Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 15:38

Il y a juste un an ,le 25 juillet 2012,

je parlai de fraicheur d'été.

c'était un autre lieu.

c'était une autre vie.

Depuis une bourrasque a balayé notre vie.

En effet, pendant la période hivernale (8 decembre 2012)

ou "soi disant ", on est protégé,

on a reçu requête d'expulsion,

avec astreinte de 1000€ par mois d'occupation

du Credit Agricole Alsace Vosges a partir du  1er novembre 2012.

On a contesté la forme et le fonds

mais rien n'y a fait,

le juge a donné raison au Credit agricole,

faisant fi de la réglementation  

et le Crédit Agricole ayant recu la non faisabilité de cassation,

par nous,

because, nous n'avons pu nous constituer

avec aide juridictionnelle

(dépassant les plafond)

et

dans le même temps ,

les saisies opérées sur le revenu de Bayou

obérant les moyens de prendre avocat patenté.

 Comme quoi lorsque que l'on veut abattre quelqu'un

tous les moyens sont réunis

(Etat , avocats, juges,) sont bons,

dans un Etat qui se pretend de DROIT ,

mais en fait qui EST  du PLUS FORT et du PLUS RICHE. 

Nous avons dû faire fissa pour trouver un logement,

avec l'aide ponctuelle d'amis,

qui devait être libéré le 1er mars 2013.

Nous avons reçu commandement d'huissier le 3 mars 2013, c'est dire que nous sommes partis bien avant le delai d'expulsion de 2 mois apres commandement

qui aurait dû intervenir le 2 mai 2013.

Ceci dit , nous avons été PLUS HUMAINS

que tous ceux de nos ennemis

(il n'existe pas d'autres mots pour qualifier ces gens là)

nous avons trouvé des logements à nos locataires,

nous avons distribués nos meubles à eux ,

à ceux qui en avaient besoin.

Nous avons nettoyé de fond en comble

l'immeuble et avons rendu les clefs, à huissier ,

à notre demande, le 28 mars 2013

et cerise sur le gateau,

celui ci a fait changé les serrures.

Ceci a été dur,

et avec l'aide d'amis , nous avons déménagé,

il a fallu faire le tri de beaucoup de choses.

Malgré des demandes pressantes,

au sujet de la vente de l'immeuble,

pour savoir si versement de fonds a eu lieu ,

du credit agricole qui a acheté l'immeuble,

des purges des hypothèques,

comme le prétendait "faire" la comptable du notaire

et

écrit noir sur blanc sur pv d'adjudication,

reçu le 8 decembre 2012 ,

nous avons pu constater une inertie ,

une volonté de rien dire pendant  ces 3 derniers  mois,

après le 28 mars 2013,

si ce n'est, il y a quelques jours ,

à notre demande,

la réponse selon laquelle les choses se font ,

sans autres précisions...

Mais le changement qui consiste à être ruiné ,

à être aussi nu, sinon plus qu' avant notre mariage,

c'est à dire être plus  dans l'AVOIR,

nous a obligé à ETRE.

ETRE dans le beau, le ressenti.

et

Mulhouse ne manque pas d'attraits dans le domaine culturel:

concerts divers le samedi, en formule" plateau "

au temple Saint Etienne, jusqu' à ce dernier samedi;

festival de rues;

fêtes des voisins dans divers quartiers;

Concert place de la Réunion.

Toutes manifestations gratuites ,

car nous n'avons plus les moyens de payer quoi que ce soit

 

On s'est nourri de choses belles de l'esprit,

pour ce qui est de l'aspect nutritif des choses alimentaires,

c'est l' aide d'amis qui nous a permis de nous nourrir,

et

aussi l'aide de monsieur Moser

( nous l'en remercions)

de l'aide d'urgence de la Mairie de Mulhouse

qui nous a permis d'obtenir l'octroi de 3 bons alimentaires pour le mois de juillet 2013.

Nous avons entrepris d'autres démarches ,

sur ses conseils,

dont nous parlerons plus tard,

en fonction des résultats.

nous avons dû "sabrer" dans toutes les dépenses,

beaucoup de choses annulées.

d'autres viendront encore....

 

Voilà , ce sont les changements opérés,

depuis la bourrasque du 8 decembre 2012

et

cette semaine là a été une semaine noire ,

car l'on a vu l'entretien avec la préposée

du Doyen des juges d'instruction de Mulhouse

m' informant du non lieu du faux en ecriture du notaire ,

au prétexte de peu des conséquences

sur l'adjudication de notre bien.

Ainsi en France on ne juge pas du fait d'un faux ,

établi par un officier ministériel ,

mais plûtot des conséquences peu graves ou graves. 

C'est dire le délabrement de nos Institutions

et

la connivence constaté de facto,

entre gens du monde judiciaire;

un autre quidam serait condamné....

la fable de  Mr De  Fontaine est toujours d'actualité.

 


 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires