
 
http://www.infogreffe.fr

L’Insee publie des enquêtes statistiques
 et économiques très instructives :
 
http://www.insee.fr

Le Journal Officiel est chargé de la publication
de tous les textes officiels,
 lois et règlements, et de la publication des associations :
 
http://www.journal-officiel.gouv.fr

Le précieux Légifrance vous fournira toutes les informations juridiques :
 
http://www.legifrance.gouv.fr

Plus simplement, les Pages Jaunes accessibles sur Minitel
 ou Internet sont aussi un moyen pertinent
pour évaluer l’univers concurrentiel de votre projet,
pour rechercher un nom de marque disponible,
une dénomination de société ou d’association :
http://www.pagesjaunes.fr

Mais internet ne saurait à lui seul vous apporter toutes les réponses.
Vous trouverez dans les rayons spécialisés
 des grandes librairies une multitude d’ouvrages économiques,
 statistiques, juridiques qui complèteront votre documentation.

Tâtez le terrain

Évoquez votre projet auprès des personnes de votre entourage
(méfiez-vous des membres de votre famille
 qui seront souvent trop enthousiastes ou trop défaitistes).
 N’en dites pas trop, suscitez leurs réflexions,
 laissez-les s’exprimer, ne cherchez pas à les convaincre
coûte que coûte du bien-fondé de votre démarche.
 Pour l’instant, vous n’avez rien à vendre.
 Inspirez-vous de leurs premières réactions
 pour construire votre argumentation,
 pour valider vos intuitions.
 Faites preuve de modestie même si vous êtes intimement persuadé
d’être dans le vrai.
 Votre entourage sera flatté d’être sollicité,
d’être ainsi mis à contribution.
Si votre discours est trop assuré,
vos relations estimeront n’avoir rien à vous apporter.
Vous devez susciter leur adhésion qui passe par une appropriation
de leur part du projet que vous défendez.
 Vous avez besoin des autres, ne l’oubliez jamais.

Internet est aussi un outil formidable pour tâter le terrain,
 pour susciter des réactions positives ou réservées.
 Choisissez des sites d’annonces gratuites comme
 Actuchômage ou Routard.com
(mais oui, le site des voyageurs !,
 rubrique communauté, sous rubriques :
 recherche, offre d’emploi ou échanges) :
 
http://www.routard.com

Postez une annonce anodine :
 « recherche partenaires pour travailler sur le développement d’une activité…,
 pour envisager la reprise d’un commerce…,
 pour créer une association… ».
92, 95 ou 99% des réponses que vous recevrez
 se révèleront décevantes et improductives.
 C’est un résultat logique.
Dites vous bien qu’un bon mailing de vente par correspondance
 (proposition d’abonnement pour un magazine par exemple)
 atteint un rendement rarement supérieur à 1% de réponses positives.
 Attendez vous donc à avoir 99% de «déchets».
 Mais un seul contact peut s’avérer déterminant.
 Alors tentez votre chance.

Constituez-vous un premier réseau de réflexions et de compétences

Quel que soit le type d’activité que vous souhaitez développer,
 ne partez pas en terre inconnue
 sous prétexte que vous croyez défendre un projet formidable.
Le développement d’une activité passe le plus souvent
 par la constitution ou l’activation d’un réseau de compétences,
de réflexions, d’échanges de services et de conseils.
Allez à la rencontre de celles et ceux
 qui peuvent d’une manière ou d’une autres vous donner un coup de main.
 Constituez-vous une chaîne de relations.
 À l’occasion de chaque entretien, constructif ou non,
 obtenez de la part de la personne rencontrée les coordonnées
 d’une de ses relations qui pourrait être intéressée par votre projet.
N’hésitez pas à tenir informer les uns et les autres
 de l’avancée de vos travaux et de les relancer le cas échéant.
 Une personne rencontrée à un moment donné,
 sans résultat probant, peut quelques mois plus tard revoir sa
position et vous être très utile.
 En toutes circonstances,
 laissez toujours la porte entrouverte.

D’autres conseils sur les premiers pas de la création
viendront peu à peu étoffer cette première fournée.
 Déjà disponibles :

 
LA CONCRÉTISATION, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE


Vers la concrétisation…

Nous n’avons pas la prétention de nous substituer
 aux organismes
dont le métier est l’accompagnement
des créateurs d’entreprises.
 Ils rempliront cette fonction beaucoup
 plus efficacement que nous.
 C’est notamment le cas
de l’Agence Pour la Création d’Entreprises (APCE).
 Pour approfondir vos réflexions,
connectez-vous sur le site :
 
http://www.apce.com
Il vous soumettra les 10 étapes qui vous conduiront
 vers la concrétisation de votre projet.
 Pour notre part,
nous nous contentons d’en souligner ,
ici quelques idées-forces :

1 - L’IDÉE

L’Agence Pour la Création d’Entreprises précise que :

Il existe une grande variété de formes d’idées.
 Plus l’idée est nouvelle, plus il
 faudra s’interroger
sur la capacité des futurs clients à l’accepter.
 Plus elle est banale,
 plus il conviendra de s’interroger
 sur sa réelle utilité par rapport à l’offre
déjà existante sur le marché.

Aucune idée n’a jamais prouvé sa supériorité
sur une autre
dans le domaine de la création d’entreprise.
 Une innovation technologique révolutionnaire
n’a pas plus d’atouts au départ que
 la saisie d’une simple opportunité commerciale
sur un marché banal.

Créer une entreprise en recourant aux idées des autres
 nécessite
de rester à l'affût de tout ce qui se passe en France
ou
ailleurs en matière de nouveaux produits,
de nouveaux modes de consommation,
de nouveaux concepts marketing :
la plupart des magazines économiques
 ou spécialisés en création d'entreprise
 ont une rubrique à cet effet.

2 - LA PROTECTION D’UNE IDÉE

L'idée en soi ne peut être protégée.
Seule peut être protégée la forme selon laquelle
 elle s'exprime :
 invention, marque, création littéraire ou artistique...

D'une manière générale,
on appelle propriété intellectuelle les droits
 qui protègent les créations
"issues de l'activité de l'esprit humain"
 contre toute appropriation de tiers.
Ces droits se divisent en deux branches :
 les droits d'auteurs,
 et
 les droits de propriété industrielle.

3 - LE PROJET PERSONNEL

Quelle que soit l’origine du projet de création,
il est indispensable,
 pour lui donner un maximum de chances de réussir,
de vérifier sa cohérence avec son projet personnel.

Les porteurs de projet négligent
 malheureusement trop souvent
cette étape pour se concentrer uniquement
 sur la faisabilité économique,
commerciale et juridique de leur idée.
 C’est une erreur !
Sa maturation doit impérativement
 tenir compte d’éléments plus personnels.
Choisir de créer,
c’est aussi choisir un mode de vie particulier
qui doit être en cohérence
avec les exigences du projet.

Avant de devenir chef d’entreprise,
 il convient d’évaluer ses contraintes personnelles
 (disponibilité, santé, situation familiale…),
ses motivations,
 ses objectifs et ses compétences.
De même,
 il est indispensable d’analyser les contraintes
que le projet peut faire peser sur sa vie personnelle.

4 - L’ÉTUDE DE MARCHÉ

Après avoir vérifié la cohérence du projet économique
 par rapport à ses propres contraintes
et atouts personnels,
on peut passer à une nouvelle étape :
 l’élaboration de son projet de création d’entreprise.

L’étude de marché occupe une place clé dans cette étape.

Dans la plupart des cas,
 il est possible de la réaliser,
 soi-même ,à partir d’une recherche documentaire
 menée auprès des chambres consulaires,
des organismes et syndicats professionnels,
de l’Institut national de la statistique
 et des études économiques (INSEE),
du Centre de recherche pour l’étude
 et l’observation des conditions de vie
(CREDOC),
de l’Institut national de la consommation (INC)…

5 - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES

L’établissement des prévisions financières consiste
 à traduire,
en termes financiers,
 tous les éléments réunis au cours des étapes précédentes
et
à vérifier la viabilité de son entreprise en projetant
 ces éléments sur une période pertinente
et suffisamment lisible :
3 ans.

Les prévisions financières devront
 pour l'essentiel répondre à 5 grandes questions :

a) Quels sont les capitaux nécessaires pour lancer le projet ?
 Est-il possible de les réunir ?
 L’élaboration du plan de financement initial
 permettra de répondre à ces questions.

b) L'activité prévisionnelle de l'entreprise
 va-t-elle générer un montant de recettes suffisant pour couvrir
 les charges entraînées par les moyens humains,
matériels et financiers mis en œuvre ?
 En d’autres termes,
le projet sera-t-il rentable ?

L’élaboration du compte de résultat prévisionnel
permettra de répondre à cette question.

c) Les recettes encaissées par l'entreprise
 tout au long de l'année permettront-elles de faire face
en permanence aux dépenses de la même période ?
Le plan de trésorerie permettra de mettre en évidence,
 mois par mois, l'équilibre
 ou
 le déséquilibre entre encaissements
et décaissements.

d) Quel montant minimal de ventes
 ou
de prestations de services
faudra-t-il impérativement atteindre
 au cours de la première année
pour pouvoir au moins faire face
à toutes les charges de l’exercice ?
Le calcul du point mort
(ou seuil de rentabilité)
permettra de répondre à cette question.

e) Enfin, la solidité financière de l'entreprise
 prévue grâce au plan de financement initial
 se poursuivra-t-elle au fur
et à mesure du développement de l'affaire?
Le plan de financement à 3 ans permettra de le vérifier.

6 - LES FINANCEMENTS

À ce stade du projet,
 il convient de réunir les capitaux
 qui seront nécessaires pour financer
les différents besoins durables identifiés
dans les étapes précédentes.

 Le financement correct d’un projet
est une des conditions
 de pérennité de la future entreprise.

Les besoins durables de financement comprennent :

a) les frais d'établissement
(honoraires de conseil juridique,
de fiscaliste, de conseil en brevet,
 frais de constitution de l'entreprise,
 éventuellement frais de première publicité…).

b) les investissements
(l’achat ou la construction d'un local,
les frais d’installation,
l’acquisition de machines, matériels,
 véhicule, ordinateur, pas de porte ou droit au bail…).

c) les dépôts et cautionnements à verser
(les loyers versés en garantie pour le local).

d) le Besoin en fonds de roulement (BFR),
c’est-à-dire le montant d'argent utilisé en permanence,
tant pour l'achat et la détention du stock nécessaire
 à tout moment pour que l’entreprise fonctionne correctement.

7 - LE PANORAMA DES MOYENS DE FINANCEMENT

L’Agence Pour la Création d’Entreprises aborde
 bien évidemment ce sujet d’une manière très exhaustive.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, nous vous signalons l’existence
des fonds de garantie France Active,
 tournés vers des créateurs
en situation personnelle difficile
 (allocataires du RMI, chômeurs en fin de droits…).
Le lien internet franceactive.org est accessible
 sur le site de l’APCE
et
sur Actuchomage.

8 - LES AIDES

L’APCE aborde bien évidemment
 ce sujet d’une manière détaillée.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
Néanmoins,
 nous vous signalons les nombreuses dispositions
 concernant les allègements fiscaux,
les exonérations de charges sociales,
 l’aide au conseil,
 la mise à disposition de locaux…
Des aides de l’État visent également à favoriser
 une meilleure répartition géographique des entreprises,
 à lutter contre le chômage
et
favoriser la réinsertion professionnelle,
 des demandeurs d’emploi,
 à favoriser l’émergence
et le financement des projets innovants par l’ANVAR
 (Agence française de l’innovation)…
Les collectivités locales peuvent également
attribuer de nombreuses aides.

9 - LE STATUT JURIDIQUE

L’Agence Pour la Création d’Entreprises aborde
 bien évidemment ce sujet d’une manière exhaustive.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, l’APCE rappelle que :

Cette étape consiste à adapter
 au projet de création d’entreprise
 un cadre juridique qui lui permettra de voir
 le jour en toute légalité.
Quelle que soit l’activité qui sera exercée,
industrielle,
 commerciale,
 artisanale ou libérale,
le choix d'une forme juridique se fera entre :
 demander son immatriculation
 en tant qu’entrepreneur individuel
ou créer une société.

10 - LES FORMALITÉS DE CRÉATION

L’Agence Pour la Création d’Entreprises
 aborde bien évidemment ce sujet
d’une manière extrêmement détaillée.
Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, l’APCE souligne que :

Les formalités de création
 ont été considérablement simplifiées
 avec de la mise en place
des Centres de formalités des entreprises (CFE),
 "guichets uniques" auprès desquels
 sont déposées les demandes d'immatriculation,
 de modification
 ou de cessation d'activité des entreprises.

Les demandeurs d'emploi qui souhaitent solliciter
 une exonération de charges sociales
 (dispositif ACCRE)
ou une aide financière
(dispositif EDEN),
doivent impérativement déposer leur dossier
 à la Direction départementale du travail,
 de l'emploi et de la formation professionnelle
(DDTEFP)
 avant la création
 ou la reprise de leur entreprise.

Le Centre de formalités des entreprises (CFE)
centralise les pièces du dossier de création
 et les transmet,
après avoir effectué un contrôle formel,
 auprès des différents organismes
et administrations intéressés
 par la création de l'entreprise :

a) l'INSEE qui inscrit l'entreprise
 au Répertoire national des entreprises
(RNE) et lui attribue un numéro SIREN,
 un numéro SIRET et un code d'activité :
 le code APE.

b) les services fiscaux.

c) les organismes sociaux : URSSAF,
caisse d'assurance maladie, caisse de retraite.

d) le Greffe du tribunal de commerce,
 si l'activité est commerciale
 ou s'il s'agit d'une société.
 Le greffier du tribunal adressera par la suite
 à l'entreprise un document
attestant de son immatriculation
 au Registre du commerce et des sociétés (RCS),
nommé "extrait K" pour les entreprises individuelles et
 "extrait Kbis" pour les sociétés.

e) le Répertoire des métiers,
si l'activité est artisanale.

f) les caisses sociales concernant les salariés
ainsi que l'Inspection du travail,
si la déclaration indique que l'activité démarre avec des salariés.

L’Agence Pour la Création d’Entreprises
 précise également que :

Les commerçants et les sociétés commerciales
(SARL, SA, EURL, SNC...),
 n'ayant pas un objet artisanal,
 relèvent de la Chambre de commerce et d'industrie

Les personnes physiques et sociétés assujetties
 à l'inscription au Répertoire des métiers
(entreprises artisanales)
relèvent de la Chambre de métiers.

Chaque CFE est compétent à l'égard des entreprises
dont le siège social,
 l'établissement principal
 ou un établissement secondaire est situé dans son ressort.

Enfin, l’APCE fournit de nombreux conseils pratiques, à savoir :

PROTECTION DE NOM DE MARQUE (INPI, AFNIC)
En cas d'utilisation d'une dénomination
ou d'un nom commercial original,
 il est prudent de vérifier
 préalablement auprès de l'INPI
(Institut national de la propriété industrielle)
que ce nom n'est pas déjà utilisé
ou déposé en tant que marque.
De même, le nom utilisé pour désigner l'entreprise
ou le produit commercialisé,
 peut faire l'objet d'un dépôt de marque auprès l'INPI
 et
d'une réservation de nom de domaine
auprès de l'AFNIC
dans l'éventualité de la création,
à plus ou moins long terme,
 d'un site internet.

À QUEL CFE D’ADRESSER ?
L'INSEE, avec ses partenaires du Réseau CFE,
 a réalisé un site destiné à faciliter
les démarches administratives
de création comportant notamment une application
 permettant de déterminer
 le CFE compétent par communes.
Le lien internet Réseau CFE
est accessible sur le site de l’APCE.

ACTIVITÉS PARTICULIÈRES
Certaines démarches spécifiques
sont imposées par l'activité de l'entreprise :
demande d'autorisation, de carte professionnelle,
de licence, inscription auprès d'un ordre professionnel…

STAGE OBLIGATOIRE
Si l'activité est artisanale, le chef d'entreprise
 doit effectuer un stage de gestion
 ou solliciter une dispense,
s'il est en mesure de justifier de certains diplômes.

DOMICILIATION DE L’ACTIVITÉ
Lorsque l'activité est exercée au domicile du dirigeant,
 un certain nombre de précautions doivent être prises
 notamment une autorisation du propriétaire
 si une clause du bail le prévoit,
une autorisation de la copropriété
 si cette formalité est prévue
dans le règlement de copropriété
ou
si l'immeuble est réservé à l'habitation,
une demande de changement
 de destination du local dans certains cas.


ASSURANCE
Il est également important de garantir
 la responsabilité professionnelle de l'entreprise,
et ce, quelle que soit l'activité exercée.
 Le Centre de documentation
 et d'information de l'assurance (CDIA)
dispose d'une documentation complète sur les obligations
des entreprises en matière d'assurance (3614 CDIA).

CAISSE DE RETRAITE
Dans les trois mois suivant l'immatriculation de l'entreprise,
 et même si l'activité démarre sans salariés,
 l'adhésion à une caisse de retraite de salariés ARRCO
(non cadres) est obligatoire.
Les caisses ne manqueront
 d'ailleurs pas de se manifester rapidement.
Passé le délai de trois mois,
une caisse interprofessionnelle
 est imposée à l'entreprise.

FORMALITÉS COMPLÉMENTAIRES À LA CRÉATION D’ENTREPRISE

a) faire intervenir un commissaire aux apports,
lorsque les associés apportent des biens
autres que de l'argent au capital de la société.

b) déposer les fonds constituant les apports en espèces
 sur un compte bloqué pendant le temps nécessaire
 à l'immatriculation de la société :
soit dans une banque,
 soit à la caisse de dépôts
 et consignations,
 soit chez un notaire.

c) rédiger des statuts.

d) désigner le ou les premiers dirigeants.

e) établir un état des actes accomplis au nom
et pour le compte de la société en formation.
 En effet, tant que la société n'est pas immatriculée,
elle n'a pas de personnalité morale
et ne peut donc prendre d'engagements.
La signature par les associés des statuts
 vaudra alors reprise des actes par la société
 et
 permettra à l'entreprise notamment de récupérer
 la TVA sur les achats.

f) faire enregistrer les statuts
 auprès du centre des impôts
 en quatre exemplaires.
Cette formalité est désormais gratuite.

g) publier un avis de constitution
dans un journal d'annonces légales.

h) les dirigeants souhaitant domicilier
 le siège de leur société
pendant 5 ans
 dans leur local d'habitation
 doivent adresser une lettre
 d'information au propriétaire
 (ou syndicat de copropriété).


Yves BARRAUD

Pour plus d’informations sur tous les points évoqués dans ce résumé :
 
http://www.apce.com
A suivre : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE.

voilà les premières demarches à faire,
comme l'indique l'article de Yves BARRAUD,
bien entendu,elles seront à mesurer
avec les nouvelles dispositions du 1er janvier 2009,
pour ce qui concerne le statut de l'autoentrepreneur.

pour ce qui du financement de 3000 à 5000 euros,
concernant les micro-enteprises,
les aides de celles ci peuvent être cumulées,
pour les sans emplois,avec des aides plus specifiques
que l'ADIE, indiquera.
toutes les indications ci dessus,
ont ete prises sur actuchomage.org qui a
un site interessant
et qui traite de nombreux dossiers.
 

 Affichage 'Format imprimable' Affichage 'Format imprimable'

 A propos du site | Protection des données | Conditions d'utilisation | Nous contacter | Fil RSS | Recommander ce site
Conception graphique et technique : agence internet TECHNIVORE | Hébergement : Net|Sample







Partager cet article

Repost0

commentaires