Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 18:32

             Dans un dernier chapitre, de cette vie, nous nous étions arrêté vers l'année 1976.

             Dans ce petit village de Niederbruck, la maison regarde les sommets couverts de sapins, le chien batifole,et le travail me plaît. j'y vais à vélo,dont je viens d'apprendre le maniement.

             La vie publique m'attire, et avec une personne ayant des vues sur les prochaines elections, on veut susciter le désir chez les jeunes, de se construire un local ou un lieu pour se renconter, jouer...

             On sent comme un vent de renouveau....Pourtant, dès le debut de notre mariage, des choses nous interpellent: il y a d'abord, ce corps coupé en deux (affaire Ranucci,) en juillet  et cette secheresse....mais la vie avance avec ses contraintes, il nous faut une machine à laver et des chaises pour recevoir..alors un prêt CAF, y pourvoiera, pour jeunes couple. Et nous sommes loin d'imaginer ce que la vie va nous réserver par nos choix et nos rencontres......

              Il y a d'abord ce couple en 1977, qui ayant voulu, construire, s'est désisté et veut nous faire profiter de son offre...

               Nous tombons dans un piège, dans la mesure où, le terrain avait été proposé aux Maison Houot, qui apres une periode de long silence, n'avait pas informé la proprietaire de l'éventuelle transaction en cours...

               Ainsi, un apres midi, nous vimes arriver chez nous, une dame qui criait "au voleur".

               Apres discussion, il s'averait que nous aurions pu construire sur une terrain,ne nous appartenant pas, car entre temps, il avait été vendu par elle,  les Etablissement Houot avait fait silence suffisamment longtemps,sans informer la propriétaire de la transaction en cours, pour qu'elle le vende, elle même.

               C'est la demande de permis à l'Equipement qui permis de découvrir le pot aux roses.

               Il fut annulé et les choses rentrèrent dans l'ordre.

 

                Succeda au jeune couple qui quitta le lotissement , un autre couple d'enseignants, qui eux n'attachait peu d'importance au matériel, a tel point que l'annéé 77, à sa fin, une armoire qu'il voulu jeter au feu,pour ne pas payer une deuxieme location de déménagement, échoua dans notre salon.

                la chose est piquante à raconter:" vous aimez les meubles? nous pas! On a que du empilable! venez voir! Sinon je la jette au feu" dit notre voisin.

                Alors je vis un meuble bilbliothèque avec dessins au couteau,  bois massif. Je dis oui.

                le soir, au retour du travail; elle était chez nous.Gratis, de surcroit.

                Un an plus tard,lors de notre déménagement, le menuisier ébeniste qui nous assurait le déménagement voulu nous la racheter 10 000F, et là, nous apprirent qu'elle était en merisier, avec dessins au couteau, à l'ancienne!

               joli cadeau n'est ce pas? bien sur sachant cela , nous l'avons gardé; et depuis des années ce meuble suportte tous nos beaux livres, anciens et moderbs:romans, litterature, bref,  il rempli son office d'origine.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires