Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 10:23

A peine avais je fini,mon article hier matin,
avant une coupure inexplicable,
qu'hier,
 pour le refaire et publier,
comme en echo,
 le President Francais,venait proposer, hier soir,
à l'onu
des sanctions et un sommet des chefs d'etats,
mesures que j'avais preconisé hier matin(sanctions)
et
(sommet) dans un autre article...
je ne suis pas dans petits papiers,
encore moins un de ses conseillers occultes,
mais on dirait "qu'une lumière comme pour Saint paul
a illuminé son chemin de Damas..!


(le lecteur excusera la mise en page,mais ce matin ,sur mon blog,
il n'existe plus de bandeau de mise en page: caractères,centrage,
 etc...alors que mon blog rank augmente.. :61;y a t il un lien de cause à effet?)
'texte mis en page et corrigé le 25  septembre 2008 aprè retour , ce jour,
barre d'outils disparue le 24 septembre 0208"

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 11:34

c'est 700 milliards de dollars,que le Gouvernement americain, s'appreterait à mettre,
sur le marché,pour enlever les actions "pourries" que les banques d'investissements
ont créées,soit 3278 dollars à payer par le contribuable americain,chaque americain...
d'après France 2,d'hier soir...

La mesure n'est pas concrète,
elle doit recevoir l'aval de la chambre des representants ,democrate,
qui veut y mettre des gardes fous..
sans doutepour eviter les effets d'aubaine...
et y mettre à contribution,les fauteurs,car il y en a eu..
au point que certainsou certaines banques,
 ont fait un gain de l'ordre de 95 milliards de dollars..

l'avenir dira si les choses,seront comme cela..

a n'en pas douter,Sarko devrait s'inspirer,de cela,lui qui se dit proche,
du potentiel (rien n'est gagné) prochain President OBAMA..
si on lui laisse le temps.....

car les Banques Française, Credit Agricole, Banques populaires,
Caisses d'epargnes,au travers de leur filiale CALYON et NATIXIS,
ont aussi pourri le marché..
mis les doigts dans le pot à confiture,... devenue salée depuis...

il serait inequitable tout autant que tous ces administrateurs et dirigeants,
s''en sortent indemmes,sans coût pour eux, personnellement,
à commencer,par leur "sucrer" leurs stocks options..
et
tous les gains ou "matelas constitu's" ,de ces pratiques..
et
même biens personnels, en passant devant une justice financière,
type Brigade Financière de Paris..
ce serait ujn signe de salubrité publique
et une mesure ,entre autres,qui devrait
 redonner un signe de confiance au marché,
à nous Tous,les petits,
qui devont subir,par leur faute,
cette recession, ce resserrement de credit, cette chute de biens..
un effet boomerang en quelque sorte,que tout le monde paie,
par la faute e quelques uns..!
avides,âpres au gains rapides,
à l'esprit de lucre exponentiel..!

il faudrait aussi,pour eviter, une spoliation en masse,une chute des prix
des biens immobiliers,qui ne refletrait en rien ,la valeur intrinsèque du bien,
qu'il y ait un moratoire, une suspension des actions de poursuites,
tpour remettre ,à tout un chacun concerné,les pendules à l'heure,
trouver des solutions équitables pour tout le monde...
car sans cela, des Banques se feront fort de se refaire,sur le dos
de ces biens devalorisés qu'eles revendrtont avec des plues values "juteuses"
dans un temps x,ou par relations,ou filiales de cabinets habilités par eux..!

enfin, comme tout gouvernant qui se respecte,
l'idée d'un plan Marschall
ou grand emprunt national, à lancer
serait une bonne idée..

ce plan et et cet emprunt national proposé à tout un chacun
 disons à nominal:
de 100 euros par français, payable en plusieurs fois en un an,
servirait à alimenter, un Fonds,pour donner
les moyens à 56% des français propriétaires
et même au secteur locatif,
le investissements en énergies renouvelables..

Comme bien entendu, il n'y aurait pas assez de praticiens...
lancer de façons concommitante,
des écoles à former,
pour former ces dits praticiens et déjà a partir de ceux existants (lycée du batiment)
et être incitatifs,
comme l'ont ete les mesures pour les infirmières à former,
avec des avantages de part et d''autres,
quand les hôpitaux manquaient de personnel...

L'imagination au pouvoir et des c....
c'est ce qui manque en ce moment....
où l'on se contente de gérer..
ou de dire "y a plus de sous"
et l'on fait rien........!
sauf pour certaines actions devenues discutables,
comme dépenser 50 milions d'euros par semaine avec pour 3200 hommes
en Afgabnistan,"sans espoir de gagner militairement.."
comme l'a dit Karim PASKAD,chercheutr à l'Inris,Afghan lui même,
où :

:" nous  sommes dans un bourbier,il faut en sortir,
5 millions d'Afghans meurent de faim, 500 victimes civiles  de bombardement américains,
qui les font se tourner vers les Talibans."

j'y ajoute:" et la corruption et la drogue y regne en maître...!

Alors les dicours sur la democratie,
où l'idée que nous nous en faisons tombe bien à plat..!
surtout que rien ne dit,
que par extension ou vengeance, des complicites des crimes commis,
justement "au nom de notre Democratie"
ils viennent,par reseaux entiers,
poser même des bombes, dans nos villes!

bien sur cette disgression peut paraître eloignée du premier chapitre,
mais seulement en apparence, car elle illustre la question des choix financiers de depenses,
avec nos impôts,
car l'on qu'on dit:" il n' y a plus de sous", et que l'on depense 50 millions d'euros par semaine,
pour 3200 hommes, il y a quelque chose d'indecent et d'incoherent,
vis a vis des Français!


Nos deputés ont voté la prolongaton de ce bourbier,
reste à esperer qu'ils ne devront payer le prix du sang de cete erreur,
et pourront ils regarder dans les yeux ,
les parents des futures victimes à venir?

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 13:27

Et cela continue  !,
Faudra que j'inscrive cette journée dans les annales:

Alors que l'infirmier venait refaire mon pansement,
cela sonne à la porte:

c'était l'huissier du Tresor public,
qui voulait saisir le loyer de mon locataire,
alors que depuis justement 420euros de son loyer est reversé par moi ,
suite à un arangement du mois de mai 2008,
tous les 10 du mois,
depuis juin 2008,
pour paiement de dettes antérieures,
auquel s'est rajouté une saisie sur salaire de mon Bayou de 326 euros:
746 euros en tout...!

(avec 650 euros de charges fixes,pour Bayou,
plus les 326 euros saisis  sur salaire,
sur un salaire de 1350 euros, net
il reste pas bezef!
ni pour se chauffer, ni se nourrir..
le reste ..
on parle pas..
bien sûr ,
 il y a plus malheureux que soi..!)


l'huissier a admis l'erreur..!

Ensuite le courrier du matin:

Edf me reclame une somme dejà reglée ,
qu'a admis apres recherche leur agent,
en juillet 2008
apres 2 mois de recherche..
faudra ,ENCORE,que je refassse un courrier..
qui a dit que certains ont atteint leurs ,
degrés d'INCOMPETENCE ?

cela doit être le cas à EDF !

Il est 13h30..
  Que me reserve le reste de la journée?

on dirait qu'une glue poissarde,
de mauvais aloi ,
est là  !
Vous y croyez ,vous au 3eme oeil ?
je me pose des questions,
sans être parano..!
mais je vais le devenir ,
si cela continue..!

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 10:33

La Loi des series existes,
je l'ai rencontrée ,ce matin  entre 6h30 et 9h30:

Ce matin ,lever à 6h30,toilette,puis à 7 heures:

prise rendez vous pour pansement doigt
opéré du jeudi precedent..
( de 8h à 9 h urgence,Saint sauveur,et 10h à 14h30,
service Dermato,hopital E.muller)

rv m'est donné pour 8h30,8h45....

Ensuite,direction distributeur argent:
pas de possibilite de retrait,
alors qu'il y a provisions !!!

plus un "flèche" sur soi..
comment régler medecin?

 je suis monté à  la Cité Scolaire,
chercher sous, à Bayou,
pour  acheter pain,et croissants pour
petit dejeuner ,
cyclo-touristes Anglais..à 8heures.

Ceux ci m'annoncent qu'ils partent,
vers 9h30...

 je vais à mon bureau,
pour téléphoner  à cabinet médical,
 pour indiquer contretemps sur l'heure,..
 le No medecin ne correspond plus,
du fait de regroupement;
pas indiqué sur l'annuaire au nom du médecin...

 je m'assieds sur mon siège de bureau:
patatras..
le siège part en arrière,
l'assise lache,
because, vis cassée..
et
me voilà les" 4 fers en l'air"(lol,lol)

Les cyclo- touristes Anglais,
 gentils,
partent à 9h30 comme prévu.

 Je vais au cabinet médical:
reproches faits à mon retard,
explique raison No telephone
me donne un No correspondant,
 au regroupement secretariat,
 mais le medecin refuse de me recevoir
 et
on me donne rv pour le lendemain à 10 h30..!

Cela aura fait 6 jours,
 que mon pansement de l'opération est posé...
je l'explique..
mais n'en ont rien à foutre..!

Je rentre à la maison,
cherche un No d'infirmier,
celui ci viendra me refaire le pansement,
ce jour à 12h15
avec les produits achetés en pharmacie samedi..!
avec ordonnance dermato..

OUF!

que dire ou faire d'observations?

"il parait que nous avons le meilleur service medical au monde!"

si si, on le dit..!

Qu'est ce serait si c'était pas cas!

mais faut surtout pas avoir de problemes
entre telle et telle heure!
pour le terme "urgence",
 celui ci est tellement galvaudé...
alors!

Petite explication du "bobo" à mon doigt:

pendant les travaux,
 de la facade, 
pour une raison qure j'ignore,
une peau dure s'est formée à mon index droit,
lieu à prise d'outil ou perceuse..
cette peau a durci,
a formé comme une verrue,
génante à cet endroit..
puis s'est forme une bulle de sang..
qui a éclaté,
 et
saignait constamment..
d'où la visite  chez le médecin,
 il y a 15 jours pour prise rendez vous,
chez un dermato de mon choix..
résultat:

Pas de place disponible avant le 23 octobre 2008 !!

Devant le saignement abondant,
Bayou s'inquiétait,
d'où la décision de jeudi dernier d'aller aux Urgences
du Saint Sauveur,
mais ceux ci pas équipées en dermato,
ont fait pansement présentable,
puis envoyé à l'hopital E Mullerr (CHU)
où j'ai ete pris :
"apres tous les rendez vous",
pour un entretien à 12h45,
ce jeudi 18 sdeptembre,
avec le dr Michel,Dermato,
pour une operation de l'index droit,
 à14heures....
qui a exigé que ce soit mon médecin personnel
qui fasse le 1er pansement..
sous 48 heures..:
nous étions le jeudi..
48h plus tard,c'est samedi..
 mon médecin travaille pas..
d'où le rendrez vous pris pour ce matin..

C'etait sans compter sur les contretemps !!!!

Explixcation différentes de mon bobo:
 Dr Saint sauveur:
"tumeur benine;"
dermato Michel:
"bourgeon de cicatrisation,
beaucoup vascularisé, qui a du mal à se refermer.."
d'ou, enlèvement de la verrue, "  zzzzzzzzzit"
puis cautérisation,,
avec odeur de chair brûlée..
j'ai pas regardé..
mais les bruits et odeurs étaient bien présents..
puis une jolie "poupée" de pansements..
a été fait.

C'est celui ci qui aurait dû être refait ce matin..!

Bon, cette semaine,
je crois que je vais rien faire,
car si se lever tôt ,
fait que le monde t'appartient,
cette matinée m'a montré le contraire..
et
je vais rester couché..
histoire de laisser passer la "MOUISE"...

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 10:42

j'avais, hier fait un article,traitant du sujet...
ce matin, il me semble utile,de faire une copie de la publication,
concernant la création d'entreprise,
surtout qu'à partir du 1er janvier 2009,
 des dispositions changent, et cet article n'est pas inutile,
pour ceux que l'idée de creation, titille....

Les premiers pas de la création

 

Mon idée est la meilleure idée du monde»...

Enlevez-vous tout de suite cette affirmation de la tête.
 Même si vous êtes vraiment génial
(ce dont je ne doute pas !),
des centaines ou des milliers d’autres
y ont pensé avant vous.
 La mise en œuvre d’un projet est une école de modestie
 et de patience.
 Elle passe par la découverte d’un environnement
parfois inconnu et souvent impitoyable.
Pendant cette période cruciale,
vous devrez mettre en avant vos capacités d’écoute
 pour analyser le flot d’informations,
de conseils et d’avis parfois contradictoires
qui vous seront prodigués.
Vos convictions et votre enthousiasme,
même s’ils sont tout à fait justifiés,
 ne doivent pas trop brouiller l’analyse objective
 que vous devez faire de vos chances de réussir.
Gardez les pieds sur terre et la tête sur les épaules.


Trouvez un bureau, un local, en dehors de chez vous

Ne vivez pas en vase clos. Votre lit, votre réfrigérateur,
 votre télévision, votre PlayStation, vos CDs…
vous détourneront de votre objectif malgré toute votre motivation.
 Vous n’y couperez pas.
Une personne de votre entourage familial
ou professionnel a peut-être la possibilité
 de vous héberger quelques mois :
 sautez sur l’occasion.
 Le cas échéant, proposez-lui un petit dédommagement financier
qui vous placera dans une obligation de résultat.
 Un bureau, un téléphone, un ordinateur,
 une connexion internet…
et vous pouvez commencer à plancher sérieusement.
 Surtout, imposez-vous des horaires de travail.


Consultez quelques bases de données

Une première «étude de marché» vous permettra d’évaluer
 l’environnement de votre projet
et de mesurer le «poids» de la concurrence
(valable pour les entreprises mais également pour les associations).
Vos premières investigations se porteront sur le site de l’INPI
(Institut de la Propriété Industrielle),
pour les dépôts de noms de marques,
la protection des brevets et inventions :
http://www.inpi.fr
http://www.icimarques.com


Infogreffe vous fournira l’analyse financière des entreprises
du secteur d’activité que vous voulez investir :
 
http://www.infogreffe.fr

L’Insee publie des enquêtes statistiques
 et économiques très instructives :
 
http://www.insee.fr

Le Journal Officiel est chargé de la publication
de tous les textes officiels,
 lois et règlements, et de la publication des associations :
 
http://www.journal-officiel.gouv.fr

Le précieux Légifrance vous fournira toutes les informations juridiques :
 
http://www.legifrance.gouv.fr

Plus simplement, les Pages Jaunes accessibles sur Minitel
 ou Internet sont aussi un moyen pertinent
pour évaluer l’univers concurrentiel de votre projet,
pour rechercher un nom de marque disponible,
une dénomination de société ou d’association :
http://www.pagesjaunes.fr

Mais internet ne saurait à lui seul vous apporter toutes les réponses.
Vous trouverez dans les rayons spécialisés
 des grandes librairies une multitude d’ouvrages économiques,
 statistiques, juridiques qui complèteront votre documentation.

Tâtez le terrain

Évoquez votre projet auprès des personnes de votre entourage
(méfiez-vous des membres de votre famille
 qui seront souvent trop enthousiastes ou trop défaitistes).
 N’en dites pas trop, suscitez leurs réflexions,
 laissez-les s’exprimer, ne cherchez pas à les convaincre
coûte que coûte du bien-fondé de votre démarche.
 Pour l’instant, vous n’avez rien à vendre.
 Inspirez-vous de leurs premières réactions
 pour construire votre argumentation,
 pour valider vos intuitions.
 Faites preuve de modestie même si vous êtes intimement persuadé
d’être dans le vrai.
 Votre entourage sera flatté d’être sollicité,
d’être ainsi mis à contribution.
Si votre discours est trop assuré,
vos relations estimeront n’avoir rien à vous apporter.
Vous devez susciter leur adhésion qui passe par une appropriation
de leur part du projet que vous défendez.
 Vous avez besoin des autres, ne l’oubliez jamais.

Internet est aussi un outil formidable pour tâter le terrain,
 pour susciter des réactions positives ou réservées.
 Choisissez des sites d’annonces gratuites comme
 Actuchômage ou Routard.com
(mais oui, le site des voyageurs !,
 rubrique communauté, sous rubriques :
 recherche, offre d’emploi ou échanges) :
 
http://www.routard.com

Postez une annonce anodine :
 « recherche partenaires pour travailler sur le développement d’une activité…,
 pour envisager la reprise d’un commerce…,
 pour créer une association… ».
92, 95 ou 99% des réponses que vous recevrez
 se révèleront décevantes et improductives.
 C’est un résultat logique.
Dites vous bien qu’un bon mailing de vente par correspondance
 (proposition d’abonnement pour un magazine par exemple)
 atteint un rendement rarement supérieur à 1% de réponses positives.
 Attendez vous donc à avoir 99% de «déchets».
 Mais un seul contact peut s’avérer déterminant.
 Alors tentez votre chance.

Constituez-vous un premier réseau de réflexions et de compétences

Quel que soit le type d’activité que vous souhaitez développer,
 ne partez pas en terre inconnue
 sous prétexte que vous croyez défendre un projet formidable.
Le développement d’une activité passe le plus souvent
 par la constitution ou l’activation d’un réseau de compétences,
de réflexions, d’échanges de services et de conseils.
Allez à la rencontre de celles et ceux
 qui peuvent d’une manière ou d’une autres vous donner un coup de main.
 Constituez-vous une chaîne de relations.
 À l’occasion de chaque entretien, constructif ou non,
 obtenez de la part de la personne rencontrée les coordonnées
 d’une de ses relations qui pourrait être intéressée par votre projet.
N’hésitez pas à tenir informer les uns et les autres
 de l’avancée de vos travaux et de les relancer le cas échéant.
 Une personne rencontrée à un moment donné,
 sans résultat probant, peut quelques mois plus tard revoir sa
position et vous être très utile.
 En toutes circonstances,
 laissez toujours la porte entrouverte.

D’autres conseils sur les premiers pas de la création
viendront peu à peu étoffer cette première fournée.
 Déjà disponibles :

 
LA CONCRÉTISATION, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE


Vers la concrétisation…

Nous n’avons pas la prétention de nous substituer
 aux organismes
dont le métier est l’accompagnement
des créateurs d’entreprises.
 Ils rempliront cette fonction beaucoup
 plus efficacement que nous.
 C’est notamment le cas
de l’Agence Pour la Création d’Entreprises (APCE).
 Pour approfondir vos réflexions,
connectez-vous sur le site :
 
http://www.apce.com
Il vous soumettra les 10 étapes qui vous conduiront
 vers la concrétisation de votre projet.
 Pour notre part,
nous nous contentons d’en souligner ,
ici quelques idées-forces :

1 - L’IDÉE

L’Agence Pour la Création d’Entreprises précise que :

Il existe une grande variété de formes d’idées.
 Plus l’idée est nouvelle, plus il
 faudra s’interroger
sur la capacité des futurs clients à l’accepter.
 Plus elle est banale,
 plus il conviendra de s’interroger
 sur sa réelle utilité par rapport à l’offre
déjà existante sur le marché.

Aucune idée n’a jamais prouvé sa supériorité
sur une autre
dans le domaine de la création d’entreprise.
 Une innovation technologique révolutionnaire
n’a pas plus d’atouts au départ que
 la saisie d’une simple opportunité commerciale
sur un marché banal.

Créer une entreprise en recourant aux idées des autres
 nécessite
de rester à l'affût de tout ce qui se passe en France
ou
ailleurs en matière de nouveaux produits,
de nouveaux modes de consommation,
de nouveaux concepts marketing :
la plupart des magazines économiques
 ou spécialisés en création d'entreprise
 ont une rubrique à cet effet.

2 - LA PROTECTION D’UNE IDÉE

L'idée en soi ne peut être protégée.
Seule peut être protégée la forme selon laquelle
 elle s'exprime :
 invention, marque, création littéraire ou artistique...

D'une manière générale,
on appelle propriété intellectuelle les droits
 qui protègent les créations
"issues de l'activité de l'esprit humain"
 contre toute appropriation de tiers.
Ces droits se divisent en deux branches :
 les droits d'auteurs,
 et
 les droits de propriété industrielle.

3 - LE PROJET PERSONNEL

Quelle que soit l’origine du projet de création,
il est indispensable,
 pour lui donner un maximum de chances de réussir,
de vérifier sa cohérence avec son projet personnel.

Les porteurs de projet négligent
 malheureusement trop souvent
cette étape pour se concentrer uniquement
 sur la faisabilité économique,
commerciale et juridique de leur idée.
 C’est une erreur !
Sa maturation doit impérativement
 tenir compte d’éléments plus personnels.
Choisir de créer,
c’est aussi choisir un mode de vie particulier
qui doit être en cohérence
avec les exigences du projet.

Avant de devenir chef d’entreprise,
 il convient d’évaluer ses contraintes personnelles
 (disponibilité, santé, situation familiale…),
ses motivations,
 ses objectifs et ses compétences.
De même,
 il est indispensable d’analyser les contraintes
que le projet peut faire peser sur sa vie personnelle.

4 - L’ÉTUDE DE MARCHÉ

Après avoir vérifié la cohérence du projet économique
 par rapport à ses propres contraintes
et atouts personnels,
on peut passer à une nouvelle étape :
 l’élaboration de son projet de création d’entreprise.

L’étude de marché occupe une place clé dans cette étape.

Dans la plupart des cas,
 il est possible de la réaliser,
 soi-même ,à partir d’une recherche documentaire
 menée auprès des chambres consulaires,
des organismes et syndicats professionnels,
de l’Institut national de la statistique
 et des études économiques (INSEE),
du Centre de recherche pour l’étude
 et l’observation des conditions de vie
(CREDOC),
de l’Institut national de la consommation (INC)…

5 - LES PRÉVISIONS FINANCIÈRES

L’établissement des prévisions financières consiste
 à traduire,
en termes financiers,
 tous les éléments réunis au cours des étapes précédentes
et
à vérifier la viabilité de son entreprise en projetant
 ces éléments sur une période pertinente
et suffisamment lisible :
3 ans.

Les prévisions financières devront
 pour l'essentiel répondre à 5 grandes questions :

a) Quels sont les capitaux nécessaires pour lancer le projet ?
 Est-il possible de les réunir ?
 L’élaboration du plan de financement initial
 permettra de répondre à ces questions.

b) L'activité prévisionnelle de l'entreprise
 va-t-elle générer un montant de recettes suffisant pour couvrir
 les charges entraînées par les moyens humains,
matériels et financiers mis en œuvre ?
 En d’autres termes,
le projet sera-t-il rentable ?

L’élaboration du compte de résultat prévisionnel
permettra de répondre à cette question.

c) Les recettes encaissées par l'entreprise
 tout au long de l'année permettront-elles de faire face
en permanence aux dépenses de la même période ?
Le plan de trésorerie permettra de mettre en évidence,
 mois par mois, l'équilibre
 ou
 le déséquilibre entre encaissements
et décaissements.

d) Quel montant minimal de ventes
 ou
de prestations de services
faudra-t-il impérativement atteindre
 au cours de la première année
pour pouvoir au moins faire face
à toutes les charges de l’exercice ?
Le calcul du point mort
(ou seuil de rentabilité)
permettra de répondre à cette question.

e) Enfin, la solidité financière de l'entreprise
 prévue grâce au plan de financement initial
 se poursuivra-t-elle au fur
et à mesure du développement de l'affaire?
Le plan de financement à 3 ans permettra de le vérifier.

6 - LES FINANCEMENTS

À ce stade du projet,
 il convient de réunir les capitaux
 qui seront nécessaires pour financer
les différents besoins durables identifiés
dans les étapes précédentes.

 Le financement correct d’un projet
est une des conditions
 de pérennité de la future entreprise.

Les besoins durables de financement comprennent :

a) les frais d'établissement
(honoraires de conseil juridique,
de fiscaliste, de conseil en brevet,
 frais de constitution de l'entreprise,
 éventuellement frais de première publicité…).

b) les investissements
(l’achat ou la construction d'un local,
les frais d’installation,
l’acquisition de machines, matériels,
 véhicule, ordinateur, pas de porte ou droit au bail…).

c) les dépôts et cautionnements à verser
(les loyers versés en garantie pour le local).

d) le Besoin en fonds de roulement (BFR),
c’est-à-dire le montant d'argent utilisé en permanence,
tant pour l'achat et la détention du stock nécessaire
 à tout moment pour que l’entreprise fonctionne correctement.

7 - LE PANORAMA DES MOYENS DE FINANCEMENT

L’Agence Pour la Création d’Entreprises aborde
 bien évidemment ce sujet d’une manière très exhaustive.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, nous vous signalons l’existence
des fonds de garantie France Active,
 tournés vers des créateurs
en situation personnelle difficile
 (allocataires du RMI, chômeurs en fin de droits…).
Le lien internet franceactive.org est accessible
 sur le site de l’APCE
et
sur Actuchomage.

8 - LES AIDES

L’APCE aborde bien évidemment
 ce sujet d’une manière détaillée.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
Néanmoins,
 nous vous signalons les nombreuses dispositions
 concernant les allègements fiscaux,
les exonérations de charges sociales,
 l’aide au conseil,
 la mise à disposition de locaux…
Des aides de l’État visent également à favoriser
 une meilleure répartition géographique des entreprises,
 à lutter contre le chômage
et
favoriser la réinsertion professionnelle,
 des demandeurs d’emploi,
 à favoriser l’émergence
et le financement des projets innovants par l’ANVAR
 (Agence française de l’innovation)…
Les collectivités locales peuvent également
attribuer de nombreuses aides.

9 - LE STATUT JURIDIQUE

L’Agence Pour la Création d’Entreprises aborde
 bien évidemment ce sujet d’une manière exhaustive.
 Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, l’APCE rappelle que :

Cette étape consiste à adapter
 au projet de création d’entreprise
 un cadre juridique qui lui permettra de voir
 le jour en toute légalité.
Quelle que soit l’activité qui sera exercée,
industrielle,
 commerciale,
 artisanale ou libérale,
le choix d'une forme juridique se fera entre :
 demander son immatriculation
 en tant qu’entrepreneur individuel
ou créer une société.

10 - LES FORMALITÉS DE CRÉATION

L’Agence Pour la Création d’Entreprises
 aborde bien évidemment ce sujet
d’une manière extrêmement détaillée.
Nous ne pouvons ici en résumer le contenu.
 Néanmoins, l’APCE souligne que :

Les formalités de création
 ont été considérablement simplifiées
 avec de la mise en place
des Centres de formalités des entreprises (CFE),
 "guichets uniques" auprès desquels
 sont déposées les demandes d'immatriculation,
 de modification
 ou de cessation d'activité des entreprises.

Les demandeurs d'emploi qui souhaitent solliciter
 une exonération de charges sociales
 (dispositif ACCRE)
ou une aide financière
(dispositif EDEN),
doivent impérativement déposer leur dossier
 à la Direction départementale du travail,
 de l'emploi et de la formation professionnelle
(DDTEFP)
 avant la création
 ou la reprise de leur entreprise.

Le Centre de formalités des entreprises (CFE)
centralise les pièces du dossier de création
 et les transmet,
après avoir effectué un contrôle formel,
 auprès des différents organismes
et administrations intéressés
 par la création de l'entreprise :

a) l'INSEE qui inscrit l'entreprise
 au Répertoire national des entreprises
(RNE) et lui attribue un numéro SIREN,
 un numéro SIRET et un code d'activité :
 le code APE.

b) les services fiscaux.

c) les organismes sociaux : URSSAF,
caisse d'assurance maladie, caisse de retraite.

d) le Greffe du tribunal de commerce,
 si l'activité est commerciale
 ou s'il s'agit d'une société.
 Le greffier du tribunal adressera par la suite
 à l'entreprise un document
attestant de son immatriculation
 au Registre du commerce et des sociétés (RCS),
nommé "extrait K" pour les entreprises individuelles et
 "extrait Kbis" pour les sociétés.

e) le Répertoire des métiers,
si l'activité est artisanale.

f) les caisses sociales concernant les salariés
ainsi que l'Inspection du travail,
si la déclaration indique que l'activité démarre avec des salariés.

L’Agence Pour la Création d’Entreprises
 précise également que :

Les commerçants et les sociétés commerciales
(SARL, SA, EURL, SNC...),
 n'ayant pas un objet artisanal,
 relèvent de la Chambre de commerce et d'industrie

Les personnes physiques et sociétés assujetties
 à l'inscription au Répertoire des métiers
(entreprises artisanales)
relèvent de la Chambre de métiers.

Chaque CFE est compétent à l'égard des entreprises
dont le siège social,
 l'établissement principal
 ou un établissement secondaire est situé dans son ressort.

Enfin, l’APCE fournit de nombreux conseils pratiques, à savoir :

PROTECTION DE NOM DE MARQUE (INPI, AFNIC)
En cas d'utilisation d'une dénomination
ou d'un nom commercial original,
 il est prudent de vérifier
 préalablement auprès de l'INPI
(Institut national de la propriété industrielle)
que ce nom n'est pas déjà utilisé
ou déposé en tant que marque.
De même, le nom utilisé pour désigner l'entreprise
ou le produit commercialisé,
 peut faire l'objet d'un dépôt de marque auprès l'INPI
 et
d'une réservation de nom de domaine
auprès de l'AFNIC
dans l'éventualité de la création,
à plus ou moins long terme,
 d'un site internet.

À QUEL CFE D’ADRESSER ?
L'INSEE, avec ses partenaires du Réseau CFE,
 a réalisé un site destiné à faciliter
les démarches administratives
de création comportant notamment une application
 permettant de déterminer
 le CFE compétent par communes.
Le lien internet Réseau CFE
est accessible sur le site de l’APCE.

ACTIVITÉS PARTICULIÈRES
Certaines démarches spécifiques
sont imposées par l'activité de l'entreprise :
demande d'autorisation, de carte professionnelle,
de licence, inscription auprès d'un ordre professionnel…

STAGE OBLIGATOIRE
Si l'activité est artisanale, le chef d'entreprise
 doit effectuer un stage de gestion
 ou solliciter une dispense,
s'il est en mesure de justifier de certains diplômes.

DOMICILIATION DE L’ACTIVITÉ
Lorsque l'activité est exercée au domicile du dirigeant,
 un certain nombre de précautions doivent être prises
 notamment une autorisation du propriétaire
 si une clause du bail le prévoit,
une autorisation de la copropriété
 si cette formalité est prévue
dans le règlement de copropriété
ou
si l'immeuble est réservé à l'habitation,
une demande de changement
 de destination du local dans certains cas.


ASSURANCE
Il est également important de garantir
 la responsabilité professionnelle de l'entreprise,
et ce, quelle que soit l'activité exercée.
 Le Centre de documentation
 et d'information de l'assurance (CDIA)
dispose d'une documentation complète sur les obligations
des entreprises en matière d'assurance (3614 CDIA).

CAISSE DE RETRAITE
Dans les trois mois suivant l'immatriculation de l'entreprise,
 et même si l'activité démarre sans salariés,
 l'adhésion à une caisse de retraite de salariés ARRCO
(non cadres) est obligatoire.
Les caisses ne manqueront
 d'ailleurs pas de se manifester rapidement.
Passé le délai de trois mois,
une caisse interprofessionnelle
 est imposée à l'entreprise.

FORMALITÉS COMPLÉMENTAIRES À LA CRÉATION D’ENTREPRISE

a) faire intervenir un commissaire aux apports,
lorsque les associés apportent des biens
autres que de l'argent au capital de la société.

b) déposer les fonds constituant les apports en espèces
 sur un compte bloqué pendant le temps nécessaire
 à l'immatriculation de la société :
soit dans une banque,
 soit à la caisse de dépôts
 et consignations,
 soit chez un notaire.

c) rédiger des statuts.

d) désigner le ou les premiers dirigeants.

e) établir un état des actes accomplis au nom
et pour le compte de la société en formation.
 En effet, tant que la société n'est pas immatriculée,
elle n'a pas de personnalité morale
et ne peut donc prendre d'engagements.
La signature par les associés des statuts
 vaudra alors reprise des actes par la société
 et
 permettra à l'entreprise notamment de récupérer
 la TVA sur les achats.

f) faire enregistrer les statuts
 auprès du centre des impôts
 en quatre exemplaires.
Cette formalité est désormais gratuite.

g) publier un avis de constitution
dans un journal d'annonces légales.

h) les dirigeants souhaitant domicilier
 le siège de leur société
pendant 5 ans
 dans leur local d'habitation
 doivent adresser une lettre
 d'information au propriétaire
 (ou syndicat de copropriété).


Yves BARRAUD

Pour plus d’informations sur tous les points évoqués dans ce résumé :
 
http://www.apce.com
A suivre : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE.

voilà les premières demarches à faire,
comme l'indique l'article de Yves BARRAUD,
bien entendu,elles seront à mesurer
avec les nouvelles dispositions du 1er janvier 2009,
pour ce qui concerne le statut de l'autoentrepreneur.

pour ce qui du financement de 3000 à 5000 euros,
concernant les micro-enteprises,
les aides de celles ci peuvent être cumulées,
pour les sans emplois,avec des aides plus specifiques
que l'ADIE, indiquera.
toutes les indications ci dessus,
ont ete prises sur actuchomage.org qui a
un site interessant
et qui traite de nombreux dossiers.
 

 Affichage 'Format imprimable' Affichage 'Format imprimable'

 A propos du site | Protection des données | Conditions d'utilisation | Nous contacter | Fil RSS | Recommander ce site
Conception graphique et technique : agence internet TECHNIVORE | Hébergement : Net|Sample







Partager cet article
Repost0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 09:28

en lisant et furetant le Net,
je suis tombé sur une initiative,
qui a lieu à 2,5km de chez moi,
 dans le Territoire de Belfort:

>> Mobilisations,
 luttes et solidarités

Le Contrat départemental d’accès à l’emploi,
 une alternative au RSA

Vendredi, 05 Septembre 2008

Le Revenu de solidarité active de Martin Hirsch,
 en participant à la promotion de l'emploi en miettes,
maintiendra ses bénéficiaires dans l'assistanat.
 Pourtant,
 il existe des initiatives régionales innovantes
 pour qui le «i» de RMI n'est pas un vain mot :
 celle du Territoire de Belfort,
 lancée en 2005, a attiré notre attention.


Disposer d'un personnel formé aux besoins de l'entreprise
 tout en participant à l'insertion efficace
 et pérenne d'un allocataire du RMI,
 c'est ce que propose ce Conseil général
aux employeurs du Territoire de Belfort
 et
ses alentours par le biais du
 CDAE (contrat départemental d’accès à l’emploi),
 expérimenté depuis trois ans avec succès.

Loin des minables contrats aidés
 inventés afin de réduire statistiquement le chômage,
 véritables aubaines pour employeurs
 aussi déresponsabilisés que sans scrupule,
 le CDAE est un contrat de travail à temps plein,
rémunéré au minimum sur la base du Smic
et d'une durée maximale de 18 mois,
qui organise pour chaque bénéficiaire
des périodes d'alternance en entreprise,
 en organisme de formation
ou
en structures d'insertion par l'activité économique (SIAE).
 L'employeur perçoit une aide mensuelle
 du Conseil général de 447,91 €
 et
 s'engage à embaucher durablement
 le salarié à la fin du contrat
(en CDI ou en CDD de 6 mois minimum).

Une issue sérieuse au RMI

Ainsi,
 en formant le salarié aux besoins de l'entreprise,
ce dispositif facilite son adaptation
et
son intégration,
lui offre de réelles perspectives d'avenir
(un salaire correct, un CV réactivé et,
 le cas échéant,
 l'ouverture de nouveaux droits à l'Assedic),
et
 permet surtout de répondre à des «offres non satisfaites»...
Plus de 250 personnes «éloignées de l'emploi»
 en ont déjà bénéficié.

Retenu en janvier 2008 comme initiative pilote
 pour l’expérimentation des contrats aidés
 proposée par Martin Hirsch,
 le CDAE reste à ce jour
 une spécificité du Territoire de Belfort.
 Pourtant,
 comme l'a dit le Haut commissaire aux solidarités actives
 contre la pauvreté en décembre dernier :
«Une grande partie de ces personnes
 [les RMIstes]
ne sont pas éloignées de l'emploi,
 c’est l’emploi qui s'est éloigné d’elles»...
 En osant mettre à contribution les employeurs
(ce que le RSA ne fait absolument pas !),
 le CDAE inverserait quelque peu la tendance.

Une question de bon sens !

A l'heure où il est question d'en finir
 avec le maquis de contrats aidés
 (ces petits boulots jetables,
mal payés mais grassement subventionnés)
 en les remplaçant par un «contrat unique d'insertion»,
 le CDAE a valeur d'exemple.
 Sera-t-il retenu ?
 Ce serait trop beau...

Afin de médiatiser cette alternative qui s'oppose à la précarisation
— donc à la fausse insertion —
 des chômeurs de très longue durée,
une conférence de presse est organisée
jeudi 18 septembre 2008 à 8H45
 à l’Assemblée des départements de France,
 au 6 rue Duguay Trouin – 75006 Paris
 (M°Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs).
Yves ACKERMANN,
 président du Conseil général du Territoire de Belfort,
 présentera lui-même ce dispositif
 qui mérite d'être connu et généralisé dans toute la France.
 Témoigneront également des entreprises partenaires
 et des bénéficiaires du CDAE.

Affaire à suivre...

dommage,
je n'ai pas eu linfo de reunion plus tôt,
ni celle de cette initiative,
mais j'espère que celle ci sera suivie,
et
 en particulier le Haut Rhin,
qui est voisin du Territoire de Belfort,
Masevaux en etant à 2,5 km de distance..!


Cces infos ,je les ai lues sur actuchomage.org,remercions les,
et puis il y a d'autres rubriques avec l'Association APNEE..

Pplus l'information circulera,
mieux ce sera pour tout le monde!
Bon dimanche à tous et à toutes...

 

Le Contrat départemental d’accès à l’emploi, une alternative au RSA | Aucun commentaire
Tri :
Les commentaires appartiennent à leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
 

 A propos du site | Protection des données | Conditions d'utilisation | Nous contacter | Fil RSS | Recommander ce site
Conception graphique et technique : agence internet TECHNIVORE | Hébergement : Net|Sample




Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 18:08

C'est un statut juridique,
qui permettra des le  1er janvier 2009,
de créer facilement,une activité artisanale,
commerciale
 ou
de services,
n'exigeant pas une quaification professionnelle spécifique.

Statut destiné à ceux qui veulent s'assurer un complément de revenus,
et
 sont concernés,les salariés,les retraités,
les étudiants,
les demandeurs d'emplois,
avec plusieurs avantages:

1) Demarche administrative ultrasimple: il suffira de faire une declaration ,
aupres du centre des formalités des Entreprises( www.cfe.ccip.fr).

2) Vous n'êtes pas soumis à la tva,et pendant 3 ans,
 serez exonéré de la taxe professionnelle.

3)Enfin,pour éviter toute mauvaise surprise,les charges sociales et les impôts
prennent la forme d'un versement liberatoire,c'est à dire que chaque mois ou trimestre,
vous payez un % du Chiffre d'Affaire que vous avez réalisé pour cette période.

4) le -dit Chiffre d'affaire ne doit pas dépasser 80 000 Eu par an,
 pour les activités d'achat et de ventes de marchandises
et
32 000 Eu pour les activités de prestations de services.

Vous pouvez même  protéger votre patrimoine,
en faisant iune déclaration d'insaisissabilité de votre habitation
et
des biens composant votre patrimoine immobilier chez le notaire.

Vous pourrez vous renseigner de façon plus complémentaire:
à l'Agence de la Creation d'entreprise,
sur
www.apce.com
et
 au salon des microentreprises du 14 au 16 octobre
(jour de mon anniversaire),
au Palais des congrès,
à Paris sur
 www.salonmicroentreprises.com 

Voilà une disposition qui va libérer les énergies créatives,
surtout 
si vous pouvez vous faitre accompagner par une association comme l'Adie,
pour de micro crédit à la clef ...!

(source: Valerie March du salon des microentreprises,sur magazine Femina, no 338 )

Reste a espérer que la crise de confiance,
de pessimisme ambiant,
ne soit pas un frein
à l'enthousiasme qui est de créer,
de faire une activité en plus,
 qui plait,
histoire de rendre service à ses voisins,
ou
mettre du "beurre dans les épinards"
tout simplement ,
dans une période où la perte de pouvoir d'achat est grande...

Il existe de multiples activités,
où l'investissement,est moindre,
où vous n'êtes pas obligé d'aller vous "prostituer"
(le mot n'est pas trop fort)
à un banquier,
qui de toutes façons ouvrira même le parapluie,
 en cas de soleil aussi..
raison de plus ,en cas de pluie..!

C'est un bon début....

Mais il faut rester vigilant,
car du temps de Raymond Barre,
qui disaient aux chomeurs:
"créer votre entreprise !"
beaucoup se sont fait a"avoir" ,ont été ruinés,
leur bonne idée,
pillée par les contraintes,
 avant même de gagner les premiers sous..!
ou
 tout simplement avec des projets,
 la banque avait signé des cautions..personnelles
ce qui fait que le  type juridique ,
sarl ou individuel, ne vous protegeait contre rien
et
vous perdiez votre patrimoine,
sans compter un divorce à la clé,
comme vous pourrait vous raconter moultes personnes..!


La difference existe ou semble exister
dans les dispositions décrites plus haut..!

Service à la personne,
petit bricolage,jardinage ,
entretien de tombes
,lavage de vitre,
depannage informatique lamda,
livraison de produits à domicile,
que sais je encore
ne necessitent pas de gros moyens,
mais peuvent rapporter,
pour peu que vous ayez de l'empathie,
du courage,
de l'organisation
et
de l'optimisme à revendre...!

Si cela marche,
et
ne soit pas plus tard ,
remis en cause,
par un corporatisme,
ou des dispositions contraires,
ce sera une petite "revolution"
 dans la micro création d'entreprise..

j'ai même oui-dire,
que le Credit Mutuel, avait ou allait signer,
avec des associations de micro- entreprises..
mais ils ont sans doute flairé le filon,
donc attention,
faites plutôt confiance
aux associations,
qui ont des bénévoles,
qui ont l'aspect humain,
dans leur cible,
qui peuvent assurer un suivi,
 plûtôt que le tiroir caisse
ou
 l'envie de vous rouler..
si vous voulez entre 3000 et 5000 euros
à emprunter...

Car malheureusement,
même les banques dites "mutualistes"
n'ont pas echapé au virus,
"de gagner vite et à n'importe quel prix" ,
le message de Raffeisen,
createur des banques mutualistes
 ayant ete vite oublié
 et
l'usure,
bien pratiquée,par ces gens là..!

( je sais de quoi je parle,
ayant subi souvent ce genre d'avanies,
et le subissant encore)

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 11:47

Il semble ,
mais cela n'est pa fait,
qu' il  y ait un "leger recul"
concernant les dispositions qui étaient prévues,
concernant les personnalites,
syndicales, associatives,elues, etc..
sur leurs aspect intimes:
santé,préférences sexuelles, avis ou combats politiques...
mais pour l'instant,
rien n'est fait..
il faut attende le décret..

J'entends bien , un syndicat policier protester,:
que "c'est dommage,
que c'est un outil ou devait être un outil qui faisait" "gagner du temps"..
alors qu'ils seront obliges de rechercher sur le Net, regrouper les infos,
 du quidam dont il cherche à percevoir la personnalite et les activités...
presentes et passées..."

Mais la Liberte ne souffre pas d'exception....

 Et 
l'outil est dangereux..
car même les Allemands l'ont interdit dans leur Constitution,
la faisabilité d'unt tel instrument,
eu egard, au passé Hitlerien et ses méthodes..

Bizarrement,
 la France,qui se revendique des Droits de l'Homme,
met en place un instrument liberticide..
ce qui est plus grave,
c'est que des gens de notre génération qui ne peuvent oublier,
même s'ils sont juste nés apres guerre,
les effet nocifs,  de ce genre d'outils,
ont encore ce restant de "Peste brune" dans leurs méninges...!

C'est comme cela que la "bête immonde" peut revenir..!

Bien entendu, pour certains comme moi,
si on a tant soi peu lu et appris l'Histoire de son pays,
on sait que la Police Française a usé souvent de zèle,
avec l'occupant Hitlerien,
parfois même devançant ses désirs....!

Ce qui est plus grave,
c'est qu'une Gaulliste,
 ou se revendiquant,
comme telle,
ait oublié dans sa fonction,
ce genre de dérives...potentielles!

Comme quoi on est jamais mieux trahi que par les siens,
doivent penser bien des Gaullistes...!

Alors restons vigilants,
car l'on sait que si le Diable ne peut rentrer par la porte,
il peut rentrer par la fenêtre...!
et
à cet égard,
certains nous ont appris,
 l'art et la maniètre de le faire,
en toutes circonstances
 et
recemment ! 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 10:41

A en croire et lire les Echos, que j'avais entre les mains,
ce mercredi,17 septembre 2008
la tempête est loin de se calmer....

On y apprends même que le Credit Agricole,
pourrait ENCORE, même laisser des plumes,
dans la deconfiture de Lehmann Brothers,
 à hauteurs de 265 millions d'euros...:

Les Echos du mercredi, 17 septembre 2009,page  page 6:
"Exposition de credit de 20 millions d'euros:
dans les conditions du marché à la date d'aujourd'hui,
le coût eventuel remplacement de ces positions,
 est estimé à un montant inférieur à 250 millions d'euros,
precise le groupe." 

Pour NATIXIS:

(Banques populaires et Caisses d'Epargne):
l'action n'en finit pas de chuter,
se rapproche dangereusement ,
du seuil de souscription de 2,25 euros..
si le cours passe sous le 2,25 euros,
le syndicat de banques
pourrait renoncer à garantir l'operation en faisant jouer la "MAC clause"..
estime un analyste.
(les Echos ,page 5, du 17/9/08)
la Banque a chiffré à 109 millions d'euros le montant
de ses engagements à risques,
vis a vis de Lehmann Brothers.



Il semble que ce matin, le 19 septembre 2008,
 à l'annonce du Gouvernement Americain ,
de mettre le "paquet"
pour sortir les actions "pourries" et operations du même type, du Marché,
pour assainir le Marché,
en injectant des miliard de dolars
et
redoner confiance,
ait donné un élan , aux bourses..
surtout Asiatiques..

sera ce suffisant?

on verra..

Il n'en reste pas moins,comme l'a dit ,repeté G.Soros,
que le marché financier, désormais ,doit être regulé,
que les Etats éditent et actionnent de nouvelles règles..
car , si ces Messieurs de la Finance,
s'apercoivent des "effets d'aubaines",
que créent leurs irresponsabilites passées,
ils continueront,leurs jeux pervers..en toute impunité,
d'autant qu'aucune sanction individuelle,
des Dirigeants,
de toutes les Banques,
ne vient sanctioner ce jeu de Monopoly,
qui maintenant devra se régler sur le dos des épargnants,
 des individus, 
porteurs de projets, des createurs de richesses,
du marche immobilier en panne
et
tous les effets induits.. 
j'en passe et des meilleurs..! 

La crise de 1929 a été retenue,
pour ce qui concerne l'action d'éteindre le feu..
pouir éviter la contagion..
mais pres 80 ans après,
il faut un deuxieme palier,
qui est celui de nouvelles règles..

l'Histoire, retiendra ,
qu'au Pays du Capitalisme et Liberalisme le plus debridé,
ce sont des méthodes d'intervention ,
dignes des Soviets,
qui ont prévalu..

Eux( Les Americains) qui en 1981,
critiquaient Mitterand et ses Communistes..,
 et
ont tout fait "pour faire capoter son expérience Socialo-Communiste",
ont fait pire en terme de coût....et de méthodes..

Renversement de l'Histoire..

Lui, qui disait:" je serai là, par la pensée",
doit bien "rigoler" comme pied de nez,
 à ses actions passées..!

L'avenir dira si le SIDA Financier, peut mieux être guéri,
ou stopé,
que celui du sang contaminé, que j'ai pris en exemple..
pour situer la gravité du mal,
que des Irresponsables ont créé..
fait perduré,
pour des gains rapides, par cupidité extreme....




Partager cet article
Repost0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 07:33

 

Petit rappel de mémoire:

Oui,
on peut parler d'une sorte de SIDA financier
 qui a ete mis en place,
par les spéculateurs banquiers..
mais ce qui est plus grave,
c'est que tout cela n'est pas nouveau..
tout cela etait connu, de tous les politiques...

il me suffit de reprendre quelques lignes d'un livre:
"on estime que le mouvement des capitaux sujets à speculations
 porte sur plus ou moins
 mille cinq cents milliards d'euros par jour !

Autant d'argent ponctioné sur l'économie "reelle " du monde,
 celle que genere du travail humain ou en est le fruit,
celle qui concerne des echanges commerciaux tangibles.
or c'est bien par l'intermediaires de banques
que se realisent des operations qui permettent
 à des sommes coliossales de se refugier pour l'essentiel,
 dans des places "offschore,ou de transiter
 par elles pour se refaire une virginité.

Jean François Thony,magistrat conseiller à la cour d'appel de versailles
et
 ancien responsable du Programme Mondial
contre le blanchiment de l'argent des Nations Unies
estime que:
"l'ensemble des paradis financiers draine plus de la moitié (54,2%)
des avoirs detenus hors frontières
pour un total de plus de cinq mille milliards de dollards.
Plus de quatre mille banques "offschore" y sont installées
 et
on y compte egalement plus de deux millions quatre cent mill sociétés -ecrans!"

A cet égard ,les oligarques du Credit Agricole Mutuel ,
ne veulent pas être les derniers.
Une fois leur appareil mis au point,
avec sa base cooperative et sa tête privatisée,
voici donc venu le temps du"mutualisme offschore:
du Vatican à Labuan en Malaisie
l'argent des producteurs français diparaît dans des opérations
 hors bilan au profit de speculateurs privé... 

source "les Demons du Credit Agricole ,
de jean louis Yzambert et Hugo Nhart,page 181,editions  l'Argani
er"

SIDA FINANCIER, qui fait decouvrir plusieurs métastases...

et
 les premières apparues il y a un an,
font sentir leurs effets...

Fragilisations financieres:

avec le no 4 de Walstreet ,Lehmann Brothers,qui se declarent
en faillite,racheté par Barclays..

AIG,sauvé par la FED,reserve Federale,
avec un prêt de 85 millions de dollars
de 24 mois..
si cela n'avait ete fait ,c'est 74 millions d'assurés
qui auraient ete ruines ou floués..!

mais les effets pervers de cette crise, de ce SIDA FINANCIER,
sont dejà là,
avec une sorte de ralentissement economique:

les banques paniquées, ont bloqué les credits,
les conditions, taux d'endettement reduits à 20% et credit plus chers,
font chuter de 30% l'activite immobiliere,avec les effets induits
sur d'autres metiers...

Même Mme Parisot en prend conscience,
en parlantr  de ralentissement economique,
puisque le credit aux entreprises est touché...

Ce matin ,sur France Inter, dans une note d'humour,
Bernad Maris disait:
Mac Cain et Besancenot sont Marxistes!
ett expliquaient"
Mac cain:les Fondamentaux  (travailleurs americains)sont bons,
c'est à dire "la valeur travail,definition Marxiste.."

or precisait, Bernard Maris ",lorsque la sphère financière
s'éloigne de la "valeur travail",la" valeur travail" est elle m^me en crise!"

Or ce qu' 'on fait,les Banques, c'est qu'elles n'ont pas appuyées,
les echanges,sur des richesses créée.
mais sur des speculations à court terme,
en jouant au monopoly,où tout était opaque.....

maintenant avec ce
SIDA FINANCIER,
l'économie mondiale est atteinte,
et aussi par effet domino:
La France aussi..

enfin voici quelques extraits de reponses
de Georges Sorros, à France Inter de 8h20 à 9 heures:

Georges Sooros,economiste,milliardaire:

"nous nous enfonçons dans la crise,

nous sommes au milieu de la crise.."

"les Autorites ont été longues à la détente.."

"les étapes qui nous attendent:"

"nous en sortons pas..pour le moment
certaines banques vont avoir besoin etre sauvées,
avec des actions de quelques centimes,
des autorités de régulations, on a besoin,
car le marche ne se régule pas de lui même..
il y a eu une super bulle immobiliere qui a implosé
qui a duré 28 ans..!"

conseils pour crise financière:

"le prochain Gouvernement Amercicain
devra intervenir dans la crise immobilière,
car le marché,par ses exes
 met en danger ,l'economie,
et 
 il faut reduire le nombre d'evictions des gens,
avec les subprims,
sur les prêts hypothécaires..."

Et
 l'on voit, aussi, que ceux qui ete sensés de prévenir
cette crise,l'ont sous estimée,
a commencer par la Banque de France
 et
Banque Europeenne,
comme se plaisent à le souligner les Editorialistes...
ce matin !


Georges  Sorros:

"aléas moral:

un defaut du systeme ,
 et
cela doit etre corrigé,
par la régulation,
et
ce que nous contatons,c'est  que les regulateurs,
du Marche ou charges de reguler
ont abandonnées leurs fonctions,
 ce sont  donc les Etats,
qui devront intervenir...
pour éviter la chute du systeme..."

  Georges Sorros:

"A qui profite la crise?"

"il y a
moins de gens qui font des profits
que ceux qui en font ,
et
il y a fortes destructions de richesses,
 en ce moment.."

  Georges sorros:

A qui la Faute?

"un exces du Marché , c'est insupportable,
des pratiques pas normales,
beaucoup de gens aspirés ,
des personnes agées, des minorites,
instruments financiers construits
et
mal concus,
et
sur de mauvaises hypothèses ! "


"Les marchés sont amoraux,
les jugemenrs moraux
sont tres difficiles..."

"La Russie est devenue un danger,
la Russie a ete mal aidée,
beaucoup de ressentiments,
car les gens en Russie voulait rejoinfdre
les democraties...
la Russie, est plus forte sur le plan geo politique,
maintenant,
et elle en joue..
on aurait du faire un plan Marschal pour la Russie,
on a raté cette occasion"

"Pour la France ,
 on rentre en periode de déflation,
 il faut baisser les taux d'interêts....!"

voilà, ce matin, les dernieres nouvelles,
et n'en doutons pas,
il y aura des suites:

pour ceux qui ont des avoirs,
des actions,ne vendez pas,
sauf si vous avez besoin ,
 mais vous aurez des pertes.
quant aux placements, se limiter a celles de
" bons pères de familles "
et
ne faites plus confiance à vos banquiers,
pour des
placements avec avec des taux superieurs à 4%,
 car il y aurait anguilles sous roches,
les banquiers cherchant à se refaire sur votre dos!
et
 ayant toujours l'escuse d'un gain à long terme,
 pour calmer vos angoisses justifiées..!

UN SIDA FINANCIER,

 est là pour longtemps,
avec des hauts et des bas,
des remissions,
mais le poison est injecte pour longtemps..!

Quant aux hommes politiques, à commencer, 
SARKO et FILLION,
il suffit de voir comment ils ont repondu,
à l'inquiétude,par une boutade,par dessus la jambe,
pour mesurer leur m'enfoutisme,
leur immaturité en la matière..

On disait dans le temps:

"Gouverner, c'est prévoir..!"

Apparemment ,
Eux deux ,
ils  n'en ont rien à foutre!

Partager cet article
Repost0