Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2005 2 01 /11 /novembre /2005 00:00

...                                           Aujourd hui, c est 1er novembre,

                                              et c est a quelqu un de mon enfance que je pense et dedie cet ode: A IP!....(Philippe)

                                               Le prénom et le cri d un frère a l autre: Il est parti, un soir d automne, sans crier gare, ne cherchant pas la reconciliation, parti avec ses souvenirs, de la chambre d hopital aseptisée, de la grande ville d aquitaine, sans doute dans d horribles souffrances d un cancer du pancréas qui le rongeait, laissant une femme et deux petits et un autre fils, lui ,qui ne l as pas vu avant le grand voyage......

                                               Il portait le prenom d un grand general de la Grande Guerre et qui est sorti, honni, de la deuxieme; il en avait le port de tete, cette facon hautaine de considerer l "autre"; cette suffisance qui embarrassait.....sans doute pour cacher quelque mal être.....

                                                Il est parti, apres un parcours de vie assez fantasque, avec des dons a la naissance, qu' il n a pas voulu exploiter, son caractere ombrageux, et cette facon de ne pas accepter le commandement de l autre, sauf le sien, lui a fait manquer de bien belles occasions:

                                                 la feuille blanche  des années soixante se souvient elle des Tom et Jerry que sa main dessinait; et du pliage de cette meme feuille, il en faisait une tete de chat...percée d un trou...remplie d eau, et assimilant la lecon qu un poids lancé d une certaine hauteur augmente celui ci; mettait en pratique ces diverses dispositions au service d un projectile qui partait du 4e etage du 23 rue alphonse karr de la ville de nice; au grand dam de la grand mere que rien n accordait avec lui( ils avaient la meme date de naissance, le 8 decembre...)et a l interrogation du passant qui recevait le projectile sur son chapeau, a la sortie du cinema l Escurial d a coté, et la voiture juste rangée en bordure du trottoir, en recevait les restes épars, mouillés et degoulinants; les fous rires eclataients et l attente du lendemain pour contempler les resultats, les murs de la chambre de l appartement s en souviennent ils?

                                                  Comme ils devraient se souvenir des sons de la musique de wagner, des soldats ou animaux de plomb, rangés dans des cartons, et du tourne disque  de La Voix de son maitre, qui recevait des disques noirs de 78 tours dans leurs enveloppes en papier..du jazz qu il aimait , de joan baez qui jouait notre revolte d ados.....

                                                   Les murs de la cuisine, au sol couvert de carreaux de grés noirs et blancs, et la table de la cuisine se souviennent ils de ces mains agiles qui ouvraient le ventre d une souris blanche pour etudier sa morphologie, au grand dégout de son frère et qu il prenait pour de la sensiblerie, quand il disait de son ton de grand fère" faut bien des souris y passent pour que la science progresse...."un jour je serai vétérinaire."..

                                                    Les années ont passé et il n y eu jamais de veterinaire....pas plus qu il a pas eu de dessinateur......ni de cuisinier...et pourtant ses mains savaient nous concocter le poulet à la menthe, le calamar fraichement péché, découpé et cuit a l américaine, avec une patience infinie, apres des stages chez Leloup, avenue Gorbella......

                                                    Les années ont passé, ses sentiments ont evolué avec les animaux et on l a vu arpenté l Avenue jean Medecin avec un labrador, dressé pour les aveugles de La Cordée; labrador qu il cherchait au Canada......Le suicide de son fondateur, alors qu il etait a saint Egreve, pres de grenoble, a interrompu cette vocation....

                                                    On l a vu et connu génie mecanique ,soit pour 2 roues dans le garage de son beau frere, à Nice, ou bien responsable de pieces détachées d une prestigieuse marque...JAGUAR...à Paris.

                                                    Il aimait les voitures pour les vitesses qu elles pouvaient donner et l ivresse suscitée.....

                                                   On l a vu, et on a sans doute mange son pain, car à la fin de sa vie..., reconverti en boulanger, sur les bords de la Charente..à Saint Severin, il était le boulanger d un village de 700 âmes.....2 ans pour servir la premiere matiere de l homme, que notre civilisation a eu trop tendance a accuser de tous les maux...........

                                                    Les femmes surtout, a cause disent elles de la propention a faire grossir....balivernes..et pourtant  il y a un siecle, des gens sont morts à Fourmies, dans le Nord....pour un morceau de pain....sans vouloir remonter au temps de Marie Antoinete ou le pain manquait........

                                                   49 années c est long et court,  trop court pour expimer tous les dons manuels que la naissance dispose ; trop long quand les conflits personnels, familiaux ou professionels, perdurent....surtout quand son penchant n est pas au pardon, ni à la toléerance envers les autres, et poutant lorsque le grand voyage est là...qui s exprime en la personnification d une grande flamme au Crématorium, un matin d octobre, de la Grande ville d aquitaine, pour finir dans une urne que la Famille est venue chercher...on se pose une question: Qu as tu fait de ta Vie?...

                                                   Le gachis d une vie se mesure aux occasions manquées, surtout quand l éducation que l on recoit est entrecoupée d absences longues.....4 ans....+  4 ans et que l adolescence retrouve l être adulé, changé, et l incompréhension totale.....

                                                  Quand les parents égoîstes ont passé en perte et profits la vie d un autre......qui n a pas eu le temps d exprimer le sentiment a son frère....

                                                   Quand la mère adepte du Mal et qu' elle a choisicomme Maître, prefère diviser pour régner... et faisant de sa fille sa copie conforme.

                                                    Mélé à de l orgueil mal placé, quand l un des frère  n a pas choisi, entre 2 êtres, pendant un 1er mariage et que l on a recu son fils et sa mère pour ne pas ajouter au malheur de la séparation d un couple , le désert affectif d une famille: on ne pardonnne pas..

                                                    Pas plus que l on annonce à son frère(moi), son remariage, la venue de 2 autres enfants et lorsque  l' on fait le silence pendant 17 ans, cela fait un beau gachis......

                                                   Je garde au coeur, le visage d un enfant blond, avec des yeux rieurs, avec la curiosité et la recherche permanente des pourquoi....le visage d un adolescent et jeune homme ombrageux, demandant en permanence des sous à sa mère, chaque samedi, pour ses "pipes" (cigarettes) pour la durée du collège a Draguignan...la semaine.

                                                   Et  puis la Vie, vous sépare, chacun cherchant sa voie, assumant ses révoltes, sutout quand l histoire balbutie: Mai 68...le Viet nam....l évolution des moeurs...cette difficulte a trouver le juste milieu, de faire coincider ce que l on t a inculqué et la nécessaire tolérance de ces années là, pour enfin, regarder en arriére et constater que malgré cela.....la sociéte est déboussolée, sans points de repères...avec la violence permanente et l avenir bouché pour de nombreux jeunes...à  3 ans de l an 2000 qu IL ne verra pas.....

                                                    Il est ou le Philippe, celui dont on attentait beaucoup, celui qui aurait pu être genereux et que la vie a abimé ,au point de le changer....N' est ce pas de lui avoir trop tôt confié des responsabilites et de lui avoir volé sa jeunesse, au point d en exiger de son 1er né, qui a cassé son enthousiasme, cette joie enfantine du découvreur...qui promettait a 12 ans......

Quelle blessure secrete, quel évènement a pu  changer" A IP" , au point  qu il n etait plus le même.............

                                                   Que d occasions manquées.....Celle par exemle de n avoir pas connu son autre frère...le Demi, celui du 1er lit......qui ressemblait tellement au père.......qui a appelé un de ses fils "julien".....comme le sien...et qui lui ressemble tant physiquement que l on croirait sorti du meme moule.....

                                                    Ce même frère...Jean a le don des langues, comme notre pére, il a cheminé a son rytme,etudié, reussi son capes, l agregation, enseigné, puis dirigé quelque etablissement dans les vosges, le magreb marocain et de retour en France, dans l est de la France.

                                                     Tout cela parce que les fils ont ete coupés des l enfance par la Mère qui a atrophié tout sentiment familial, fraternel et communautire envers son fils ainé, comme elle a fait aussi, au niveau de son frère jacques... et que ses enfants ont eu peu loisir de frequenter au point d elever dans coeur d adolescent un sentiment de suspicion envers tous les membres de la famille...alentour.

                                                      Meme le mariage d un cousin nous etait interdit, et cela remonte a l année 66.......

                                                     Celle par exemple de constater que son autre frère, celui dont il ne supportait pas la presence, que celui ci avait pu monter une petite affaire touristique où s il avait mis un peu d eau dans son vin, il aurait pu sejourner avec sa nouvelle petite famille...orgueil quand tu nous tiens!...que de dégâts.  

                                                     Le destin nous adresse parfois des clins d oeil : comment !?..

                                                     Deux frères qui se connaissent pas, se marient...ont des enfants et les premiers nés de chacun d eux s appellent JULIEN, sans qu aucune concertation n aient eu lieu.....se ressemblent physiquement....et pourtant ce qui aurait pu être rassemblé.....n a pas été...!

                                                      Dieu, dans sa mansuétude, rassemble les fils, tissent la toile de la communication et l homme est aveugle, ne veut rien voir, ni entendre !   Comment cela nous sera et deja compté pour Lui, qui n a pas daigné y voir un signe, ou des signes....?

                                                       La volonté d un 3 em frère  (moi) n'  était pas absente, elle a même éte exprimée au fils du disparu il y a quelques années....et puis la Vie a fait le reste, les études et la séparation de l un, la nouvelle vie familiale de l autre, l absence de communication avec le rejeté (moi), la peur de représailles de la mère ont fait avorté le projet...d une rencontre phénomenale, à jamais perdue.

                                                       Notre Père avait coutume de dire que l enfer est pavé de bonnes intentions...cette fois ci, il n a pas gagné, au grand dommage et regret de l un des protagonistes... 

                                                      Un jour, sur les chemins de Saint Séverin, sur la place du marché, ou il habita, petri son pain, elevé ses enfants, j irai  par les cours d eaux, j irai par les forets, par les rues du village, je respirerai ta presence dans l ether et pourtant absente;  j interrogerai le ciel d étoiles qui couvre la Charente, j irai humer l ambiance de l eglise, que sans doute, il frequentait peu, à moins qu 'avec les années, l ai rapproché de Dieu..

                                                     J irai et par les pores de mon corps, dans un frisson intime, je crierai  aussi ma révolte, pour exprimer l absurdité de la haine ou de l indifference qui a pu s installer entre 2 frères, par ce que d autres se sont ingéniées à le faire..

                                                     Dors; A ip, maintenant de ton dernier sommeil, il n est plus le temps des regrets, ce qui n a put être ne sera plus, laisse moi jusqu a la fin, l image d un frère qui n aurait pas grandi, et que la vie n aurait pas abimé....

                                                     Celui de l enfant blond dessinant ses TOM et JERRY sur des cartons et qui ornaient le salon chinois de l appartement de la rue Alphonse Karr a Nice...

                                                      Ces lignes ont été écrites il y a  8 ans, pas changée d un iota, car j ai voulu, conserve à travers le recit, l amour , la tendresse pour un frère, non partagé, sans doute par lui, mais qui sera toujours, celui qui aurait pu être "autre" si les contingences de la vie en avaient decide autrement..mais il y a une consolation à cela:

                                                       Le  2 juillet 2000 a 12h15, mon frère philippe, à travers l ecriture automatique , m a parlé:....

                                                     " tu dois pardonner...même à Maman, oublie tes rancoeurs, continue a te former au niveau spirituel...ton coach et moi, et d autres te donneront les moyens d être sereins..

                                                     "Continue à soulager, à apprendre....nous te ferons connaitre d autres personnes plus connues, reste simple , sans orgueil, comme tu t y es engagé en  98..." (stage holotropique, rencontre avec le divin, sujet de mon magnetisme et mes mains).."

                                                      "Le mal est en toi de meme maniere que le bien, tu es libre de choisir, ton systeme de pensées, choisis celle plus positives;

                                                       Lyne te contactera..ce sera notre signe..."( cela est arrivé plusieurs fois)" tu feras d autre stages.....

                                                        La partie financière sera passée ,si tu nous ecoute....

                                                       Ton initiation touche à sa fin...quand tu mesureras le champ étherique, invoques nous, transcende la musique dans un soufle et apprends à faire vibrer leurs chakras ou points forts..

                                                       Ne te gonfle pas d orgueil, tu as la grâce du Don, ne l éparpilles pas , fais en bon usage...

                                                      Où je suis, je suis bien, je veille sur vous tous; ce que tu as fait à Paulette, tu le feras à d autres....

                                                      Comme une vague, ton pouvoir sera connu, reste simple, n en abuse pas; il te fallait ces epreuves pour apprendre à aller a l essentiel...

                                                       Toutes tes lectures t on été orientées pour ton initiation, suis ton intuition, regardes droit dans les yeux des autres, ne parles pas, écoute beaucoup..

                                                       C est fini pour aujourd hui, nous t observons."

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 00:00

                                                               Il y a quelques mois je sillonnais l Alsace, et à la frontiere du département de Belfort, prenait la directioin de Masevaux...

.                                                             Je ne pensai pas m' arrêter, et sur le toit d'une maison une enseigne "gites" m incitait à le faire..

                                                             Je sonnai; une personne gentille et souriante m accueillait.

                                                            je demandai la disponibilite d' une chambre, ce qui l' était et je fus amené dans un studio tout equipé, :kichnette,salle d eau, tv,dvd, les draps ,serviettes et peignoirs fournis.

                                                           Mon hôte me demanda la durée du sejour; j' indiquai 2 jours. même l eau gazeuze et plate etaient fournies.

                                                                Mon hôte m' indiquait que le petit dejeuner etait offert et si je le voulais,  servi en chambre à l heure que je voulais, à partir de 7 heures.

                                                              Les couleurs du studio etaient gaies et reposantes.

                                                           Tandis que je m installai, apres que mon hôte fut parti, je pris mes marques, et déballait mes affaires....

                                                                 Il se passa une heure à peine que mon hôte frappa a la porte et à ma grande surprise, il deposa sur la table une corbeille , qu il dit de "bienvenue" :fruits, gateaux pour randonnees, jus de fruits, bouteille de cremant..

                                                           Ca commencait bien!

                                                            En discutant avec lui, il m indiquait que pour mon séjour des activites de détente pouvaient être proposées, et m' invitait à le suivre.

                                                          Ainsi, je fis le tour d une salle de gym qu' on dit Américaine, un sauna americain qui ressemble à un vaisseau, d' une salle d eau, avec jacuzi et d une salle dotée d une table de relaxation...

                                                         Comme il etait 18h passées, nous prenons rendez vous pour lendemain 9 heures....

                                                                  A  8 h30, petit dej servi, après cela, mon hôte me conduisit à la salle de gym: je connaissai la gym avec efforts, mais bizarrement, pendant près d une heure, ce sont les machines qui faisaient le mouvement, moi je n avais qu' à resister aux mouvements, en résistance, et en musique svp...Mon hôte constamment à côté de moi, me montrai le geste juste....

                                                                  Ensuite il me proposa , un bain à bulles, avec des huiles essentielles..le paradis ! 

                                                                Les effluves de l eau parfumée, le bouillonnement de l eau, tout cela, avec mes pieds posés sur des buses d eau , me détendit parfaitement....

                                                                Même un moment mon hôte sortit l un après l autre mes pieds pour masser de facon douce mes chevilles...

                                                                Cela dura 20 mn.

                                                                   Apres m' avoir aidé à sortir du bain , sèché, je m' allonge sur un fauteuil d esthétique.

                                                                 Après 10 mn de repos mon hôte me proposa, de faire un tour au sauna!

                                                              Il m enduisit de crème, m' installa dans le vaisseau, seule ma tête dehors, ferma le couvercle et les vibrations du matelas induire une vibration, corporelle, alliée à de la chaleur et de la musique..superbe !

                                                            je crois même que je suis assoupi..

                                                           Ce qui m' a reveillé c est l arrêt des vibrations, qui induire pour moi, comme un atterrissage en douceur...

                                                          Apres m'être ainsi reposé, j aurai pu attaquer  une grande randonnée, mais en regardant la pendule, celle ci indiquait 11h ;

2 heures déjà !...

                                                        J' avais pas vu le temps passer.

                                                       Mon hote me proposa pour finir un modelage détente, en salle de relaxation: dans le plus simple appareil, je m' allongeai sur le dos, mon  hôte me recouvrit de serviettes de bains et entrepris une séance d' etirement des jambes et bras.

                                                      Il s' est installe à mes pieds, les a pris dans ses mains et du bout de ses doigts a entrepris une sorte d appui sur toute la surface, je demandai ce qu il en etait: de la digiponcture repondit il , une sorte de reflexo, moi qui suis chatouilleux au depart, je crispai mais ensuite ce fut formidable....

                                                    Apres cette seance, il decouvrirt une jambe, la massa, la pétrissa en douceur, la 2em pareillement; il remonta, sur le ventre, berça dit- il le Hara, et me fit un palpé roulé du ventre...sublime!

                                                   On a l impression que toutes vos angoisses s' apaisent.

                                                 Ensuite il me fit retourner sur le dos: enduit d' huile , me travailla les épaules, le cou, les trapezes, les flancs des 2 cotés, remonta la colonne en piqué avec ses doigts, malaxa mes fesses, redescendit sur les mollets, cuisses et pieds, les massa en douceur, il me recouvrit de serviettes , me demanda de m'etirer, comme un chat..

                                               je croyais cela fini; mais non , sa seance se termina par une modelage de la tête du haut du front à la base du cou, j eus l'impression que tous soucis s etaient en voles.....

                                               Jamais ,oh ! grand jamais !, je pus penser que cela fut possible !.

                                              Mon hôte m' indiqua que des circonstance de la vie l'ont amené à apprendre tout cela, en tous les cas ,c' est de mains" magiques" qu il a !....

                                            Je le remerciai et complimentait.

                                          Il me demanda si je voulais refaire un parcours le lendemain , j acquiéçai..

                                         Le lendemain, le parcours fut le meme, l apprehension en moins, du moins au début, ce qui favorisa une d'tente optimale....

                                        Le jour de mon départ je me demandai, si ces suppléments allaient finir ma bourse ou entamer mon budget...

                                      Eh bien non, aux 120 euros du sejour pour les 2 nuits, il me demanda 60 euros pours les 8 soins en m indiquant que la moitié étaient offerts....

                                     Surpris, il m'indiqua que c etait sa façon de se faire connaitre, me donna sa carte, je suis tellement content que je puis vous donner son no de teléphone:

 03 69 19 78 77 ,

ou email:

 ours682000@yahoo.fr

pour reserver.

 en tous cas l'année prochaine je repasserai chez lui,

merci bernard, continue.....

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2005 2 11 /10 /octobre /2005 00:00

                                           Sa patisserie, aboutissement de quelque chose!

                                           Ah,il faut les voir dans le laboratoire, les ouvriers qui triment, pétrissent, dessinent , finissent les gâteaux..

                                           Les ouvriers, grand père y met un point  d honneur , ils sont loges, nourris, payés, mieux que dans le voisinage....Il est respecté, et parce que la qualité est bonne, tout au beurre, a l' ancienne, il a 3 gros clients: l Eveche, le Mess des officiers, et la Sous Prefecture.

                                           C est qu il s en laisse pas compter le grand père, même dans les sentiments il sait faire la part des choses...

                                            Ainsi la veille de son mariage, le 26 mai 1919, devant notaire, il contractera contrat de mariage, apport de l epoux :15 393 F et epouse 8666 F.

                                            Et apres ce seront d autres acquisitions :  le 26 janvier 1920 acquisition  d'une patisserie 54 rue de l hotel de ville à  Verdun pour 55 000 F dont 25 000 dommages de guerre, les 30 000 payables en 2 ans..

                                            le 21 juillet 1921,bail d un immeuble pour faire restaurant avec loyer annuel de 4200 F.

                                            Le 6 mai 1922 héritage de l immeuble Briclot , par sa femme,avec dommage de guerre de pres de 97000 F.

                                            Le 6 mai, 1922 acquisition d un vergers de 8 ares au Dieu du Trice,pour 350 F sans doute pour servir au restaurant et à la patiserie confiserie...

                                            Et ,même 2 jours avant la naissance de sa fille, ma mère, le 21 fevrier 1923, acquisition d une maison ,cession dommage de guerre pour 52287 F ,achetée 12700 F ,à charge pour lui de refaire les reparations ordonnées, pour rehabilitation....

                                            Et enfin en 1924 refection d un four a patisserie pour 8171 F en briques vernissées(2.30 prof:2.15 larg a 2 etages). Ainsi sa tête d alsacien a de la suite ds les idées...

                                            La qualite va avec créativite, et les virines s exposent de créations de paniers, fontaines en sucre, massepain pour l' oeil et la tentation du client...Il a le verbe haut le grand père, les jurons , les injures  ne lui font pas peur , non plus.

                                             Le petit garcon se souvient de l' anecdocte que je vais conter :

                                             après ces promenades régulières sur la Promenade des Anglais, nous ne voyons pas passer le temps, nous allions d une patisserie à une autre, d un cheval de bois, à un poney ou petit âne.

                                              Il se faisait tard. Même mes petites jambes avaient du mal à me porter et grand père disait : :"allons Mana, avance un peu, il se fait tard" !  Mais tard pour un enfant, c est quoi quand on est avec son grand père! A cet age là, il faut se coucher tot (5ans) et 9 heures du soir, c est tard !

                                             C est ainsi qu un soir nous rentrions plus tard que de coutume, l accueil fut des plus orageux pour grand père de la part de la Gabrielle. Laissant passer la volée de bois vert, il attendit la fin, puis  il dit tout de go: " tu nous emmerdes! "

                                            Moi , qui n avait pas plus que frère et soeur le droit de dire ces choses là, je me plantais au salon, pour répéter la chose  : "grand pere il a dit ," tout nous emmerdes ", de ma voix fluette.

                                            Toute la famille s esclaffa au grand dam de grand mère. Grand mere le prit tres mal  " c est ca, donnez lui raison ", et avant qu elle ait fini sa phrase " vous avouerez quand meme"  j ajoutai ,  phrase qu elle avait l habitude d énoncer, en mettant les poings sur mes petites hanches et tapant du pied droit sur plancher.

                                            Une seconde trainée de rires fusa ! Ce qui laissa pantois ma grand mere, mais je devais le regretter plus tard car après, les promenades étaient suivies au doigt et à l oeil, et reglementées.

                                             Le quartier de Nice, c est un quartier que l on appelle le quartier des Musiciens. pourquoi? ce sont des rues qui se croisent, s entrecroient , elles ont pour noms: Rossini, Mozart, Berlioz ,Paganini .....

                                             La mienne ,c est rue Alphonse Karr, un polémiste et écrivain...Unpetit village dans la ville ! 

                                             C' est une rue, où dès la porte de l immeuble franchie, en fer forgé,on se trouve à portée de tous les magasins: 

                                              à ma doite ,un magasin Bon Lait , en face, une boulangerie, près de là , un restaurant Alsacien ; 

                                              à ma gauche , la laverie;  en face, un fourreur et vendeur de fourrures pour ces Dames; 

                                             à côté de la laverie, un bijoutier -joailler Betitini, d auguste facture, qui a même fait des reportages sur "le coeur vivant des pierres précieuses."...

                                             à côté , une librairie de livres anciens,et a côté, le cinema  L Escurial... où l on guettait , le soir, le bruits des pas des passants, sortant de celui ci, le soir...apres 23 heures.

                                             Et puis si  l 'on franchit la rue Paganini, une patisserie qui fait le coin...c est un boulanger, un caviste , une remaillage de bas,  plus haut , c est aussi L Evéché, et, encore plus haut, un marche couvert.....

                                             Et si on évite la rue Paganini, c est la rue Notre Dame qui jouxte  l' église Notre Dame à laquelle, la grand mere  paternelle est fort attachée, cette même rue mene a l Avenue de la Victoire, plus tard baptisée avenue Jean Medecin ,le père de Jacques , plus connu plus tard, pous ses frasques financieres, que les Nicois appellaient d' un préenom plus affectueux  "jacquot" .

                                              D' ailleurs ,loin de s offusquer ,que cette famille aient pu régner depuis 1925 sur la  Mairie de Nice, les Nicois consideraient qu' au contraire, c est un facteur de stabilite....

                                              Des defauts ?, qui n en a pas!  Alors, tout bien consideré, c est pas plus mal disaient ils!

                                             Mais revenons à la topographie: à l angle de la rue Notre Dame et  de l Avenue, c est le Grand Café de Lyon, où grand mère aime à poser avec son "renard" et déguster sa langouste thermidor, pour ses Pâques, après avoir donné au curé, de Notre Dame,des dons en espèces pour "ses" pauvres....

                                             Revenons à cet  immeuble, du 23 rue alphonse karr, construit en 1905, sur des cressonnieres....avec ses grandes facades, ses ouvertures à petits carreaux, habités par une faune , que dis je , des Ancetres....

                                            Oui des Ancêtres. Immeuble cossu, escalier de marbre, hall de marbre et tronant au milieu ,l ascenseur d acajou, avec son encorbellement de fer forgé...,  ascenseur qui donne bien du souci, car il tombe souvent en panne.... et ses boites à lettres, d acajou...

                                            4 etages et 3 appartements par paliers....nous habitons le 4em..avant les combles, les chambres de bonnes....comme son nom l indique destinée au personnel que les familles aisées peuvent avoir...quant les maitres de céans peuvent se permettrent d en avoir une...

                                            Cet appartement c est un grand couloir,carres de gres noirs et blancs, un couloir comme on en fait plus... et puis 4 pieces, grandes, de plafond  haut , moulurés de guirlandes de stuc, fruits  et fleurs....des grappes de raisins,pommes, poires en platre courent sur le bord du plafond.....parquets cirés, a l anglaise....

                                             Chambre de grand mere  paternelle, celle a qui appartient l appartement, acquis en 1933, mais je vous raconterai cette dame , aussi tres pittoresque....

                                              Le grand salon, la salle a manger...dans le grand salon un piano à queue noire, dans la salle a manger , un autre piano dit d etudes .....

                                              Mes parents connaissent la musique, ils ont appris.... au fond la chambre des parents...un debarras..une salle de bain tout de cuivre, une baignoire immense aux pieds de lion et la cuisine....

                                               C' est une education tres stricte qui a commence là.....politesse, rigueur, deconnexion du monde des adultes, de leurs discusions, même a table.....

                                                Le paraître a son importance, il l emporte meme sur l "etre",  il conditionne même notre vie de "petiots"...Paraitre! Mot magique!  Pouvoir entendre de leurs oreilles, de tierces personnes, des felicitations....Mon père travaille dans l hotellerie, il a fait des etudes, Lui...2 bacs, HEC, Oxford, il parle et ecrit 5 langues avec syntaxes , svp !

                                                Un homme grand, 1.80m, et tres cultivé, capable encore quand j avais 16 ans de lire, expliquer Saint AUGUSTIN, dans le texte en latin, à sa fille, ma soeur...

                                                Fils unique, n ' ayant pas eu de privations dans sa vie de jeune....tous caprices passés, filles ou bonnes à son service...n ayant jamais connu la difficulte d un sou.....sa famille dont j ai retrouvé la trace à Saint Mandé, où l arriere grand père a été polémiste, pendant l affaire Dreyfuss, prenant son parti....Artisan à la fin de sa vie....Aujourd hui, il repose au Pere Lachaise avec belle famille. MOUSSERON.....

                                                 Les grands parents à mon père, le commerce aidant, le developpement de la france aidant, ils ont monté leurs affaires en région parisienne, s alliant avec d autres familles, de même conditions...

                                                 Pour son grand père paternel , né en 1855 , et apres une carrière dans le journalisme,c' est un commerce de fumisterie  qui verra ses derniers jours et qu héritera son père en 1900.

                                                 Son père , né en 1879, lui , fera l école Diderot, d où il sortira , 2e avec un beau pecule, diplôme de chaudronnier en poche, qui s alliera avec un autre , puis vendra son affaire, fera dessinateur traceur dans les differentes entreprises , à partir de 1905, (Dion Bouton, Breguet, camions Berliet, et bien d autres pour finir contemaître, à la fin de sa vie....

                                                 C est un artiste doué d un coup de crayon , musicien aussi , assitant le plus souvent possible à tous les opéras...il sera même un temps marchand de couleurs, achètera un cinema, le "Modern-cinema" à Sartrouville,en banlieu parisienne,le 18 juin 1920..... le solde, qu il dut payer ce jour là, étant de mille francs....avant sa prise de possession.

 

                                       Ce siecle naissant avant 1914, autorise toutes les audaces...

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 00:00

oh ,ce grand pere,

                                                deja toute une vie derriere lui, et lui petit bonhomme tenant la main de ce "grand bonhomme";.grand? oui, peut etre, il fait  1m 65ou 1 m70 mais pour lui, c est deja grand!

                                               Une menotte dans la main de son grand pere, une grosse main? non , mais une main de travailleur,une main qui a bourlingué, voyagé,et son grand pere a une longue histoire derriere lui....

                                               Son grand pere il est ne ala fin du siecle dernier,en 1875, dans une de ces provincesdechirees par la guerre, par les guerres, son grand pere est ALSACIEN!

                                               En 1875, apres 1870, ou cette province ARRACHEE ala FRANCE,partagee par ses sentiments,entre  2 cultures...Ses parents : agriculteurs,dans une ville : Wasselonne, une ville au grès rose, une ville,qui sent bon la terre, puis sa famille est d importance, sa maman est d origine allemande ne parle pas un mot de francais....

                                               Grand pere deja jeune manifestait un entêtement farouche  "d arriver a quelque chose!", une volonte farouche, il etait l aîné ! et pour cela il devait montrer l exemple. c est que dans ces familles à la culture protestante, un devoir est un devoir! 

                                               Dans sa culture qui rejailliera dans la culture du petit bonhomme, le devoir vient avant les droits.....Alors on aide a la ferme, on grandit, entre les jurons alsaciens et la comprehension maternelle d une mere, mais dans ces familles, point question de faire des etudes!

                                              C est qu arrive à un âge ou on peut se servir d' une pelle, d un foin, de ses mains , de ses jambes et de sa tête, on se doit d avoir un metier!

                                             Charles puisqu il s agit de celui ci, a déjà son idée: un metier ! oh, il a deja vu traverser des bonimenteurs, la Ville, qui  lui raconte ,ce qui se passe au delà de cette ville, et puis nous sommes en Allemagne maintenant....

                                            Et la FRANCE, il l a porte secrètement dans son coeur, alors dans sa petite tête d Alsacien, surgit une idée : je ferai patissier confiseur!  Ah mais pour faire ce metier, il n y avait pas beaucoup de possibilites de se placer chez un patron ,ou si ,il y en avait une, c est une methode qui n a plus cours aujourd hui, ou dans de très peu metiers, c est "le compagnonage" qui consistait a se placer chez un patron , de facon temporaire ,et de faire un chef d oeuvre à la fin de chaque année.

                                            C est ainsi que Charles, mon grand pere, partit avec un balluchon au bout d' un baton de bois sur les routes de FRANCE ,   à l âge de 13 ans ! 

                                             S'  est employe chez differents patrons, il y a appris son metier,! parait il , comme il le disait souvent" avait recu plus de coups de pieds au cul , que de pieces de 5 sous!" mais avec patience, curiosite,il apprit des secrets de fabrication ayant traits a la matiere, a la transformation de la matiere, LE SUCRE,oui, car plus tard, quand il aura son affaire ou ses affaires, sa passion sera le SUCRE! et que d annees, d heures passees dans son laboratoire, à faire des recherches sur le sucre, donner des formes, des couleurs , à filer le sucre pour traduire avec ses matières des fontaines,des corbeilles, des objets d art, que sais je encore!.....mais n allons pas trop vite!

                                            Ce grand pere dont je poursuis la marche cote a cote, c etait celui qui, lorsque j avais cinq ans, me promenai souvent à travers NISSA LA BELLE.

                                           Cette ville respire la MER et les effluves remontent a la memoire du jeune homme!

                                            On s'assoit sur un banc,des embruns caressent votre visage, les palmiers sont là, eternels,il fait peut etre frais...Sur cette promenade et le vent caresse nos cheveux. petit garcon je me retourne sur le visage de mon grand pere: il avait le front haut ,un peu bute et je lui ressemble.il regarde souvent le sol.

                                           A quoi songe ce grand pere ?  Il a de grandes mains qui ont ete mangees par son travail , il n a plus de peaux au bout de ses doigts, ou alors très fines, c est la rancon de ses recherches sur le sucre, quand il etait patron patisier confiseur dans la bonne ville de VERDUN. car il faut dire , qu il a beaucoup voyage, et à 25 ans, en 1900, il a gagné ses galons de Maitre Patissier Confiseur!

                                         Oh, le métier etait plus dur, les galons à obtenir, aussi. Il n y avait pas de passerelle entre la boulangerie et la confiserie, je dirai même, qu il y avait une gueguerre... On etait patissier-confiseur, pas boulanger !

                                         Et les matieres traitees etaient du pur beurre, il y avait peu d outils, de machines, d apprets prefabriques , comme aujourd hui , tout se faisait a la main....mais il devra lutter beaucoup....

                                         Il sera gendarme a Bizerte....  A la guerre de 14, parce qu il veut venger l annexion de sa province, (parce qu il est Alsacien,) quelque 44 ans plus tot, il s engagera dans le regiment des zouaves, comme veteran,il sera sur le champ de bataille de 14/18 .....

                                        Oui, ce grand pere c est deja une figure:patissier, confiseur, , restaurateur même, dans la bonne ville de Verdun. Il  aussi sa patisserie, mais il n est pas encore marié,  ce n est que les  femmes ne lui plaisent pas, c est un fieffé coquin, c est un homme qui, avant de ranger sa vie sentimentale, veut ranger sa vie des affaires!

                                         D ailleurs, à regarder plus tard les arbres généalogiques des Hauswald, je m 'apercevrai, que dans, la lignée des Hauswald, les premier nés, portent le prenom du 1er référencé : Laurent,  mais, aussi se marient tous, autour de 47/55 ans, et vivent tres vieux 90/95/98 ans même.....Pour le prenom, le Pere de Charles, a fait exception,considérant sans doute, qu' avec le changement de statut social, cela allait de soi, car depuis 1620,drapiers de père en fils,qu ils etaient , les uns après les autres, son pere se fait laboureur, cultivateur et possede le taureau pour le village....La maison paternelle existe toujours au centre de Wasselonne....

                                        C est un homme, prudent, econome....mais qui ne deteste pas le goût du risque , parce que chaque sou qu' il gagne, il le place, dans les emprunts russes, bulgares,au Credit Lyonnais, pour se faire un pecule!  On connait la suite...révolutions ....et malheurs du monde....

                                        Dans les années 80, ma mètre, sa fille, brûlera ,témoin en aura été un voisin, ces fameux papiers,que Juppé aura pu obtenir des Russes , un remboursement partiel, pour ceux qui auront eu la patience d attendre.... Mais revenons a Grand père......:

                                        Et puis il pense a une joli fille, une joli dame, elle s appelle Gabrielle Fleury, ce sera ma grand mere.... Orpheline, mais descendante du General Fleury, c est une parisienne, qui ne s en laisse pas conter :  " quoi, ce petit alsacien me fait la cour..., soit ! , mais il devra passer par ou je veux qu il passe! ".

                                        Mon grand pere alsacien ,de culture protestante, cela se singularise de la maniere suivante :  le devoir venant avant les droits, et si l on revendique , il faut déjà prouver ce qu 'on veut , ce que l on peut faire, mais cela fait pas grande différence pour grand père, il aime cette fille, mais un obstacle surgit, elle est Catholique....

                                       Dans ce temps on ne transige pas, si on aime une fille on se convertit !

                                      L' Alsacien est plus tolérant (parait il) car dans cette region francaise, dechirée par l histoire, la tolerance est de mise, pas partout, mon histoire le demontrera, mais les 3 religions CO-EXISTENT: les juifs, les catholiques, les protestants, avec des répartitions différentes au sud et nord d Alsace....

                                      Soit,il veut Gabrielle, il sera catholique, mais têtu, comme un alsacien , dans son fort interieur, même s' il sait que ses enfants seront baptisés et catholiques, l éducation qu' ils recevront , elle sera , protestante ,avec tout ce que cela comporte...dure, sans concessions, dans un monde dur, donner des bases solides....

                                    1920, la guerre, la tourmente est passée.....Verdun, ville détruite, sa patisserie détruite, il s adressera au Ministre de la guerre, pour toucher les dommages de guerre, et c est ainsi qu il pourra recontruire sa patisserie....(.la suite demain)

 

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2005 4 15 /09 /septembre /2005 00:00

                                                                 

 

 

                                                                 Au mitan de sa vie, il s interroge:vanité,vanité des choses.Il voudrait transcrire son vécu, ses histoires vécues, ses personnes et personnages dont il a croisé le destin,les idéaux decus ,réalisés ou refoulés, enfin il ferme les yeux et il se dit: je vais retrouver mes souvenirs! en fermant les yeux il se trouve projete a 1000 km de la,dans une ville francaise ,sur  une Promenade, dans le sud, sur une promenade que l on appelle La ¨Promenade des Anglais",une ville ratachée à la  France en 1863, et que dans sa memoire, il appele NISSA LA BELLE!   

                                                                Nous sommes dans les annees 50, il  se revoit ,petit garcon , tenant  la main de son grand père,marchant sur la promenade, il sait ou il va,au manege des chevaux de bois. oh il est beau ce manege! avec ses lumieres multicolores ,ses rutilantes peintures , ses chevaux  blancs en bois, sur lesquels il va monter,il le sait, son grand pere va lui payer 3 tours! et apres, apres nous irons voir les poneys; ces poneys il en a encore des souvenirs, ces poneys dont il carressait l encolure, doux et puis, a leurs cou pendaient des pompoms!

                                                               Et puis apres il ira manger une glace, ces glaces dont on en voit pas la fin, mais surtout il se souvient de ce personnage, haut en couleurs qu était son grand père.( la suite demain )

 
Edit View Delete
 

                                                                  Un homme regarde a sa fenetre:devant lui, un paysage blanc, car il a neigé, ce matin.Devant lui s étend à perte de vue ,des croix, des croix d un cimetierre et sa réflexion le porte a des interrogations métaphysiques.

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2005 3 14 /09 /septembre /2005 00:00

                                                                        Ses doigts caressent ma peau,si douce est son contact,que je frissonne de plaisir...

                                                                       Je reprends l initiative en m allongeant sur elle, et ma langue veut explorer son cou , et titiller le lobe de son oreille; ce qui excite au plus au point sa nuque et donne des bonds a son ventre et epaules.........

                                                                        Profitant de l effet de surprise et d emotions je redescends vers son ventre et ma langue fouille les plis et replis de sa peau  a la naissance de ses fesses pour remonter vers la raie, bien decider a y explorer un endroit inconnu pour moi, sa rondelle......

                                                                        Delicatement ma langue,explore et ce sont des sons, des plaintes de plaisirs qui sortent de sa bouche.....profitant de la position tete beche, elle profite de cela pour me refaire une fellation......et nos bouches de concert, entame un vibrato dont j ai encore le souvenir.....jusqua ce que mon sexe lache une deuxieme fois un jet a la commissure de ses levres  et de ja joue, laissant un filet blanc semblable a du gel......"eh bien mon cochon dit elle, j ai l impression que tu avais envie!...."

                                                                        Je ne sais si j ai repondu, en tout cas, le plaisir etait immense et elle insista pour que mon apprentissage fut complet et que je la penetre.....Devant mon hesitation ,sans doute liee a la peur de l echec, la 1ere fois, fine mouche elle me dit, "calmons nous un peu et reposons nous ! "

                                                                        Ce que nous fimes, elle se retourna sur le coté, de telle sorte, que j avais mon sexe encore gonflé contre sa raie, la hauteur de ma bouche à la naissance de son epaule, la courbe de son cou, le lobe de son oreille et ce sont petits bisous qui remettent mon désir en marche, a ce petit jeu, elle se retourna, saisi mes bras, me plaqua sur le dos, sur le lit, s installa sur mon ventre, fit glisser ses cuisses, sur les miennes, ma verge avait repris de la vigueur, et doucement coulissa, a la hauteur de mon sexe son espace secret, je sentais l ouverture, elle se releva, et d un prompt mouvement s assit sur le debut de ma verge....

                                                                       oh madone! le contact de mon gland avec les levres de son sexe m electrisa, et sans effort, ma verge entra dans le puits, le contact chaud et humide me surpris, sans attendre elle entrepris un mouvement de va et vient, de haut en bas, ma verge dans un mouvement de sucion etait comme aspiree, ma respiration se fit plus rapide, je ne controler plus rien , le plaisir etait grandissant et grandiose pour 1 premiere fois.......

                                                                        Et je sens aussi  que peut etre je vais ejaculer, je veux retenir, mais elle s y prend si bien, que dans cet espace, dont on voudrait que cela dure longtemps je lache, le reste de ce qui pouvait rester,dans mes burnes, je suis epuise cette fois ci!  elle s en apercoit et nous nous laissons aller ds les bras l un de l autre. ce sont les lueurs de l aube, qui me reveille, une premiere fois....

                                                                        Ma verge est flasque , mais la vue de ce corps alangui et la jambe repliee laissant voir sa touffe blonde suffit a exprimer mon desir, pour que mon membre retrouve une tonicite voulue ....de baisers en caresses elle est vite reveille, le contact de mon sexe contre ses fesses suffit que mon desir s exprime dans la raie de son cul par une petite giclee, a ce jeu, je ne suis pas le plus fort, car l instant d apres, une autre fellation vient effacer avec sa langue le peu de jus qui reste sur mon gland.....

                                                                        Ensuite ce sont baisers et caresses jusqu à ces tetons que je leche coomme un bebe, le creux de sa clavicule.....

                                                                            "Enfin me dit elle mon cheri le jour approche, c est pas si mal pour la 1ere fois, tu es sensuel, tu as je ne sais quoi dans tes mains....mais avec de l entrainement et de l experience ton potentiel amoureux est prometteur!..."

                                                                         Sur ce, elle se leve, se dirige vers la salle d eau, j entends le bruit d une douche,le froissement de tissus d habits qu elle  avait ramasses,....

                                                                         Elle reapparait l air satisfaite..."ha, dit elle c est vrai, il me manque le bouton  sur le cote de ma jupe, souvenir de trop d empressement, n est  ce pas jeune homme! " Au fait comment c etait pour 1 premiere fois?

                                                                         Je reponds," c etait super, et j aimerais bien que l on se revoie!" " impossible" me dit elle, "je veux que tu gardes un excellent souvenir de cette nuit! " "une  deuxieme fois, peut etre plus fade ou moins excitante pour toi! et puis je quite la ville ce soir pour affaires! "

                                                                        Se penchant sur moi, elle m a dresse derniers baisers sur mes levres,cou et poitrine..."portes toi bien, et aimes toujours autant " "je suis sur que l un ou l autre sexe appreciera ta compagnie!..."

                                                                         A peine a t elle fini sa phrase qu elle empoigne la poignee de la porte, l ouvre, passe l intervalle et disparait a mes yeux, derrierre le panneau de la porte qui se referme.

                                                                         La fin de sa derniere fphrase me laisse perplexe et songeur, je consulte ma montre : il est 7 heures, je reste la , pantois, entre plaisir et peine, je decide de m accorder  un peu de sommeil, je veux me mettre a plat ventre, impossible , mon sexe dur me fait mal ,ainsi je choisis la position de cote avec 1 jambe releve en gardant la vision d elle quelques heures plus tot....

                                                                         Je me reveille sur le coup de 11 heures,zut! j ai meme pas de quoi faire toilette, enfin si, un peu de savon et serviettes sont là mais pas mon rasoir ni mon deodorant;;tant pis on fera avec, et puis avec le peu de barbe que j ai, c est pas grave!

                                                                         Je m  habille ; reajuste ma ceinture N apoleon, mon pantalon beige moulant, ma chemise a motifs dentelées, jette un dernier regard dans la glace et sors de la chambre, descend a la réception, et voulant régler, la personne me dit: "c est deja fait, la dame a réglé pour vous et m a dit de vous souhaiter bonne chance!"

                                                                         Tout cela dit avec un sourire entendu qui ne laissait point de doute sur ce qu il pouvait penser de ma chance ou malchance!

                                                                         Je le remerciais et quitter l hotel....

                                                                          Le soleil etait déja haut dans le ciel, belle journée qui commence, mais seule chose qui m embétait  c etait mon sexe qui me faisait mal, et me brulait un peu! manque d habitude sans doute!

                                                                         Cette gene dura 2 jours et ensuite tout rentra dans l ordre! faut dire que mon sexe n avait jamais été à pareille fete!

(fin de l article" puceau n est plus") et merci d avoir lu les 4 morceaux ecrits.

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2005 5 09 /09 /septembre /2005 00:00

                                                je projette la mise a disposition d'une maison d hôtes destinée à ceux atteints du sida.

                                              La maison existe,tout est en place du point de vue materiel; il me manque les âmes qui feront vivre ce lieu,aussi je voudrais savoir si ce projet peut convenir et que ceux que cela, interessent me disent ce qu il y aimerairent y trouver!

                                             Ce sera 4 unités de studios tout equipé,avec service hôtelier,avec mise à disposition d'une salle de gym americaine,salle  de fitness douce,1 sauna americain, et des soins specifiques du point de vue relaxation et attenuements des angoisses....

                                           Vous pouvez m indiquez le prix et le nombre de jours que vous pourriez y consacrer,ainsi je pourrai concocter des prix de telle sorte qu ils puissent etre abordables pour le plus grand nombre.....

                                         Repondez nombreux!

                                        Ce veut etre un Centre Pilote si vous le voulez!

                                       A bientot donc!

03 69 19 78 77 ou ours682000@yahoo.fr

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2005 5 09 /09 /septembre /2005 00:00

                                                               Apres m avoir totalement deshabille , elle me prends par la main et m entraine au milieu du lit, ses mains expertes saisissent mon sexe,le petrit, l approche de sa bouche , le leche , l enfourne dans un va et vient constant. ses mains caressent mon ventre, mon pubis, je sens monter la jouissance mais cela me semble trop vite,alorsje veux aussi mettre en emoi son corps....

                                                               Je lui demande de se mettre en 69,ainsi ma bouche se trouve a la hauteur des levres de son sexe qui sont humides, ma langue s active aupres et autour de son abricot, de plus en plus vite ,un bout de chair rose apparait  que je connais pas, le bout de ma langue l effleure , ce sont plainte de plaisir et spasmes de son ventre; l excitation est a son comble et ne me maitrisant plus ,je jute dans sa bouche.....un recul de surprise, fait que ses dents heurtent mon gland,aie ! l effet de surprise commun passe, je decide d explorer d autres secrets.....

(a demain)   

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2005 6 30 /07 /juillet /2005 00:00

                                                                  Nous arrivons  a l hotel;apparemment l hotelier connait la dame , meme s il accepte que celle ci me presente comme un cousin et l escuse d un deplacement en saison,;rempli une fiche ,donne la clef  pour acceder a l chambre....

                                                                  La chambre est belle et vaste,un grand lit a motifs fleuris trône au milieu....je suis confus, maladroit.....voyant mon trouble ,la dame enserre mes epaules,"c est rien petit," dit elle,"tu vas voir, c est geant la 1ere fois!"

                                                                   Je me laisse faire,elle a le chic pour deboutonner ma chemise brodee, bleue que je venais d acheter au magasin "les 10000 chemises"....

                                                                   Ses doigts caressent ma peau, descendent sur mes reins,empaument mes fesses...Cette visite impromptue exicte ma virilite, une grosseur de moi,bien connue, serre le tissu de ma culotte, et de la braguette de mon pantalon cintré...

                                                                   J ai la taille fine,des fesses bien rebondies, un ventre plat qu orne un ceinturon de cuir a l effigie de l aigle de l empereur Napoleon, dont on vient  de fêter le bicentenaire de la naissance , et dont je viens d acheter le ceinturon a boucle dorée...

                                                                    Sa visite manuelle accentue mon desir,je plonge mes levres dans son cou,mordille un peu le lobe de son oreille ce qui suffit a accentuer ses desirs......la tete penchee en arriere elle demande que je degrafe son bustier et corsage, ce que fais maladroitement...mais y arrive finalement....surgis devant moi, 2 seins ,grosseur d orange, fermes et droits, j y plonge mon visage, des effuves d eau de toilettes et de sueur melee de desirs,envahisse mon visage, j ose descendre plus bas,sur son ventre, son nombril,..."pas si vite" me dit elle....

                                                                   Elle me releve, saisi ma bouche, y entrouve avec sa langue,son antre,et nos 2 langues se marient....ses mains ne sont pas inactives: elle a entrepris de descendre la fermeture de ma braguette pour acceder au tissu qui ne cache plus grand chose...

                                                                   Dégrafe le pantalon,laisse tomber l accessoire,descend la culotte,pour avoir,tel un pantin,surgi de sa boite, mon sexe tendu, devant sa figure,;elle le saisi,le decalotte, y amene ses levres, en rond de bouche,pour l y placer, sors sa langue,y promene celle ci,je suis tout electrise par la caresse bucale...

                                                                   Enfourne mon instrument ,y imprime un mouvement de va et vient,"arrete,arrete ,je vais jouir ",lui dis je, ...

                                                                   Sur ce, elle se releve, a toi dit elle: "fini l effeuillage,enleve ma jupe et ma culotte", dans ma febrilite et trouble associe de ce que je vais decouvrir,je fais sauter le bouton de cote de sa mini jupe, et en rien de temps, m apparait l Eve des tableaux de mon enfance....

                                                                   Un corps doré,bien fait avec en son centre le tresor entoure de poils blonds,la fente dont  je ne connaispas encore la musique, mais je vais apprendre la melodie.......toute la nuit,et les variantes de l amour physique....

( a demain)

 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2005 5 29 /07 /juillet /2005 00:00

                                                           C est juillet des annes 69,le soleil darde ses rayons sur le Vieux Nice, installe confortablement a une terrasse de cafe,je deguste une biere bien fraiche; je regarde la circulation des personnes et des voitures sur l avenue qui mene à la place Garibaldi....

                                                               Dans la diagonale de mon regard , a l autre bout de la terrasse,une femme bien mise de sa personne me regarde, m observe, coise et decroise ses jambes, elle porte une mini jupe, j essaie d eviter son regard, je rougis, un trouble m envahit....

                                                               Quelques instants se passent, la femme se leve et vient se placer derriere mon dos, pour regler sa consommation, a la caisse ,placee derriere moi, je remarque qu elle porte un chic sac en bandouliere....

                                                              L' a  t elle fait expres ou pas? son sac heurte mon epaule, tombe a mes pieds, s escusant elle me propose hardiment et s assoit en face moi....un joli visage de femme de 30 /35 ans,des yeus rieurs,bleus,des levres ourlées d un exquis rouge levres et des effluves d une eau de toilette citronnee, envahit mon espace....

                                                             Apres un moment des question d usage sur mon metier, mes centres d interets, et sans que j en sache beaucoup plus sur elle, a brule pourpoint, elle susurre a mon oreille , et en pleine face: tu es neuf? un peu desarconne par l attaque,je balbutie : quoi,? t es puceau, repete t elle? mon visage parle pour moi...cramoisi, la sueur coule deriere mes oreillles...elle voit mon trouble, me console, me rassure et sur ces entrefaites me propose de passer la fin d apres midi avec elle et la nuit..je proteste par politesse et vers 19h elle m invite a l accompagner dans un hotel de sa connaissance......(la suite demain)

Partager cet article

Repost0