Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 14:38

 Je vais vous montrer comment et quand j'ai ete victime d'un traquenard

et dont sont impliquées des institutions bien françaises...

 

Ensuite il y aura d'autres articles,

 qui vous montrera comment les evenements sont traités,

par des médias locaux,

 appartenant à un groupe bancaire important  

et en lien avec

des institutions dites respectables...

Evenements traités, dis je, donc

selon que vous êtes une personne importante  ou pas,

 à "degommer " ou pas !

 

Mais pour bien fixer les idées

et le contexte,

 d'autres articles suivront

montrant l'inféodation  des juges,

la corruption passive de ceux là.

face à la puissance financière;

puis les pratiques illicites

de differents acteurs bancaires

qui sous couvert de mutualisme..

se comporte comme les pires des usuriers...

 

 

Mais avant,

faisons un peu d'historique:

(donc en novembre 1978, ma femme et moi

faisons l'acquisition d'une maison

pour 270 000 francs plus frais de notaire,

soit 301 000 francs, avec un prêt aidé de l'Etat,

dit prêt conventionné, avec amortissement différé

de 24 mois...

Ces details ont leur importance, dans la mesure où je vais demontrer, que le groupe bancaire Credit Agricole ne respecte que la Loi,,quand cela les arrange...et qu'il se trouvera

aussi

des procureurs pour les proteger

dans le cas de viols manifeste de statuts..

mais de cela j'en parlerai plus tard

avec un autre article et pieces à l'appui!

 

 

En 1980, ayant eu discussion

avec une parente à ma femme, nous enterinons

l'idée de faire un gite rural,

 ce qui donnera:

et un deuxieme gite en 1984, tous deux référencés

 "Gites de France" ...

En 1988, je quittai l'usine pour me consacrer à ma création

d'entreprise, qui aura lieu le 13 juillet 1989, avec

ouverture le 4 decembre 1989: et dont les DNA

feront article ci joint:

En debut 1993, voyant l'activité baisser,

(malgre des nouveautes chaque année)

 et

 les demandes d'anciens clients de gites toujours nombreuses,

 je decidai de consulter notaire

 et de faire une sci

 pour des sejours,

 sci qui verra le jour le 22 mars 1993,

comme l'atteste papier ci joint:

Dire que toutes ces activites m'ont valu des amitiés, ce serait mentir..

Au contraire le foisonnement d'idées, d'initiatives a fait fleurir

autour de moi, des obstacles, des jalousies, des crocs en jambes, des abus de pouvoirs, des collusions surprenantes, des exces de zele, des empechements , pour dire court:

 empêcher ce que je voulais faire ou entreprendre..

d'ailleurs, dans un rapport de juge commissaire cela est mis en exergue, en juillet 1993:

Mais voilà ,quand on est un battant, on regarde pas la caravane, qui passe, on la mène!

et c'est là où le bât blesse, car vos ennemis, sont prêts à tout, la fin justifiant les moyens pour vous faire tomber!

Alors nos ennemis, cachés, bien entendu, trop lâches pour se montrer, car ils n'avaient , ni reussi à nous faire tout perdre en 1993, ni en 1995, ni en 1996,ont imaginé un coup tordu...

Pourtant , notre avocate , Maitre Veronique Duffay, à Paris,

que j'avais rencontre début juin 2004,

pour lui montrer l'inanité et illegalite de procedure contre notre SCI ,

à l'époque

 et le syndicat Verte France, ayant decouvert le viol de statuts,

m'avait dit:

" faites attention, vous risquez des retombées graves,

moi même ait déjà fait l'objet de menaces de mort...!

pour d'autres affaires!"

donc, nous sommes en juin 2004, et cela fait 6 mois

que nous hébergeons un individu, qui de prime abord nous

semblait serieux, puisque son loyer de janvier,

 son 1er loyer etait payé...

Vient le mois de Février 2004, où il n'assure plus son loyer

car les assedic lui  ont coupe les vivres, pour avoir triché

sur sa declaration antérieure et demande le remboursement...

Il vient de la rue , ou plutôt de dessous la tente et je n'ai pas le

coeur à le mettre dehors, en plein hiver,

d'autant qu'il me raconte un,peu sa galère,

(conflit avec sa mère, son beau père,

son sejour chez les commandos-paras de 3 ans,

etc...)

que nous prenons pitié de lui, l'invitons à notre table, l'aidons à

 chercher du boulot, d'autant que son employeur

 précédent abuse un peu de lui, avec des contrats pas clairs..

(il est ferronnier de metier)

bref en juin, il me dit:

"j'ai les flics au cul, car ils m'ont confisqué mon scooter, qui s'est avéré un scotter volé, après que que je l'ai acheté, et ils ne me le rendrons que si je donnes des noms  de copains, dans le milieu de la drogue "(important à Masevaux et Franche Comté, proche)

Il est en plein désarroi, à partir de cette date, boit de plus en plus, laisse des ardoises dans les bars, et ne paye plus son loyer ou par petit bouts..son attitude nous inquiète...

Cela s'ajoute à nos propres soucis d'alors concernant

une procedure de vente forcée mise en route....

depuis septembre 2003...

(dont je parlerai avec pieces et courriers à l'appui..)

un jour il me dit:

je ne sais pas comment rembourser mon dû, et je te propose quelques heures de bricolage, comme tu viens d'acheter deux petits chalets, je peux t'aider à les monter...

comme un service en vaut un autre et pour l'occuper, j'accepte pour quelques heures.....

Mais l'été avance, il est de plus en plus mal..une sorte de jalousie maladive s'empare de lui..il jalouse nos clients du mois d'aout , de n'être pas invités à leur table,rentre de plus en plus saoul...

Ayant installé une tente au jardin, puisqu il a dû libéré un studio

pour un sejour reservé en septembre 2003, donc bien avant sa

venue en janvier 2004, sejour d'une semaine..debut aout 2004.

Vers la fin Aout de 2004, apres le 20, je vois débarquer un trio

 de gendarmes demandant à voir l'individu..

Ils rentrent sans mandat, vont à son studio, où il est allongé demi nu , à plat ventre, encore endormi , le réveille, et lui rende une montre...ils demandent même à voir sa tente, où ils rentrent ,fouillent, sans me donner d'explications..

(j'apprendrai plus tard que cette façon de faire

était à la limite de la légalité...

mais le chef des gendarmes de Masevaux

n'est pas à un détail près!)

j'apprendrai un peu plus tard, qu'il avait perdu celle ci dans une bagarre , où il cassé la jambe à un ami....de façon recente..

quelques heures auparavant...

Vient la fin du mois d'aout, début septembre 2004, nous lui demandons de regler son loyer...

le 8 septembre il me dit: "je te regle le loyer ce soir"

puis pendant 2 jours on ne le voit plus, sauf  dans la nuit de

vendredi à samedi où il rentre très saoul..

le samedi matin il vient nous provoquer au jardin, et c'est là que nous décidons de voir, si il n'y a pas quelque chose à faire pour que cet éthilysme cesse, et le dimanche 12 septembre 2004 je lui mets le marché en main:" ou tu te soignes et accepte d'aller voir un medecin , où ne pouvons plus te garder, d'autant que tu ne règles pas ton loyer de facon régulière et que tu l'ecluse dans la boisson!"

Le Lundi 13 septembre 2004, en debut d'apres midi, je trouve sur mon bureau d'entrée , un couteau à cran d'arrêt..

Pressentant la menace, je le cache...

Il vient peu après dans un état de nervosité et de boisson, et je refuse de le lui rendre..j'appelle un medecin pour lui demander conseil..celui ci me dit qu'on peut interrvenir qu'en cas de crise, et que c'est lui qui doit accepter la démarche de consultation..

j'appelle l'hopital de Pfatatt,

 qui a un service specialisé  anti-alcolique,

et celui ci m'indique comment faire..

Entre temps, j'avais telephoné à la gendarmerie à cause du couteau, le gendarme de permanence m'envoie aux plottes, disant que l'individu a droit d'avoir un couteau

(6e categorie quand même !)

j'insiste, et je dis " de toutes façons, j'ai l'iompression que vous le protegez, d'autant que je sais le deal que vous avez passé avec lui, au sujet de la drogue dans la vallée!.."

Silence quelques secondes au bout du fil, puis :

" bon, on vient demain , 9 heures pour chercher le couteau!.. "

Mon ami georges et moi, nous voilà rassurés !

Vers milieu d'apres midi, nous reussissons à convaincre l'individu

de l'emmener à Pfasttat, au centre anti alcolique,

pour un entretien, avec un médecin..

une fois là bas, c'était pénible car il trouvait l'attente trop

longue, menaçant de repartir, 

et le medecin

 a dû interrompre un client pour le recevoir!!!!

Le lendemain, à 9 heures, les gendarmes

se présentent, je vais chercher le couteau,leur remet..

Une fois cela accompli, l'un d'eux dit:

 "veuillez passer dans cette pièce, Vous (s'adressant à mon ami georges) restez là!

je rentre dans ma pièce de massage et relaxation et on

m'annonce ma garde à vue!

Le ciel me tombe sur la tête..!

"donnez nous l'autorisation de perquisitioner chez vous, voilà le

papier à remplir et à signer!"

Ne voyant pas ce qu'il pouvait m être reproché, je m'éxécutai et signai.

Dès cet instant, une horde personnes en civil, ou gendarmes supplementaires, investissent les pieces , fouillent les tiroirs, prenent les classeurs , photographient les pièces, les photos d'attestations de stages, embarquent mon ordi, mes livres traitant de soins du corps,tous lesproduits se trouvant sur une table, (y compris une boite d'aiguille d'acupuncture, où il en manquait une,celle d'un stage de formation de 2002 )mes produits de bains ,les cartons encore neuf de gel, de capotes, et la commande reçue recemment..d' Exes..

Il m'est interdit de faire un pas..

je ne sais toujours pas ce qu'il m'est reproché..

on fouille les affaires de ma femme..

je suis amené en gendarmerie, au vu et su de tout le monde,

 même la presse était prevenue!...

Interrogatoire sur ma vie.. 

A un moment donné, un des gendarmes s'approche de l'adjudant Chef R.. et lui dit :

" tu veux que je t'aide à auditionner?

et l'autre de repondre :

" non, j'ai passé toute la nuit

 à preparer les feuilles de questions

 et il va falloir qu'il y reponde!"

apres coup, j'ai compris que l'action qui s'était faite contre moi, faisait suite à mon coup de fil de l'après midi précédente, et maintenant il fallait qu'ils habillent cela, pour ne pas faire en sorte que cela apparaisse illegal ou taxé d'exces de zele!...

Les gendarmes m'ont relachés après 21 heures...

je suis rentré à pied..tout se bousculait dans ma tête:

les menaces,

 les pressions reçues,

 les allusions,

 les accusations..

(dont je me rappelles quelques brides de questions,

et que je relaterai, dans un prochain article, mais chaque fois

que je me remémore ces instants,

cela me fait mal au ventre...)

 

Quand je suis rentré, quelques minutes après, l'individu ,

rencontrant ma femme, lui dit:

" vous voyez , j'ai le bras long,

les gendarmes m'ont rendu mon couteau "

 

La garde à vue etait scindée en deux temps,

 donc

la deuxieme partie le lundi suivant...

 Nous sommes le mardi 14 septembre au soir...

 

Vient la nuit du vendredi au samedi ,

soit du 18 septembre au 19 septembre 2004 

 où l'individu pris de je ne sais de quels remords,

apres boisson  et nouba, chez les voisins,

criait dans la rue du Chariot:

"Be..et An.. , qu'est ce que j'ai fait?

je vous ai fait mal,

 après le bien que vous m'avez fait!"

 

je m'étais levé et le voyais déambulait dans la rue..

La voisine lui disant;:

tu es plein de sang, j'appelle une ambulance.."

"non je ne t'ouvre plus"

 

je voyais bien de allées et venues suspectes dans le hall de

l'entrée de l'immeuble d'en face.. chez le Kiné...

je repartis me coucher..

après cinq heures, cela sonne à ma porte d'entrée,

me lève et m'aperçoit que deux infirmiers sont là,

plantés sur le seuil :

' c'est vous que l'on vient chercher , qui êtes bléssé???"

je dis:" non, je pense plutôt à ce Monsieur..."

je n'ai pas le temps de finir la phrase que l'individu

bouscule les infirmiers, force l'entrée

pour donner et souiller la maison, comme le montre

 les photos ci jointes

(accrochez vous, c'est saignant !)

Entrée forcée et salie par le sang, de l'individu qui s'ingeniera à souiller les murs, les tapis, la salle de gym, une autre piece avec lino, la montée d'escalier, les portes des studios, son studio et les oreillers et couette, nous bousculera,agressera, usera de violence, (voir nos robes de chambres tachées) pour qu' au bout de 50 minutes, sera maitrisé, mais avant cela couchera sur le sol deux gendarmes, (ses bons protecteurs!!) de Burnaupt le Haut, Ceux de Masevaux, à 300 m ne s'étant pas déplacés...Tout au long de son periple, il criera les yeux injectes de sang, au regard de fou, " ta maison est foutue, je vais la souiller" et de joindre le geste à la parole agitant ses bras et poignets,.....c'est une personne maladroite qui l'invectivant lui fera quitter la maison , pour s'en prendre à la porte de cette maison, qui fera qu'il nous quitte, et que l'on fermera la porte...pour assister sur notre seuil, à une bagarre musclée entre lui et deux gendarmes , qu'il couchera parterre tellement il avait de la force..ils seront plusieurs à le maitriser pour l'étendre sur une civière , les mains lièes dans le dos, vociférant à notre endroit" je reviendrai , te tuerai, te brulerais ta baraque!..." quand le jour se levait, c'était pour constater les dégats et clou final: trouver dans nos jardinières, l'étui du couteau à cran d'arrêt.., le couteau sera chercher le dimanche,par les gendarmes de Burnaupt le Haut, chez la voisine qui l'avait... en sa possession. et qui avouera qu'il les avait menacé avec ! Conclusion: qui avait raison sur la menace potentielle du lundi 13 septembre? moi!

Qui a soutenu envers et contre tout cet individu? les Gendarmes de Masevaux ! qui lui a rendu son couteau? les Gendarmes de Masevaux!  Et ce n'est pas fini,! mais avant je vous laisse regarder ces images édifiantes, qui d'ailleurs après qu'on ait porté plainte, le dimanche, et après moultes insistances de mon avocat,, (voir pieces courrier suivantes) le procès eut lieu le 1er juillet 2005 (que je raconterai),sans qu'aucune publicité journalistique n'ait parue , que ce soit au moment des faits , ni apres jugement, contrairement aux articles qui ont paru contre nous, entre gardes à vue et apres jugements.mais d'abord regarder ces photos!.:

Et le matin nous decouvrions aussi, dans la rue du chariot, les boites aux lettres du cabinet de Kiné,en face, par terre ,car l'individu, saignant , avait essayé de monter la façade, par la gouttière, pour rejoindre ses copains de beuverie.....eh bien sûr on voit encore les taches de sang sur trottoirs...

Que les gendarmes de Masevaux se soient emus des evenements de la nuit? que nenni, ils firent avec reticence 6 photos...heureusement que nous avions les nôtres!

Nous avons demandé tres tot par fax , un constat d'huissier,; celui ci n'est pas venu , plus promt à prendre l'argent qu'a faire son autre metier qui est de constater! Ben voyons!

Ce qui nous laisses perplexes, c'est l'attitude passive des ambulanciers, qui restés sur le trottoirs, ne sont jamais intervenus pendant que nous étions agressés....le temps mis par les gendarmes  pour venir( ils etaient sur une autre affaire) oui mais ceux à 500 cent mètres, de chez nous qui avaient soutenu l'individu, ils dormaient.....Nous aurions eu largement le temps de nous faire assassiner! mais bien sûr c'est pas leur problème..D'ailleurs, je ne me suis pas géné pour dire à l'un deux, le matin à dix heures " vous auriez voulu qu'il nous arrive malheur, que vous vous seriez pas pris autrement!" il n'a rien repondu,bien embarrassé pour repondre!

Bien entendu, compte tenu de cela, nous portions plainte le dimanche:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

plainte qui eût du mal à aboutir et il a fallu toute l'insistance de mon avocat,

 pour que celle ci ne finisse pas aux oubliettes!:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On remarquera que cela se passe apres mon proces du 25 novembre 2004...

Finalement pour cette affaire d'agression, nous eûmes la convocation pour le procès, la veille de l'audience, le 30 juin 2005, avec un courrier envoyé le 28 juin 2005: 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant à moi, le lundi ,

 apres ma deuxième garde à vue,

 je recevai ce recepissé:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et le 21 septembre 2004, les griefs portes sur moi,

 avec convocation au 25 novembre 2004..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans doute, vous posez vous des questions, comme

:" comment  s'est blessé, l'individu? où ?

 les mêmes questions ,nous nous les sommes posées,

et la reponse  nous l'avons apprise, le samedi matin:

il s'est blessé, sur des plaques d'éternit,

 en se taillant les veines sur une maison du quartier!

 pourquoi?

on en sait trop rien...

ou ,si un peu ..

du moins on le suppose:

 rappelez vous, ces incantations de la nuit:

" B ..et Am , quest ce que j'ai fait, après tout le bien que vous m'avez fait!..

C'était un debut de remords,

 suite aux articles parus dans la presse,

 (ci joints, ci après, )

et la decouverte vers fin Novembre 2004,

des accusations, ou recits faits à gendarmes de soi-disant orgies homosexuelles,

 dans ma maison..

et cela chez notre avocat maître Facchin  lors de  l'entretien, à Mulhouse, par LUI......

A vomir..!

Mais avant d'en venir là..

le matin de l'agression, j'ai faxé à un huissier de ma connaissance

 et qui a encaisse pas mal d'argent de Nous , une demande de constat à  faire dans la journée..

Il etait  5h56'.

Il n'est jamais venu.. 

(si , il est venu le Lundi suivant,, le jour de ma deuxieme garde à vue,

 à 10 heures, pour chercher des televisions d'une autre affaire)

 ( mais de constat pour les evenements du samedi, point!)

c'est vrai l'esprit de lucre de ces gens là est phenomenal !

Quant à leur humanité, je crois pas qu'ils savent si ce mot existe..

Enfin la Nature Humaine , j'en ai fait le tour

et autant dire qu'elle est pas belle ! .

 les evenements du samedi, 

s'étaient deroules à partir de 5h23 à 6h10....

Pieces jointes:

 

:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et même notre avocat etait prevenu:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici les articles de presse parus le 16 septembre 2004 ,

soit le lendemain de ma demi-garde à vue,

donc enquête pas encore terminée,

mais cela n'a pas empecher le brigadier de raconter n'importe quoi

 ou des faits inexacts..En tous cas la presomption d'innocence,

 pour ce qui me concerne...on s'en fout!

Calomniez , Calomniez ,

il en restera toujours quelque chose!

C'est dans un opera je crois.

Le Barbier de Seville! ..

voici les artistes-journalistes au travail du journal l'Alsace et DNA au travail:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ce fut pour moi, un coup de massue, cette edition,

 car moi je n'avais reçu, à la sortie de ma garde à vue,

qu'un recepisse de garde à vue sans precisions des faits reprochés....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et c'est ce qui explique sans doute ,

en partie, le remord ou l'attitude de l'individu

 qui a été manipulé par la Gendarmerie de Masevaux..contre Nous

et qui s'en est rendu compte plus tard peut être:

" B..et A m..qu'est ce que j'ai fait, apres tout le bien que vous m'avez fait!"

 qu'il criait dans la rue, apres 4 heures!

D'ailleurs d'autres faits, en partie anodins referont surface après-coup:

Par exemple, ma belle soeur qui etait hebergée,

 en aout, dans la piece du Vibrosaun, m' a dit un jour:

 "tu sais, la nuit j'entendais circuler l'individu, dans le couloir

 et puis , ensuite, presque plus de bruits..."

En ce temps là toutes les portes de mon Centre etaient ouvertes,

 la nuit, et je ne voyais l'utilité  d'y mettre obstacle...

Quelle naiveté de ma part!

Rappelez vous, je vous avais dit que quelques minutes,

 après l'annonce de ma garde à vue,

 j'avais vu débarquer une horde de gens..

.certains ont été directement à des tiroirs,

sans fouiller, pour y prendre ce qu'ils y cherchait..

et comment croyez vous qu'ils puissent y avoir été, directement, 

sinon, par un poisson pilote qui les avaiet renseigné auparavant! ..

cqfd !

Je me dois de préciser que lendemain de la parution des articles dans les journaux DNA et Alsace

, la circulation etait ralentie, du fait de travaux, et l'on voyait les gens devant ralentir, montrer du

 doigt, la maison, la description faite de celle ci ne laissant aucun doute,sur les lieux; un vrai

Dazibao!

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

M&A 29/07/2007 10:20

La dangerosité des gens "bien-pensants"? Terrible!
Raconte...

lechopied 29/07/2007 15:05

oui, je prepare les photos, et les documents et le déroulement du recit..ca va être saignant...ainsi je demontrerai comment une institution bien française peut soutenir une certaine violence, utiliser un individu contre un autre, faire fi de l'intuition, de sa victime quelques jours au préalable, et utiliser ses fonctions ,ses réseaux , médias, entre autres pour salir, demonter une reputation ; et ces medias locaux , ne pas rapporter ou rapporter de façon inexacte des faits..de plus comment des medias, ayant peur de denoncer des faits graves faits par des personnes à responsabilites, s'abstiennent de dire leurs noms, alors que par ailleurs, ils n'ont pas ces scrupules   ! merci de votre soutien, et il serait utile que vottre intérêt, suscite par vous, d'autres lecteurs de mon blog, car celui ci n évolue pas beaucoup en terme d'audience et pourtant depuis de nombreux mois, je me donne à fond our que celui ci soit intéressant..à croire que les Français sont devenus lymphatiques, bonasses, mous, indifferents aux choses serieuses...j'ai pu souvent constater que la lacheté, la medoicrité sont souvent les compagnes de mes compatriotes!