Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 10:38

hier,

était programmée la rencontre

à cette émission de 3 personnages:

Marie Agnes Gillot ,

Clovis Cornillac, Alexandre jardin =

la danse, le cinéma ,l'écriture.

Et aussi 3 parcours,

3 héritages diffeéents et milieux différents.

j'ai fait mes recherches sur wikipedia,

ce matin,

car il y a des manques dans les dires des invités,

des blancs dont ont veut retouver la trame.

Pour la 1ere l'interrogation  de la 1ere invitée, c'est:

comment a t elle pu aprrendre la danse avec un corset ?

sans que ses professeurs s'en aperçoivent

(Opéra de paris en plus)

ayant ajouté que deux seules de ses amies

étant dans la même chambre qu'elle , le savaient? 

Ma curiosité est satisfaite car wikipedia

m'apprend qu'elle ôtait ce corset (pour scoliose)

pour les cours de danse.

Ouf ! ,je respire, car connaissant un peu ce milieu,

par un ancien maître de ballet,

qui plus est ayant été Sujet à l'Opera de Paris

avant cela,

ayant lui même cotoyé les plus grands de 1946 à 1978,

je doutai de ses dires à cette danseuse étoile.

Pour le reste, c'est une femme,

qui a su ce qu'elle voulait tout de suite,

et

son rêve s'est realisé.

Pour Clovis Cornillac, fils de Myriam Boyer,

qui à l'âge de mon frère ,décédé,

c'est le terrain familial, comme un atavisme,

qui a fait éclore ce talent

mais qui a su eviter,

les pièges de ce milieu des comédiens.

S'étant  pris en mains à 14 ans,

il a su saisir les opportunites

et

aussi bourreau du travail d'acteur,

on pourrait dire boulimique à regarder sa filmographie,

il a su garder tête froide.


Pour Alexandre jardin, fils du scénariste Pascal jardin, lui même  fils  de   jean Jardin ,

chef de cabinet de Pierre Laval,

situé comme collabo pendant la dernière guerre,

c'est l'écriture, mais aussi une fracture à l'âge de 15 ans,

(à la mort de son père  Pascal Jardin , à l'âge de 46 ans,

scénariste entr'autres

des films des Angelique ou du fieux fusil et d'autres,)

après une vie d'enfance hors de la réalité dit il ,

car soirées brillantes, , argent dilapidé au poker,

distribution de chèques  au hasard ,

par son père ,

ont emaillé sa prime enfance

et  ensuite pendant 5 ans de l'âge de 15 ans à 20 ans,

apres cette disparition, travail pour la maman,

gêne financière,

ce fut dur pour lui à retrouver le terrain de la réalité,

mais aussi une prédisposition

lui a fait fréquenter sciences politiques.

La figure du Grand père, jean Jardin

et

les interrogations du petit garçon,

sur son rôle pendant la guerre,

comme une blessure secrète,

qu'on lui a caché pendant longtemps ,

a forgé un caractère.....

 


je comprends mieux ce sentiment, cette recherche,

car moi aussi, j'ai toujours voulu savoir

les non-dits distillés, ça et là,

mais jamais élucidés car je manque d'informations.

En effet, j'ai su , en 1969, j'avais pas encore 18 ans

que ma maman avait été rasée à verdun ,

accusée de collaboration,

mais comme aussi le père de pascal Jardin, elle avait aidé à la Résistance, aussi,

une sorte de double jeu

et

plus récemment son frère, mon pseudo parrain,

m'a appris que lui même,dans les francs tireurs,

avaient sauvé de la mort, car condamnés à mort,

ses parents accusés de collaboration

(donc mon grand père Alsacien)....

avec une intervention de sa part.


Ce sont des périodes floues

dont il difficile de séparer ce qui est de la rumeur

des faits exacts quand on a pas tous les éléments.

Mon père avait l'habitude de me dire que lorqu'il dirigeait

"  le Coq Hardi de Verdun," alors qu'il était marié

avec sa proprietaire,

qu'il n'avait jamais vu autant de résistants spontanés

apres 1944, alors que les mêmes avaient fait courbettes

aux Allemands qui avaient requisitionné

son hotel pour en faire le siège de la Kommandantur ,

bien avant cette date de 1944,

depuis le début de 1939, et les actes de Vichy....après.


Alexandre jardin a écrit un livre pour exorcicer ce passé

ou tenté de trouver une réponse à sa question:

son grand père était  il conscient  ou au courant de la rafle

du vel d'hiv et des conséquences de ses déportations?

je ne sais si il a la réponse,

mais lécriture est pour lui semble t il une thérapie.

Moi aussi quand j'écris sur cet écran.

 

Pour en revenir à cette émission de Frédéric Lopez,

ce sont vraiment des moments riches où c'est toujours

un éblouissement de découvrir ces différents parcours.

 Il y en a eu d'autres que je n'ai pas tous vu,

comme 

Arielle Dombasle, Serge Moatti

et

le Comte de Bouderbala,

que je regarderais prochainement .

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lechopied - dans artistes
commenter cet article

commentaires