Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 18:00

    Il y a plusieurs solidarités,

celle que l'on donne et celle que l'on reçoit.

 

Celle que l'on donne :

je l'ai pratiquée pendant 35 ans avec mon immeuble,

l'Octroi des Remparts à Masevaux

avec l'accueil de personnes fragiles,

la disponibilté pour tout un chacun,

mais aussi pour ceux fragilisés,

l'aide pour les papiers:

l'Apl pour la caf,

l'orientation pour les institutionnels:

assistante sociale, Mairie , et

aussi les associations caritatives

existantes depuis des années

(caritas, resto du coeur).

 

et

puis un jour on est de l'autre côté de la barrière:

on devient précaire , car on se fait spolier,

avec la complicité de juges, de banques,

et

même du TPG qui vous confisque au delà de ce qui est convenu,

instaurant un manque de moyens d'ester en cassation,

qui plus est, un faux de notaire est absous...

donc dis-je ,

on se retrouve l'autre côté de la barrière:

on eût pu croire que la solidarité existe,

celle plutôt institutionnelle comme la Caf de Mulhouse,

quand on prends un logement en location....

résultat : 19,64€ mensuel octroyé pour un loyer de 580€

hors charge de 220€

(chauffage et services d'immeuble..)

avec un revenu de  mensuel 1027€ + 272€

pour un couple, maintenant ,retraités.

 

Quand je pense que mes locataires touchaient

 200€ sur 420€ par mois

lorsque ils aboutissaient chez moi...

 

raison invoquée de la caf :

on prend les revenus d'il y a 2 ans en arrière....

Mais le coup dur qui vous arrive,

celui là il compte pour rien...

constat amer:

il faut être immigré,

demandeur d'asile,

ex-routard,

changeant de région,

ou

n'ayant pas ou peu travaillé pendant au moins

1 an  ou 2 pour avoir les droits conséquents

et

la compassion de la CAF a ce que l'on voit.

 

Alors quand cela coince, on se dit ,

peut être trouveras -t on une oreille attentive ailleurs,

on vous oriente sur la mairie de Mulhouse:

là on est recu par un Monsieur Moser de l'Aide Sociale

qui vous écoute , très humain

et

vous aide avec des bons alimentaires,

(car bien sûr quand on plonge dans la précarité

c'est un tobogan vite fait:

plus d'argent devant soi avec les dépenses

contraintes,ordinaires...payées.


Votre bien est  et a été vendu ,

mais là c'est l'escargot, 

vous avez beau demandé où en est la vente

(depuis le 28 mars 2013 ,

date à laquelle on a rendu les clefs,)

le paiement  de l'acheteur,

des hypothèques,

c'est un mur  qui vous réponds:

vacances de l'une ,

rédaction en cours pour l'autre,

mais rien de concret.

Puis la Mairie de Mulhouse

vous oriente vers le pôle gérontologique

(conseil général)

qui s'occupe des retraités,

mais là pas de miracle,

pour une solution perenne,

une assistante sociale , Mme VOGEL 

vous écoute,

fait un dossier

et

vous octroi de l'aide alimentaire à venir ,

avec une épicerie solidaire à partir du 22 aout

et

un colis alimentaire

de la Conférence Saint Vincent de Paul,

ce dont ,

on la remercie avec ceux qui font cela en associatif...

car il faut dire que depuis notre déménagement,

après avoir payé ce que l'on devait,

il ne restait rien pour manger

et

c'est l'aide d'amis qui nous a permis de manger

entre fin avril et fin juin 2013....

c'est à dire l'aide ponctuelle.....

 

alors qu'as t on fait ?

On a sabré dans les dépenses,

fermé plusieurs prélèvements

pour ne pas agraver les choses,

un dossier avec Cresus et son bénévole ,

constitué,

mais là c'est un dossier

qui prendra 3 mois d'instruction

dont on a appris le délai le 5 aout 2013...

 

comme on le voit , la descente est rapide,

mais les outils institutionnels sont inexistants

pour les coups durs...

 

heureusement qu'il y a des associations sinon,

pour un ETAT qui se dit solidaire il est bien nu.!

 

Quand je pense à tous ces impôts ,

ces taxes par milliers de francs d'abord

et

ensuite d'euros que nous avonspayé

pendant 35 ans,

on peut dire que la solidarité elle est à sens unique.

j'ai créé de la richesse,

(je ferai le compte bientôt) ,

enrichi pas mal de gens, 

pris de mon temps pour l'écoute,

pour aider,

nous nous sommes souvent privés ,

mon bayou et moi,

de tout ce qui fait la vie des gens aujourd'hui:

vacances, petits plaisirs :

restaurants , sorties,

pour constater que tout cela est en vain.

 

On est français pour payer ,

pour se faire tondre,

mais quand il s'agit que des droits de solidarité 

soient donnés, alors il n' y a plus personne.

 

Dois je dire merci sans doute au médecin de la securité sociale

qui m'a supprimé  le benefice de 30% pour retraite

alors que depuis 1972,

 j'avais le statut travailleur handicapé A,

(ce qui explique mon sejour au CRM à Mulhouse)

dont j'amais je n'avais voulu tirer avantage,

 mais en toute connaissance de cause mon medecin traitant

Mme Cordier de Masevaux en 2010,

avait demandé l'octroi, pour le calcul de ma retraite?

 La consequence  de ce refus du medecin de la securité sociale

ce fut,

l'amputation d'un droit

qui fait que ma retraite est de 172€ au lieu du double de cela....

 

j'aurai pu faire appel,

me diriez vous,

mais l'experience m'a appris que ces gens

ne se déjugent pas,

 et

c'aurait pour moi, en plus de l'humiliation de quémander,

un second refus ,c'est sûr !

"Les loups ne se mangent pas entre eux",

me disait mon père qui connaissait bien

le Monde et les gens de cet acabit là,

 comme les juges aussi.

 

 je n'ai pas 65 ans ,

aussi je n'ai pas droit au minimum vieillesse.

 

Tout a ete fait comme par connivence apparente pour nous reduire

 à la precarité,

à la misère.

 

je me serai appelé Ben.... quelque chose ,

nul doute que j'aurai ete traité autrement,

 c'est aussi cela la réalité  , ma réalité ressentie!

 

Je me suis souvent déplacé ces derniers temps

à la Caf pour constater une forte population d'immigrés;

sûr que pour eux ,y'aura des aides....

mais pour le Français lambda qui trébuche,

alors il y a rien de rien.... 


voilà le résultat !

 

j'ai écrit  ce article au brouillon début aout 2013

 et

 je le complète aujourd'hui le 4 septembre 2013,

car rien ne bouge  pour attenuer notre précarité,

 ni savoir où en est la vente de notre immeuble

où l'on constate que la notaire Maupome fait trainer les choses,

le dernier courrier est du 23 juillet 2013

disant que le personnel concerné est en vacances, mais depuis plus rien... 

 






 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by lechopied - dans Etats d'âme
commenter cet article

commentaires