Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 08:27

Ce matin,
 alors que ma tête etait encore embrumée par mes soucis
et
cauchemars...
que je fais,
depuis qu'il y a des gens qui s'ingénient
à me compliquer la vie,
à me nuire (voire mes précédents articles.)
donc dis je,
 j'ouvre mon poste sur France inter,
 et
l'on parle d'une "amie de ma grand mère paternelle.."

Oui, la Belle Oéro, violée à 12 ans,
qui a ete aussi le "Passage des Princes",
Comme la Belle Hortense Schneider,amie d'Offenbach..
qui a su capter l'entr' jambes des Grands de son époque,
de la Belle Epoque,
 des artistes,
comme toutes ses congénèeres:
Nini pattte en l'air,avant elle, et
bien d'autres..

Oui, dans les années 1950,
 La Belle Otero habitait rue  d'Angletere,
pas loin de la Rue Paganini,
pas de loin de Chez grand mère..
Rue Alphonse Karr..


Elles allaient jouer au casino de Monté carlo..
souvent la Belle Otéro y a laisser des bijoux,
offerts par ses amants nombreux,
et
grand mère l'a beaucoup frequenté dans ses vieux jours..
sans doute ,
se sont elles racontées les différentes aventures ,
scabreuses ou pas,
manies des hommes..
car elle aussi,
dans sa maison close de Verdun,
a t elle vu de cette gente masculine,
avides de jolies filles,
face à la caserne e Verdun..
Route de Bevaux..

Pour la fin de l'histoire,
elle est triste:
la belle Otero, est morte à NIce en 1965, à 96 ans,
dans la misère..
à Nice ,depuis  qu'elle s'y etait retirée
et
ayant déserté son "art" dans les années 1915/1920...


Toute ces dames savaient recycler les cadeaux de leurs amants,
bifjoux ,en achat d'appartements ,
pour leurs vieux jours..
j'en ai croisé de nombreuses,
à qui ,petiot,
je donnai "des bonjours, Madame"
anciennes demi mondaines, mondaines,
 qui avaient connu leurs heures de gloire..
et
qu'adolescent, à 16 ans, 
je baissai les yeux,
timide
tandis qu'elles avaient
"les yeux appuyés sur ma personne"
et
dont j'ignorai les pensées de desirs
" de me bouffer tout cru",
quand je descendai les escaliers de marbre de l'immeuble...

Me reviens souvent les dires de mon demi -frère, qui disait:
"la grand mère , c'etait une sacrée bonne femme.."
sans savoir longtemps,
jusqu'à 38 ans,
 ce que cela recoupait..."

On ignore souvent longtemps,
le passé, des gens de sa famille...!


Voila comme un matin de fin d'été,
35 ans après avoir plante  mon cul ..
sur la Terre d'Alsace,
un passé lointain ressurgit,
grace à France Inter,
avec les personnes
de sa famille
ou
qui l'ont approchée,cotoyée..

 De quel mélange complexe
souvent
on naît, grandi,
dans des contingences
où se mèlent pragmatisme,
grands principes,
j'en passe et des meilleures...!

On veut souvent faire des petits boutchou
que nous sommes,
"des modeles,"
on les eloigne,
 comme pour moi,
alors que les adultes,
"ont bouffé la chandelle par les 2 bouts.."

Etrange humanité...!

Partager cet article

Repost0
19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 18:33

le 22 avril 2006, je relatai de façon succinte
 ma visite sur les hauteurs de Nice,
pres de l'aire Saint Michel, 
de la pyramide de Falicon...
aujourd'hui, en consultant mes states,
 je m'aperçois que beaucoup s'interrogent 
sur cette pyramide ..pres de Nice...

parfois le destin s'en mele et fait des clins d'oeils..

moi, la premiere fois que j'ai entendu parler de la "pyramide de Falicon",
 c'était un livre que j'avais acheté en 1967,
 de Robert Charroux sur les Mytères de l'Univers,
 dans une librairie de Cagnes ou Cros e Cagnes,
 alors que je travaillai au Camping Lou pistou..
puis 6 années ont passé..
et en début 1972,
 alors que je connaissai un camarade..qui s'appelait georges..
 qui faisait de la speleo..
nous sommes allés tout equipés
 faire la visite de cette grotte 
surmonté d'une forme pyramidale ,deja tronquée...

d'apres mes souvenirs lectuels ,
ce lieu avait pu servir de lieu de culte..
d'ailleurs une forme d'autel ,
 subsistait dans la 1ere salle en ce debut 1972...

Ce que l'on pouvait savoir aussi 
c'était aussi qu'au solstice d'été, sur un arête de la pyramide , 
à une certaine heure un visage apparraissait ..
et 
cela une fois par  an,
 la lumière rasante du soleil faisant apparaître le phenomène..

Robert Charroux en parlait ,si mes souvenirs sont exacts..:

Lieu de culte ,de Franc Maconnerie? 
reste ces interrogations..

Avec mon ami georges après avoir franchi la 1ere salle ,
 apparu un trou de 30/35 cm de large..

ajourd'hui je ne pourrai plus y descendre,
 j'étais mince d'ailleurs à l'époque...

equipé d'un genre de harnais
 et
 lampe acéthylène , j' y suis descendu..
un peu d'apprehension ..
puis descendu le premier, sous la surveillance de Georges,
 mes pieds se posèrent sur une sorte de galerie..

je fis quelques pas..
et 
me trouva devant une osbtruction...
manifestement: 
eboulis, fermeture volontaire? 
je ne sais..

d'apres Georges ,
 les Anciens racontaient que cette galerie avaient pu servir de souterrrain ,
 qui rejoignait le chateau de Nice,
 l'ancien chateau..
et aussi de degagement de fuite de Gens importants ou de Templiers....

Déjà à l'époque ce genre de rumeurs existaient...(1972)

Le hasard, ne fait pas choses a moitié: 

alors que nous remontions ,ayant satisfait notre curiosité, 
et 
franchissant le boyau pour retrouver la 1ere salle,
 voilà que nous nous trouvons nez a nez, 
avec des jeunes ados, qui voulaient descendre 
avec tout equipement de la ficelle d'emballage
 à nouer autour de leur taille!!!..

le sang de Georges ne fit qu'un tour..

et 
aussi son souci de pegagogie aussi,
 et 
nous voila transformes en guide avec equipement,
 et 
c'est ainsi que nous avons fait visiter la pyramide Falicon 
à de jeunes inconscients sans equipement serieux 
et aussi sauver des vies ,
sans le savoir!..


Aujourd'hui "les adresses de sites de la Pyramide de Falicon"
 a refait surgir de ma mémoire ces évènements..

hasards?

 bizarre!

peut  être ,un jour on saura..

mais cela semble difficile..

il y a parait il , un lotissement à proximité.. 
et autres derangements...depuis.

J'espère vous avoir plu, avec mon histoire vécue...

C'est bien d'avoir encore des mystères à trouver  !

Partager cet article

Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 16:05

                                          Il serait foncièrement injuste de dire que la période de locations de gites nous n'ayons pas de bons souvenirs.........plus de bons que de mauvais d'ailleurs...

                                           Il en est resté des amis...dont les enfants ont grandi, certains se sont mariés, mais n'allons pas trop vite....

                                           J'ai souvenir d'une Américaine de Caroline du Sud,dont la fille etait étudiante à Mulhouse, dans le cadre d'échange franco_américain..qui la veille a foulé une terre sèche d'Alsace, pour se reveiller avec la neige, l'autre matin...je revois son visage étonné, le bonnet enfoncé jusqu'aux oreilles....Venue seule , son mari, ancien assureur important de la Capitale de cet Etat, avait acheté pour sa retraite, pour s'amuser: un ranch.. ! cela s'invente pas...le sejour s'est terminé autour d'une truite au riesling,avec la fille qui traduisait et son copain d'alors....

                                           j'ai souvenir de gens du midi, qui jouaient au rami, et qui voisin du 1er gite, parlaient si fort, en employant des jurons de là-bas,que les Normands, du 2eme gite, croyaient qu'ils s'engueulaient, ..eux travaillant chez Seb, et qui etaient venus chercher le calme..... et que l'on a vu très peu la 1ere semaine.... 

                                           Souvenir plus dramatique aussi , de ce couple, venus ,une premiere fois, en Alsace, avec leurs enfants, le samedi apres midi, et qui ont dû repartirent , le dimanche soir, le parent de l'un deux,agriculteur, s'étant suicidé d'un coup de fusil.....

                                           Souvenir plus drôle aussi de ces démonstratrices de la Foire de Mulhouse , en fer à repasser, de voyage , qui avaientt decroché le miroir pour se pomponner se parfumer à "Opium" et "Poison" et dont le parfum est resté trois mois dans le logement...Le déshabillage de ces dames lorsque je rentrai, après leur départ du matin, pour faire rangement était "folklo", puisque retrouvai  leschaussures, culottes et le reste.... épars, comme si elles avaient levé la jambe pour envoyer tout ballader...Les billets de 100francs , ou du moins la pile de billets qui s'amoncelait sur la table de la cuisine..."dites c'est pas prudent!" "pensez vous , on a confiance en vous , cela risque rien..!" Aujourd'hui faudrait plus s'y risquer!

                                            Toutes deux tirées à quatres épingles avec lunettes et chaussures assorties, du CHANEL , et autres couturiers.., je crois qu'elles venaient de la Drôme..très gentilles!

                                        Souvenir de ces Normands , dont le petit, marchait à quatre pattes dans le couloir, et auxquelles nous sommes restes amis,..le petit en question aujourd'hui est paysagiste et sa soeur guide touristique..Nous avons été aux deux communions des enfants....le repas: Rabelais eût été content et Pantagruel aussi, quantité et qualité.. Ils Nous battent les Normands... ! Nous avons recu d'eux, une bouteille de calvados de trente d'ans d'âge de l'année de naissance de Didier....et ce séjour,offert par eux, de quatre jours pour le quarantieme anniversaire du débarquement : la Venise Verte, du côté de Flers, le Mont saint Michel, (où le petit, assis sur mes genoux, le goulot de cidre à la bouche, chantait , "bateau sur l'eau".. ); les plages du débarquement, la pointe du Hoc, Avranches, Caen, Villedieu les poêles,  le Haras du Pin..et j'en passe...

                                        Et ces Mayennais, aussi, boulangers, auxquels on resté amis, dont nous avons été invités au mariage de l'une et communion du petit dernier, qui chaque année nous offrait du bon Calvados de derrière les fagots..et qui fidèles, chaque année qu'ils ont pu, venaient dans un autre gite à beaucoup plus de leur famille, mais ne manquaient pas  de nous inviter à manger leur bonne charcuterie.. et nous retournions l'invitation par une bonne choucroute, dont Bayou à le secret....

                                         Ces Marseillais, qui aimaient notre cuisine....d'ailleurs ils n'ont pas été les seuls, car à partir de 1993, nous avons instaurés la table d'hôte, mais de cela je parlerai plus tard....

                                         Et ces Parisiens, le jour de Noel, partis skier au Ballon d'alsace, qui avaient mis leurs chaussettes sur la grille du  poêle cheminée..cela sentait si fort..une odeur de laine grillée..on a echappé à une catastrophe ce jour là....! Ils y ont pensé, une fois la haut , ont ils dit! heureusement que nous étions là, et que nous pouvions rentrer avec la clé! " "vous savez chez nous ,c'est tout confort elecrique et le chauffage c'est central sur radiateurs"....

                                          Et puis il n'y eut pas seulement que des touristes, il y eût des services rendus, soit pour des entreprises, pour des mutations, soit pour des personnes,n'ayant plus de toit, et qui y ont trouvé une halte...

                                           Comme Michèle, revenue d'Afrique, copine d'enfance de Bayou, ayant perdu son mari, vivait avec un Reunionais, dont elle eut 4 enfants de lui, alors qu'elle en avait 3 du premier....Elle dû apprendre à sa mort qu'il etait marié , separé,mais non divorcé d'une dame de là-bas...Elle restait chez nous de septembre 87 à avril 88....La vie joue de ces tours de cochon: plus tard, elle tuera, son amour Réunionais, "son oiseau des iles", en voulant se tuer, parce que porté sur la gent feminine, il l' avait trompé...

                                          Un de ces enfant dont nous avions accepté d'être son "parrain Républicain" , sera hébergé, en we-end, avec son petit frère, pendant son incarcération..Sacré jojo, artiste, et qui revendique fort sa negritude en disant "je suis black"..Il ira loin s'il le veut...

                                          Quant à Michèle, depuis plus de nouvelles, même si elle n'est pas loin...Pour certains, l'oubli est leur meilleur réponse....!

                                            Il y eût cet handicapé, cousin d'un diacre, que nous avions pris en pension complète..(pas assez handicapé pour être dans une maison , mais trop pour travailler...)qu'on nous retira..alors qu'un mois plus tot, nous étions le" Bon dieu pour lui", dixit de sa famille.. 

                                             il y eût aussi,lors de la période de la table d'hôtes, des habitués, qui venaient 2 à 3 fois par semaine pour un prix modique: 199F, cela a duré pour certains 4 ans, c'est ce qui nous permis de tenir, dans la période de bourrasque financière....et d'avoir un minimum de rentrées.

                                              Des personnes ,qui venaient chaque été, comme ceux de Gien..dont la dame travaillait come peintre à la faiencerie de Gien, et qui chaque année nous offrait un cadeau de sa fabrication ou celle de l'usine....et auquelles nous faisions semaine gastronomique à prix coutant,avec specialites de toute la Fance ..

                   

                                                              il y eût dans les studios, aussi des groupes de personnes de jeunes gens, dont l'un se pendra à son retour à marseille et dont , un, de Martigues, restera dans la Région, laissera une ardoise, et ne me regarde plus,  si je le croise dans la rue ou feint de ne point connaître...La nature humaine est complexe..

                                               Il y eut, aussi, un vendeur exceptionnel, à tel point, que pour chaque objet destiné à la vente, il fourbissait un argumentaire de telle sorte que les clients achetaient ; autodidacte, il a vendu : savon d'alep, bonbons, embouts d'aspirateurs, saucisson.,stylos ...un bonimenteur comme on en voit plus! ....Le tout de sa voix ,sans micro, fumait 2 paquets de cigarettes par jour , à tel point que le soir il était aphone.."il eût vendu de la merde dans un bas de soie"   ! cher Stéphane , qu'est il devenu..? Il a coupé les ponts, depuis on ne sait plus ce qu'il est devenu! 

                                                Il y eût aussi , plus dramatique, des personnes dont la vie avait basculé: séparation, femme battue, jeune drogué laissé à eux mêmes ,ou jeune delaissé par leur famille, dont on était là, parfois à suppléer aux besoins primaire soit alimentaire, soit d'écoute....

                                                Enfin , il y eut aussi la conjugaison , pendant un certain temps , de l'hébergement et des  soins corps, le w e , que j'avais appris.... Et cela avec un opérateur du net... à un prix défiant toute concurrence , avec 7 soins : gym Stauffer,, bain bouillonnant,enveloppement d'algues, modelage corps, sauna, solarium.. en plus de bons petits plats confectionnes par Bayou.. On ne s' est pas enrichi , mais cela a contribué à mieux affiner mes techniques personnelles....cela dura même pas une saison, mais il y eût des gens de tous les coins de France....

                                                Il y eût ce couple d'écossais, maintenant gérants du Camping de Masevaux, et qui venaient à Noêl ou à Pâques , que nous régalions, d'un bon réveillon et specialites gastronomiques à prix coûtant...

                                                 Il y eut aussi, pourquoi pas le dire ,des indélicats, du coin surtout, qui  s'en sont fichus et classé afffaire, ou la personne condamnée, changeant de region, travaillant ,se mettant en insolvabilité, c'est vous, qui deviez enrichir huissier du coin , sans être sûr de retrouver votre dû....Enfin la justice en France ,du moins en Alsace, faut pas compter dessus, elle est souvent partiale, et infeodée à des tas de gens ou systemes. une sorte de systeme clanique qui dit pas son nom mais qui fonctionne en souterrain..mais revenons à la table d'hôtes.

                                                Il faut dire que la table d'hôte etait un service rendu, que nous ne gagniions rien dessus, un produit d'appel pour nous faire connaître..Bayou restait jusqu' à plus de 23 heures ,debout, alors qu'elle se levait à 6 heures pour aller travailler, et moi mangeant avec les clients....

                                                Les tracasseries dont nos avons été l'objet,de la part d'une maréchaussée zélée, pour ne pas dire bête..ou ignorant de ce qui se veut appeler table d'hôtes et ce que cela recouvre,nous a fait abandonner cette formule..

                                                 Il faut ajouter à cela, que tous les clients, au fil des années, qui étaient venues ,chez nous en séjour, la 1ere fois et même pour certains, de façon regulière, recevaient à Noêl et même avant, un colis de specialités Alsaciennes: petits gateaux de noêl (bredalas), Beraweka (gateau de fruits secs ,au schnaps, macéres)  et des truffes au chocolat, le tout confectionnes,par Bayou. il lui est arrivé de faire, jusqu'a 75 beraweka dont plus de la moitié partaient une semaine avant noêl....

                                                 Quand je pense, que la marechaussée bête et méchante, a pris les annotations de colis ,devant adresses pour des adresses de personnes ayant des affinites homosexuelles ou étant venues pour cela..c'est dire le niveau !

                                                   Si j'avais eu le temps, j'aurai du écrire cela à tous les envois, sûrs qu'ils auraient été heureux d'avoir été considérés comme tels ou ayant de telles visées,..puisque ma maison , un temps a été presenté comme une maison de rendez vous homosexuels..  (bien que tous les goûts soient dans la nature) surtout pour des" bonnes soeurs ", venues une fois, un été, et qui nous avaient fait bien rire..elles travailaient en milieu ouvert, dans le domaine social....

                                                Dans un dernier temps, ma maison fut ouverte et declaré "gayfriendly"..l'intolérance, la mechanceté, liée à la cupidité, ont fait notre malheur....car j'avais fait pub dans milieu  et presse: saunas, Magazine ligne Têtu, Rainbow gites et autres, "On ne veut pas d'un nid à pédés chez nous a pu declarer un Elu", au procès, dont mon avocat , Maître Facchin ,s'est bien gardé de dire le nom!.

                                                En fin 2003 et printemps 2004, un Maître proposa que j'organise des stages de Reiki; dont j'obtins le 1er et 2eme degre, cela fut fait jusqu'en juin 2004.....

                                               Maintenant , c'est une Maison d'hôtes-Relais ouverte à tous, passages, et insertion pour quelques uns, et où , ayant supprimé la table d'hôte traditionnelle, c'est avec le partenariat d'un bon restaurant , à côté de chez nous, que le diner est proposé, à un prix défiant toute concurrence , compte tenu ,des prestations fournies...

 

                                                Que puis je tirer de tout cela ? 

                                                Rien n'est jamais acquis, qu'il faut sans cesse se renouveler ....se remettre en cause..

                                                Que le malheur vient souvent parce que nous avons à faire à des médiocres, qui sont jaloux que vous ayez avant eux , les idées ou les moyens de faire, ce qu'ils auraient pu faire...

                                                Que l'occasion fait le larron; en l'occurence, la finance associée aux malveillants fait merveille..

                                               Alors, tous les moyens sont bons pour s'allier ses copains: juges ou personnes de position sociale élevée, pour détruire, non par ce que seulement cela plait pas, mais aussi parce qu'ils étaient trop lâches eux mêmes pour faire quelque chose de leur vie, à part la méchanceté gratuite....

                                              Ce que l'on fermera les yeux pour l'un , un autre sera "tué" socialement, sans autre forme de procès et si besoin avec l'alliance d'une presse locale, aux ordres.. ! Pourquoi se gêner ? 

                                                  Pour ce qui est de la Région Alsace, dont je rappelle que mes ancêtres,du coté de maman remontent jusqu'en 1620, je dois dire, que contrairement à ce que j'ai pu croire, ou penser, l'Alsacien n'est pas si TOLERANT que cela !... pour la Galerie sans doute, car on mettra le fait que subsiste plusieurs religions, mais en fait, ce que j'ai connu pour la plupart etaient racistes, envieux, méchants ou pervers..d'une perversité fine, cachée sous un mielleux  enveloppement...Seule une dizaine de personnes alsaciennes, sont dignes du portait que je subodorai en venant il y a 34 ans ,en Alsace....

                                                  Est ce specifique à Elle ?

                                                  j'en sais rien...il y a surement une différence de mentalités entre la campagne et la ville et même entre des villes comme Mulhouse, Colmar, et Strasbourg..on le voit déjà au niveau de leur revendication d'authenticité Alsacienne que chacune revendique...Au niveau moeurs, il y a des differences,cela est sûr...! A Mulhouse il existe 2 sauna et un dans sa peripherie immediate, soit gay, soit gay friendly, soit mixte..en plus d'etablissements :restaurants, magasins vetements.....

                                                 A colmar un seul établissement sauna mixte et gay...

                                                 A strasbourg, 2 etablissement Gay plus un dans periphérie....

                                                 Par contre, il suffit de lire une revue libertine pour s'apercevoir que du coté des bars de rencontres, et autres établissements avec" petits calins heteros, cela est bien pourvu..même jusqu'en Franche Comté....

                                                 Enfin , il suffit de lire ou d'ouvrir les journaux gratuits, pour voir flores d'annonces de lieux de massages,avec dames, avec messages qui ne laissent aucun doute sur ce que cela recouvre, pour s'apercevoir que là, bizarrement la Loi, ferme les yeux....n'applique pas l'incitation à débauche.. et quant on sait le prix d'annonces, les propriétaires de ces journaux ne sont pas inquiétés, (comme le sont ceux qui revendique un autre accueil....) et s'en mettent pleins les poches....

                                                C'est l'hypocrisie dans toute sa plendeur  !

                                                Du point de vue politique, j'ai pu constater, que même des villages, où il n' y avait aucun immigré, ils votaient pour certains à 30% pour l'extreme droite.....

                                                 D'ailleurs, une personne dite " de l'interieur " , pas née, en Alsace, est considéré come un étranger, un Welsh, et est seulement "toléré" comme je l'ai été..même si, je peux revendiquer une ascendance lointaine de par ma mère....

                                                Reste le problème du dialecte ou des dialectes, qui peut être un frein d'insertion.....

                                                Peut être , l'Histoire de l'alsace, mais qui n'est pas homogene du nord au sud, puisque certains sont venues apres 1789 (mulhouse) rattachée à la France, peut expliquer ces différences d'appréciations..

                                                Le nazisme a fortement imprégne, en milieu rural, des reflexes, de surveilances, d'épiement des voisins, de ce que "ils peut faire" "d'où ils vient"....

                                                Je ne suis pas sûr, que si demain , un nouvel Hitler, viendrai, il y aurait tellement de resistance à ce phénomène , tellement l'ordre pour l'ordre est intrinsèquement chevillé au corps des Alsaciens; avec ce que cela comporte comme dérives!

 

 

                                                                            

                                

                                         

 

                         

Partager cet article

Repost0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 20:57

                                          Qui peut dire ce que notre cerveau et nos émotions entregistrent?.....quels désirs sous jacents nous habitent? quelles revanches non dites , qui nous ont affectées, nous poussent vers des envies, des abimes de désirs, de passions mêmes, nous y conduisent?

                                           30 ans séparent ces interrogations, et quand on n'est le nez dans le guidon, dans l'action, on se pose même pas ce genre de questions!

                                            Mais alors quand la terre se dérobe sous vos pas , que l'abime s'entrouve, il est bien trop tard pour se les poser ces questions, mais l'espace d'un eclair, abrupte, subite, la question existentielle surgit: où est ce que j'ai fait le CON?

                                            Les évènements qui vont suivrent, et cela est sans doute valable pour tout un chacun,nous force à nous retourner......

                                            En ce moment une mort sociale est programmée pour moi...mais cela a commencé il y a longtemps,de façon insinueuse....

                                            Au printemps 78,je suis allé en promenade, dans une ferme auberge et j'etais loin d'imaginer que ce matin là allait changer ma vie.....une rencontre...une information....un cheminement dans sa cervelle et puis l'action..

                                            "Tu sais que la maison  d'à côté où tu travailles, la dame l'a vend, Jean Pierre me l'a dit!"

                                             "ha bon! la dame , je lui fais les courses, elle ne m'en a rien dit! j'irai voir" " merci! eh bien si nous buvions un coup, c'est vrai,cela ne peut faire pas de mal!"

                                               'la personne qui m'a dit cela etait voisine de la dite- dame; j'y suis allé la voir"

                                               "Vous êtes intéressé, c'est bien , mais je vends au plus offrant, dites- moi un prix et  on verra; le parrain de mes petits- enfants fera l'arbitre!"

                                                "Je proposai un prix, après m'être concerté avec gens de métiers, puis j'annonçai le prix, qui sût être le plus approchant....la Dame me remit une évaluation immobilière..le prix convenu ,j'allai à la banque..je discutai, m'engageai à faire des plans de la maison"

                                               "Mazette , il y va pas avec le dos de la cuillère, le metreur et son copain l'architecte: 5000 francs+ tva..tant pis!, on y va!

                                                C'etait en juin78......

                                                Déja,aussi , se profilait un autre travail, car les salaires présents se suffiraient pas à faire le remboursement des mensualités,que requérait cet achat.....à moins de faire un viager...mais celui-ci  sera refusé.

                                                 Cette année 1978, j' en verrai des évènements:

la mort de papa, l'accident de voiture dans la Vallée des Merveilles qui faillit nous côuter la vie, le changement de travail,  et la mort du pape PaulVI , un Autre...,puis ..un Autre qui sera élu , le jour de mes 28 ans....

                                                 Comme des fils de soie tendus ,dans le ciel, la vie déroule ses arabesques sur la terre.....

                                                  Le contrat de vente sera conclu vers novembre 78, pour un demenagement en janvier 79....Il nous faut faire vite....on ne peut se permettre de payer les mensualités et le loyer de Niederbruck; de plus on s'est engagé à faire 25% de travaux sur deux ans, prêt bonifé oblige et différé d'amortissement conclu dans le prêt du Credit Agricole d'alors.

                                                   La maison ,aucun confort:

                                                   Pas de wc..si ,un sani broyeur dans l'appartement de l'expropriétaire, un wc bois sous la véranda pour les occupants de la maison..une vieille dame et son fils....qui partiront avant notre arrivée; des éviers , qui en grès, qui en faience; le chauffage : des poêles au charbon ou au fuel....

                                                   L'electricité, elle, doit bien datée des années 1920....C'est un miracle qu'il n'y soit jamais arrivé d'incendie dû à un court circuit...D''ailleurs, c'est ce que l'on fera faire en premier.... et les sols aussi, les papiers peints, le couloir central etc....tout cela nous coûtera  plus de 83 000 les deux premieres années....en auto financement. Ce sont déjà les sacrifices  consentis !

                                                  Mais ausi , la satisfaction d'ouvrir un peu plus tard, le 1er gite rural à Masevaux, à la place d'une location au métreur de notre maison , qui avait loué , une pièce et dont l'acquittement du loyer posait problème tous les mois....

                                                 D'ailleurs, il faut rendre justice à la Marraine de Bayou, de nous en avoir suggéré l'idée, puisqu'elle le faisait à Soultzmatt, dans le vignoble, depuis quelques années, à la satisfaction de tous....

                                                 Gite rural,qui obtint une subvention, mais celle- ci fut payée, plus tard que prévue,car un TPG, faisant du zèle, avait bloqué toutes les subventions..C'est un courrier,au chef de l Etat ,Giscard d'Estaing, qui permit de faire respecter la parole donnée....Nous étions debut 1981!

                                                 Pour en revenir à nos interrogations du début du chapitre, il faut replacer les choses dans le contexte: payer un loyer, pourquoi? et combien de temps?

                                                  Et puis ,les jeunes couples du quartier, de notre lotissement commençaient à en parler, à peser le pour le contre,mais nous étions trop "pauvres" pour contruire.....

                                                   800 000F cela coûtait à l époque,sans le terrain...les salaires: 1800F+1500F; cela suffisait pas...

                                                   Alors une maison à renover à 270 000F+ frais notaire= 301 000F, et 1000F, de plus à peugeot , cela suffisait.. 

                                                 C'est ce qui nous à conduit à faire cela!

                                                 Un engrenage, avec ses hauts et ses bas,dont on mesure aujourd'hui, le gachis d'énergie, notre 'appauvrissement,sinon notre ruine,mais l'enrichissement de banques bien au fait de la technique: "enrichissez moi"!

                                                 Je parlais des enregistrements des émotions ou des désirs de l'enfance....

                                                 Autant que je m'en souviennes, je ne crois pas, avoir été éduqué dans l'expression de "possession" de quelque chose..mais plutôt éloigné des miens, les sejours en pensionnat, m'ont plutot incité au partage, à l'altruisme....Alors pourquoi avoir voulu acquérir quelque chose?

                                                Mon père avait vendu, à mon insu, l'appartement de sa mère à Nice,en 1972, et ce fut un regret pour moi,pas pour ce qu'il était , mais plutôt pour ce qu'il representait de souvenirs de petite enfance dont j'ai parlé au début des articles de ce blog, dans mes premiers articles....

                                                 Alors, pourquoi, cette décision..?

                                                 Aussi bizarre que cela peut paraître, et peu rationnel, je suis tombé amoureux de cette maison...qui avait une histoire..construite en 1769..avait vecu les drames de la France et sa séparation de 1870, et aussi sa Revolution de 1789...et autres évènements....!

                                                  A - t- on plusieurs vies, 7, comme les chats?

                                                  Avons nous, des vies antérieures,dont le souvenirs s'est estompé?....Comme le précise certaines théories?

                                                  Notre Karma, fait il que ce que nous n'avons pu faire, ou avoir pas fait, à quelqu'un ou quelqu'une,nous devions le faire dans cette vie présente?....

                                            

                                                  Parfois je me pose ces questions, à juste titre car les évènements qui suivront l'achat de cette maison, me font poser ces questions,surtout quand je constate.l'acharnement judiciaire, la méchanceté, la jalousie,le mal gratuit que cela a suscité..

                                                  A tel point que souvent, je me suis demandé si Dieu était mort?

                                                 Si le Mal ,qui gagne souvent, est une nécessite pour nos vies, et pour expier quoi? pour qui?

                                                 Et même si j'ai consacré ma vie à autrui ! où mon empathie naturelle me conduisait, à m'interésser à autrui, et cela les centaines de personnes que j'ai connues peuvent en temoigner...

                                                 Pourtant en Fevrier 98,avec ma respiration holotropique,où j'avais rencontré le Divin, où le deroulement que j'ai raconté dans un article de ce blog, m'avait fait entrevoir un avenir plus apaisé, c'est plutot une accelération de notre chute et ruine qui a presidé notre vie....

                                                Les voies de Dieu sont impénétrables avait coutume de dire mon père, cette encyclopédie vivante,et pour stigmatiser la possession,de quoi que ce soit, disait :"vanité des vanités...on emporte rien!"

                                                 Il y a quelques semaines, une personne, qui ne me connaissait , peu, mais à qui j'avais confé mes soucis: vente forcée et finitude de vie,de mon beau père, et dont je m'occupe, me dit " vous ne regrettez pas d'avoir arrêté de travailler chez Peugeot,en 1988?"

                                                 La question etait interéssante et je me l'étais posée plusieurs fois, et je répondais:

                                                 " C'est vrai, du point de vue sécurité de vie, de condition de salariat,cela peut se traduire pour un oui....

                                                 Mais si je change ma longue vue,et que j'abolis l'aspect negatif du présent, je dois dire que si je n'avais pas quitté mon travail chez Peugeot, jamais je n'eûs découvert mes autres capacité: magnetisme, pouvoir de soulagement pour les autres, fait les formations pour le corps que j'ai fait, rencontre toutes les personnes et qui m'ont apporté toutes quelque chose, que ce soit des touristes ou autres, et même dans le milieu homosexuel,bisexuel, gayfriendly..

                                                 Et auquel il faut ajouter la notion de risque pris et qui a trouvé un écho chez mon Bayou,  un jour, et qui me disait:"je préfères que tu essaies, même si tu échoues , que d'avoir un homme frustré de n'avoir pu essayer, pour le restant de nos jours!"

                                               Cela était dit en 1988,avant le lancement de ma 1ere entreprise, le Centre BDC,de remise en forme.

                                               Comme quoi, il n'y pas de réponse unique à une vie et à son cheminement......

                                               En ce moment je me bats , pour que "notre mort sociale programmée ", par des gens corrompus et leurs commanditaires n'ait pas lieu,et me bats sur plusieurs fronts.....

                                              l'Avenir proche, dira si j'aurai reussi à conjurer cela et si mon Ange Protecteur, mon Coach, de l'Au Delà, que j'avais rencontré,en 1998, tiendra sa promesse d'avoir été, à mes côtés,pour ces épreuves.....!

                                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 18:32

             Dans un dernier chapitre, de cette vie, nous nous étions arrêté vers l'année 1976.

             Dans ce petit village de Niederbruck, la maison regarde les sommets couverts de sapins, le chien batifole,et le travail me plaît. j'y vais à vélo,dont je viens d'apprendre le maniement.

             La vie publique m'attire, et avec une personne ayant des vues sur les prochaines elections, on veut susciter le désir chez les jeunes, de se construire un local ou un lieu pour se renconter, jouer...

             On sent comme un vent de renouveau....Pourtant, dès le debut de notre mariage, des choses nous interpellent: il y a d'abord, ce corps coupé en deux (affaire Ranucci,) en juillet  et cette secheresse....mais la vie avance avec ses contraintes, il nous faut une machine à laver et des chaises pour recevoir..alors un prêt CAF, y pourvoiera, pour jeunes couple. Et nous sommes loin d'imaginer ce que la vie va nous réserver par nos choix et nos rencontres......

              Il y a d'abord ce couple en 1977, qui ayant voulu, construire, s'est désisté et veut nous faire profiter de son offre...

               Nous tombons dans un piège, dans la mesure où, le terrain avait été proposé aux Maison Houot, qui apres une periode de long silence, n'avait pas informé la proprietaire de l'éventuelle transaction en cours...

               Ainsi, un apres midi, nous vimes arriver chez nous, une dame qui criait "au voleur".

               Apres discussion, il s'averait que nous aurions pu construire sur une terrain,ne nous appartenant pas, car entre temps, il avait été vendu par elle,  les Etablissement Houot avait fait silence suffisamment longtemps,sans informer la propriétaire de la transaction en cours, pour qu'elle le vende, elle même.

               C'est la demande de permis à l'Equipement qui permis de découvrir le pot aux roses.

               Il fut annulé et les choses rentrèrent dans l'ordre.

 

                Succeda au jeune couple qui quitta le lotissement , un autre couple d'enseignants, qui eux n'attachait peu d'importance au matériel, a tel point que l'annéé 77, à sa fin, une armoire qu'il voulu jeter au feu,pour ne pas payer une deuxieme location de déménagement, échoua dans notre salon.

                la chose est piquante à raconter:" vous aimez les meubles? nous pas! On a que du empilable! venez voir! Sinon je la jette au feu" dit notre voisin.

                Alors je vis un meuble bilbliothèque avec dessins au couteau,  bois massif. Je dis oui.

                le soir, au retour du travail; elle était chez nous.Gratis, de surcroit.

                Un an plus tard,lors de notre déménagement, le menuisier ébeniste qui nous assurait le déménagement voulu nous la racheter 10 000F, et là, nous apprirent qu'elle était en merisier, avec dessins au couteau, à l'ancienne!

               joli cadeau n'est ce pas? bien sur sachant cela , nous l'avons gardé; et depuis des années ce meuble suportte tous nos beaux livres, anciens et moderbs:romans, litterature, bref,  il rempli son office d'origine.

 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 17:19

                                                                              Apres,notre mariage de juin 1976, une nouvelle ere de notre vie commence.....Meme si , "il nous faut essuyer les platres",comme on dit des nouvelles constructions,dont on a prisl ivraison: pas de compteur jour et nuit au compteur Edf, et on se retrouve avec une 1ere facture faramineuse au premier trimestre et cela est valable, pour tous les locataires du lotissement....Apres quelque menaces de blocage de loyer ,tout rentre dans l ordre.

                                                                               Notre nid d amour est cosy:  grande salon et salle à manger, belles petites chambres et notre cuisine bien equipée suffisent à notre bonheur...un petit coin de jardin dont le papy tient à s 'occuper...Nous n avons pas de vehicule, donc c est a velo que je vais travailler et pour Bayou, avec courage, ce sera à pied pour rejoindre son travail à la cité scolaire, 3 km, par tous les temps,hiver comme été et cela jusqu' en 1979....Il y aura les noels où je reconstruirai la grande creche avec des cartons et où les neveux de l age 4 à 7 ans,8ans viendont satisfaire au desir de leur grand mère d une creche animée et costumée.... 

                                                                               Il y aura notre implication dans la chorale de la paroisse de Masevaux, et pour moi, aussi un debut d engagement avec un elu, pour faire un lieu pour les jeunes et ados du vilage de Niederbruck... une campagne electorale municipale où notre quartier se verra taxer de "rouges" par certains..

                                                                               Nous pourrons cependant faire un pret jeunes couples aupres de la Caf, car le salon est vide,manque de chaises et pour une machine à laver, car pendant 3 mois Bayou, fera le linge  à la main dans la baignoire. ce sera une Vedette car c est la seule qui puisse rentrer dans l intervalle de 43 cm, entre le lavabo et la baignoire, de notre petite salle de bain...

                                                                                 Un grand changement s opérera aussi dans notre intimité, car nous accueilleron la venue d une bête: un  chien , Trident de Saint simon, plus communément appelé " Tristan", un epagneul breton. Il appartenait à un intendant, de la cité scolaire de Masevaux, parti pour la cooperation au Bresil, ...installe dans une cave tout   l'été, nous le recuperons en septembre 1976, amené dans le coffre d une voiture..Ce chien, sera pour nous une source de grande affection et grandes joies... surtout pour moi, qui n en ait jamais eu personnellement.. toujours aime les chiens des autres...Note maison ,fait vis a vis avec une autre, dont le locatair possede un autre animal femelle du nom de maya,au poil roux,.... et dont tombera amoureux notre Tristan...lui, il est né a Fontvielle ,dans le Midi, berceau d Alphonse Daudet, dans un elevage de chiens epagneuls....Il pses 21 kgs, du fait d une mauvaise alimentationequilibrée, c est trop, nous allons faire en sorte qui revienne à 17 kgs et nous reussirons à lui prolonger la vie puisque nous le garderons jusqu en 1984.  Faut le voir , note Tristan courir, apres les lapins de Garenne sur les champs d en face, au petit matin , s'engouffrer dans les sous bois,lors de nos promenades en foret, qui part et revient constater si on le suit.....Il est adopté par tous les enfants de la famille et aussi par les parents.....Tristan par ci, Tristan par là... quand il ouvre sa gueule, essoufflé, on dirait qu il sourit.Il n aime pas les uniformes ni les couvre chefs...on ne sait pourquoi...le facteur, un jour, en fera les frais en portant un paquet...mordu aux fesses .. Heureusement vaciné et assuré, cela nous evitera des ennuis supplementaires..

                                                                                      Dans ce lotissement nous sommes tous des jeunes couples . on se cotoie mais sans s inscuster chez les uns ou les autres, certains ont des enfants,.nous pas. Le hasard , mais est  ce  le hasard ?,fait que Bayou retrouve ses amis et voisins d enfance,de Masevaux avec qui elle a grandi...

                                                                                      Mon travail me plaît. Il y a le contact humain et le "nicois" est apprecié, comme ils disent, même, si quelques uns s etonnent que Bayou n aient pas pris un alsacien "bon teint".... je rammène les courses à velo, mon chapeau de comboy sur la tête....Ce velo à une histoire: parti chercher une pelote de laine, un samedi apres midi,j en revins 4 heures plus tard avec un velo Motobecane, apprêté, au grand etonnement de Bayou. Le magasin de laines jouxtait celui des velos, ces deux magasins, aujourd h ui n ,existent plus, du moins à la même place, ni pour certains leurs proprietaires.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 09:35

Alsace ....tome 3

                                                                                Ma vie d' etudiant reprend, ce debut septembre 1974, et c en sera fini, les repos, ou piscine, le soir, apres les cours, car cela va etre l' année dde l examen.

                                                                                Mes fins de semaines je les passerai à Masevaux, dans ma future belle famille.

                                                                                Avec alain Boit....on fera quelques balades avec Bayou, et sa compagne d alors.

                                                                                Arrive la fin d année 1974 et les vacances de Noel, où nous mettons tout notre coeur à preparer le voyage vers Nice pour le 26 decembre, pour rejoindre mes parents aux fins  de leur presenter Bayou et faire sa connaissance....Dire que tout a été pour le mieux serait mentir...oh, pas que ma future ait été mal recue, non , plutot bien , d ailleurs de son avis trop gatée...

                                                                                 Dans la piece qui sert de salle à manger, l'arbre est dresse et tout autour des cadeaux.....rien que pour elle, rien pour moi......" et pour bernard, y a rien? dit elle"  "oh, il n en pas pas bresoin, il a Vous!" repond ma mère, le pere lui, ne bronche pas,(toujours son fameux courage.....avec ma mère)  et tous les jours qui feront le sejour, ce sera cadeau pour elle: qui, un gillet, un sac ou toute autre babiole vestimentaire....même, lors du voyage à Vintimille, où je projetai de lui acheter une veste de mouton retourné, ma mère insistera pour la payer ; et là, Bayou dira: "Non, c etait son plaisir de me l offrir, ou alors je la prends pas! ...." L' incident sera clos, j acheterai la veste, mais ce sera la soupe à la grimace toute la journée de la part de ma mère....pour ce qui me concerne.

                                                                                  Ainsi , je n aurai eu pas grand chose à faire, pour montrer à Bayou, l attitude bizarre et ambiguë de ma mère, elle s' y sera montrée dans toute sa splendeur... elle ,qui ne pouvait croire, tout ce que j avais pu lui dire de mon enfance, des divers aléas, des mensonges travestissements de faits, a pu se faire une image precise de l attitude de rejet, de mechancete gratuite, de bouc emissaire, de ses humeurs....

                                                                                  Les cours reprennent et il nous faut penser à l avenir,car dans quelques mois ce sera l examen, et puis les fiancailles au printemps. Mes parents ne viendront pas.  

                                                                                   Arrive juillet 1975 et  avec lui, l examen d employé de service commercial,obtenu le 9 de ce mois là. Ensuite ce sera la recherche d emploi, avec la cellulle de classement du Centre de Readaptation.

                                                                                    Comme je ne peux attendre indefiniment, je m engage à travailler dans un super marche , nouveau, de Masevaux.  Mais avant ,ce sera quelques jours , l ete, a Nice,où d ailleurs, nous nous ferons voler notre argent, dans le train , dans le sac en bandoulliere de Bayou.

                                                                                   Ces malins, ainsi que nous l apprendront plus tard, montent à saint Raphael, à 2 ou 3 personnes, bousculent , ainsi que nous l avons été,  les touristes, s escusent,bien mis sur eux, pour na pas attirer suspicion ou mefiance sur eux, et subtilisent pendant qu on dialogue avec l une, pour reperer les touristes avec sacs en bandoullere,le portefeuille . Bien entendu, la police ferroviere n y peut rien....

                                                                                    .Apres quelques jours de colere rentrée, et deception, la vie reprend le dessus, et compte tenu,que nous avons logement et  couverts, ce sera sur cadeaux et autres desirs de decouvertes que nous ferons l impasse.....  mais rien d irremediable, puis nous pourrons visiter Eze, l ile ste Marguerite...maman travaille, dans un atelier de maillots de bain, les crée, les faconne, et les fins de semaines sont consacrés aux visites.                                                               

                                                                                 Retour à Mulhouse et Masevaux ou je commence mon travail dans le supermarche......

                                                                                 Puis vient Octobre 1975, où le Centre a parait il deniché pour moi, un emploi conforme à ma formation...

                                                                                 Direction Illzach, banlieu de Mulhouse, pour un emploi d aide comptable...En fait , je me retrouve confronté à une machine grande comme un bureau, Olivetti, qui est programmée pour faire les feuilles de paie et mettre à jour les feuilles de coûts des travaux de l entreprise Hoff.

                                                                                 L entreprise possède 2 ateliers: l un fabrique des meubles de jardins, pour Brunschwig,ce qui induit un process de fabrication: sciage , soudure, assemblage, peinture, que je dois repérer, pour chaque ouvrier et le porter au bureau aux fins d établissement de feuilles de coûts, et aussi feuille de paie pour les heures travaillées.. Un debut de comptabilite analytique que je n ai jamais appris.

                                                                                 Le 2eme atelier distant, de quelques km, que je parcours à pied, fabrique des palans, pour Peugeot et pour l etranger;: l Algerie. Je dois aussi , in fine , chercher, les bordereaux de livraisons et les comparer, aux factures recues......mais dans tout cela, je ne ferai pas ce que j ai appris: ni comptabilité ave ecritures , ni courrier commercial...cela est fait par une autre employe qui tient livre- journal manuscrit , le commercial etant devolu à la soeur du Patron...

                                                                                 Le comptable, lui, vient à 9h, lit son journal jusqu à 11h,prend connaissance de divers papiers, s'absente quelques fois et à 17h , fini la journée, apres la coupure de 12 à 13h, pour repas. Il est le beau frere du patron.

                                                                                  Les postes- clefs d ailleurs sont occupés par les membres de la famille et alliées. Le patron a d ailleurs , une maitresse , qui occupe le logement, pres du 1er atelier, et que j entrevoie, parfois, en tenue d intérieur et qui vient s assurer, parfois que je fais bien mon travail.....pendant la 1/2 heure que prend les cordonnées des travaux effectués la veille,par les ouvriers..

                                                                                  Bien entendu , ce detail, de maitresse, me fut donné,par les ouvriers car j eus cru au debut que c etait la femme du patron. "que nenni , me dit on , tu as a faire, avec la petite amie, du patron, et maitresse.."

 

                                                                                Du 1er au 15 de chaque mois, remises à jours des feuilles de coûts, où d ailleurs je decouvrirai, des "boulettes de faux soldes ou mal enregistrés" d un precedent employe,pendant de vacances, et que je devrai remettre en ordre....(d'ailleurs j eus pu croire,un instant, que cela,puisse conforter ma position ou un quelconque remerciement,que nenni..enfin pas tout a fait, puisque à Noel, la soeur du patron, s en souvint au moment de la remise de lma prime de Noel).. et puis du 15 au 30 de chaque mois l enregistrement des feuilles de paie, pour tous les ouvriers.......bzzzz, bzzzz, bzzzz fait la machine Olivetti, mon cerveau est abasourdi   de ce bruit constant et répété,  durant plusieurs heures,en fin de journée,à tel point que lorsque je rejoint mon studio, à Pfasttat, le soir,je m allonge sur le lit et m endort, abruti.

                                                                                 Le matin ,je fais à pied, le trajet entre mon logement, et le 1er et 2eme atelier et siège de la Societe. Le midi, je mange dans un petit restaurant, où d ailleurs aucune participation financiere ne me sera donnée, même si j ai le statut Etam, parait il.

                                                                                 D'ailleurs, entre le coût de mon loyer (270francs),sans chauffage, ,et coût restaurant (260 frs) en moyenne sur 5 jours,,plus les transports le soir, cela ampute de pres 50 % mon salaire qui est de 1350 francs mensuel.  Pour le chaufffage, l hiver ce sera des bûches de bois, preparées par mon futur beau père, mis dans une valise, pour la semaine.....le ramene en bus!...

                                                                                  A tout ces constats, ma petite cervelle commence à gamberger : Comment? j ai quitté une region(Nice) pour apprendre un metier !  j ai appris de nouvelles techniques! que je pratique pas ! le salaire donné n est pas fdifferent que celui d avant !, amputé de plus de frais, qui me sera difficile  d eviter et qui en fin de compte, me fera ramener un salaire net de 700frcs à mon futur foyer, car Bayou, engagé fonctionnaire titulaire, ne peut etre deplacé ou muté comme cela..

                                                                                  Ai- je fait tous ces efforts pour cela, pour rien ? j ai bien sûr demandé participation financiere, à mr Hoff, pour le repas et transport et arguant de mon futur mariage, au printemps. Cela me fut refusé : "l escuse du mariage et des frais necessites par tes deplacement ou ce qui te restera en net, avec les transports et repas de midi, n est pas suffisant me dit il !" 

                                                                                  Je regrette dejà d avoir été  si consciencieux, de m être donné à fond..

                                                                                 J en parles à Bayou, et il faut trouver une autre solution. Quant à rester dans une entreprise, qui fait le mepris, son vade mecum, pas question . j ai connu meilleur patron.....ailleurs.

                                                                                 Les circonstances feront que les precédents employeurs , ceux du super marche de l ete 1975, contents de mon travail, veulent me reprendre .

                                                                                 Ainsi le 1er avril 1976, je quitte sans regret. Je le reverrai, une fois, ce Mr Hoff, dans le magasin , à Masevaux, car" Monsieur "possede des chasses,dans la Vallée..

                                                                                 Quand on sait, que la gestion, de la chasse en Alsace , est reservé à une élite qui peut payer, car il faut louer les lots, plus sa gestion et la reparttion du produits !. Cela, je l apprendrai plus tard, car mon present gerant du super marche, lui aussi est chasseur......D ailleurs cela se verifiera, au fil des années, la chasse devenant un loisir de plus en plus cher, seuls les Suisses et Allemands  frontaliers, tiendront la dragée haute, aux autochtones, si ceux là veulent y participer, s'est en s engageant comme garde chasse ou rabatteur.....drôle de retour de situation. Tout ca pour dire que Monsieur peut ne pas avoir pris en compte, une demande de participation de frais, mais ostensiblement s afficher avec maitresse et parties de chasse, si ce n est partie fine.. peut être !.

                                                                                 Issu, d un milieu bourgeois et je le revendique, car sans les Bourgeois il n y eut pas de Revolution Francaise, mais je hais ce coté suffisant,nouveau riche, arriviste, qui fait fi, que des hommes avec vous, font votre richesse et on les meprise....C est d ailleurs ces fameux declics, qui me feront prendre conscience plus tard de choses à changer, dans notre société, comme le disait Chaban, "societe bloquée" et que je m y engagerai..dans une sorte d activisme qui a pu porter ses fruits,parfois...mais n' anticipons pas.

                                                                                  Donc, dis je, je quitte cet emploi, pour prendre celui de magasinier, un retour aux sources en quelque sorte , à un salaire de 1500frcs mensuels, les frais en moins...sauf ,qu il faut nous avoir trouvé un logement pour abriter nos amours Bayou et moi.

                                                                                   Bien entendu, depuis le debut de l année 1976, nous avons cherché un logement et enfin , nous l avons reservé , pour le debut avril, dans un petit village , Niederbruck.

                                                                                     Le maire du village a accepté de recevoir une unite de maisons individuelles, ossature bois et "murs de cartons," dit on dans la vallée.....par l office hlm de Thann, mais faute de grives, on mange des merles dit on, n est cepas? Loyer 750 frcs.

                                                                                     Nos revenus :1500fcs moi, et 1850fcs pour elle ,devraient pouvoir y suffire, d autant que depuis le debut de l année, nous avons reservé des meubles,chez Atlas, qui nous coûteront un peu plus de 1000 frcs, mensuel, à credit, pendant  2 ans. D ailleurs cela merite anecdocte:

                                                                                     Debut janvier 1976, alors que je mangeai, au restaurant de "l Arbre Vert",pendant mon emploi, chez Hoff, j ai fait connaissance avec un vendeur de meubles, la saison se prêtant à des promotions, nous avons pris date et rendez vous.....

                                                                                     Je nous reverrai, encore,apres avoir,signé pour une chambre à coucher  en chêne et une cuisine equipée, dite à l americaine... :25 000f rcs!

                                                                                    Sur le parking du magasin , apres la signature, à hesiter, " on y retourne , pour annuler , tu crois pas qu on s' y est laisse faire par le bagou du vendeur,malgre les remises faites! " 

                                                                                     Jamais , oh grand jamais ni moi, ni Bayou, n avions envisage une installation , ni un achat si cher dans nos vies....fin de l anecdote .

                                                                                      La suite demontrera, que cela a pu continuer, apres, pour d autres engagements avec ,ce que cela necessite d efforts et privations...durant 30 ans et plus.

                                                                                      Bien entendu,les parents de Bayou, nous ont traité de "fous", arguant que de leur temps, pendant la guerre  "ils s etaient mariés avec si peu"!

                                                                                      Nous avions faits pari sur l avenir......et d ailleurs Bayou, l avait fait bien avant moi, puisque selon tradition bien etablie, en Alsace, elle avait constitué un trousseau, depuis  qu elle travaillait.....j ai souvenir d une piece, remplie de linge ,vaisselles, et ustensiles, qu elle s etait constitué, en colis épargne, d année en année....il y en avait pour bien plus que 15 000 à 20 000 francs de sous d alors....couverture de laine 100%,casserole amc,doudle fond, et toute la panoplie de choses necessaire à un menage... J oublie pas qu elle s etait classé" fée du logis" au plan national, non plus!... 

                                                                                      Bien entendu, restait a regler le moment et le temps du mariage. 

                                                                                     J insistai pour le 18 juin, en souvenir d une autre date plus historique, celle du "grand Charles et son appel".

                                                                                      Bayou accepta. Nous contracterons contrat de mariage, aupres du notaire, en communauté universelle, pour nous premunir de mauvaises surprises.....

                                                                                       Ce ne sera pas le Maire de Masevaux qui officiera d ailleurs, pris justement par une commemoration de son parti, à Paris, mais son 1er adjoint, le Pharmacien Maire......Cela pour la Mairie, le mariage religieux, celui là, à Houppach, sur site de pelerinage, au mileu d une forêt, un petit Einsilden... le 19 juin.

                                                                                      .A ma demande, Bruno, montera de Nice, et officiera avec le curé du lieu. Mais au retour de la ceremonie à la mairie, une grande surprise, nous attendait: si vous n avez pas ou jamais vu, une grande piece, garni de cadeaux, à ne pas savoir où marcher, cela s est vu chez nous: bien 40 à 50 plantes differentes, en plus de vaisselles et tous objets divers.....

                                                                                        Tout cela, car les parents de Bayou, engagé, dans differentes associations de charite ou communautaires, la plupart tenaient à y manifester leur sympathie ainsi qu à Bayou, engagée en mouvement de jeunesse: Mouvement Rural Jeunesse Chretienne et monitrice de colonies depuis des années à Houpach,pendant ses conges.....

                                                                                         Mais le Destin , fait quelques faceties, ou rappel à l ordre, parfois. Ainsi, le jour de ma demission , et de chercher nos clefs, pour le logement à Thann, debut Avril, alors qu il etait convenu,que Bayou, vienne me chercher, à thann, ne s'y rendant pas , je pris le bus.

                                                                                         A mon arrivée, sur la place clemenceau, c est un spectre qui m a accueilli: elle a un visage blême, decomposé, elle a eu un accident, avec la voiture, offerte et achetée pour elle, à Noel.....La voiture a derapé sur graviers, dans un tournant, sur hauteur de Guewenheim, elle a pu sortir par le pare brise...la voiture, ayant deja fait l objet de plusieurs revisions et ameliorations est fichue ou trop chere à reparer.....Mais l esssentiel est là: elle n 'a pas de blessures corporelles, la vie sauve, où notre debut de vie commune eût pu tourner au cauchemar, pour moi.....ainsi , c est une double allegresse intérieure qui a accompagné nos 1ers pas, car malgré les embûches, les coups du sort, notre amour a été le plus fort....avec une foi; qui nous a aidé à tenir ! 

                                                                                         La ceremonie fut belle ,rehaussée par la chorale où Bayou avait participé pendant des années, le canon de Pachelbel et autres musiques eclatantes, aussi. j avais demande communion sous les 2 especes, cela fut fait.

                                                                                         La chapelle etait trop petite pour contenir tout le monde..bien 200 personnes participerent à l apero.. Il fit soif, nous etions l été de la secheresse, les pres etaient brûlés, le Perrier et autres boissons non alcolisées eurent d avantage la preference que nos bien frais vins d alsace ou cremant de chez Rieffle de Pfaffenheim,dans le vignoble.....

                                                                                          Le repas reunit une cinquantaine de personnes,y compris les enfants...on y dansa, même Bruno, le prêtre , un ou des jerks.....Des gens coincés, ici, s en etonnèrent....mais cela passa. Nous ne pouvions restés, trop longtemps, à danser, un repas d enterrement, etait prevu, le lendemain, à midi, dans la même salle.Le cycle de la vie,faisait un clin d'oeil !

                                                                                          La corbeille de dragées de San Remo, (offerte par mes parents) ,immense et belle, en étonna plus d un et je me suis laissé dire qu'apres beaucoup s y mirent, mais ne trouvèrent guère l equivalent ,fabriquées ,ici, dans leur contenant et contenu parait il..! D' ailleurs cette corbeille eut une peripétie amusante, dans la mesure où, apres son achat, juchee sur le capot de la fiat 127, dans un carton protégé, la fiat s engageant dans une rue,tomba nez à nez avec une procession de la Fête Dieu, un jeudi..Ca s invente pas et mon pere, de voir ainsi le cortege se separant en deux  et entourant le vehicule, pour passer....lui, non croyant,ou plus du tout..j imagine les bons mots en italien, qu il a dû fulminer, lui qui connaissait la langue de Dante par coeur....Tout cela me fut conté apres par ma mère. Elle fit ainsi tout le voyage, par l Italie, la Suisse et la plaine du rhin...presque pas remarquée,je suppose!

                                                                                          Si mes parents resterent un jour de plus, mon frère ,sa femme et le petit, ainsi que ma soeur et son petit haitien , partirent la nuit même, ainsi que tous les autres invités.

                                                                                          Quand je mesure, à ce moment là, et après,la baisse des emotions, le chemin parcouru depuis mon retour de l'internat,en octobre 66,dix ans ce sont presque ecoulés....

                                                                                          Une telle intensité de changements , de gens connus,cotoyés,de situations vecues ,subies, même pas apprehendées ou imaginées et encore c est pas fini....

                                                                                          je connais des gens qui ont eu une vie lisse, d autres comme moi , n ont pas ce calme plat,ronronnant....

                                                                                          D où vient que pour certains, c est cela et pour d autres le changement perpetuel, les situations dangereuses, presque sur le fil du rasoir, cela reste un mystère....pas le hasard, certainement, mais une volonte, une transcendance sans doute qui vous fait vivre certaines choses,que d autres n auraient jamais acceptées ou pu supportées.... 

                                                                                          D'un mileu protégé,cocooning dirait on, j ai ete plongé tot ,dans les conflits d autres, j ai dû retrouver des repères,comparer ce que j avais appris en valeur, les mesurer au quotidien, parfois mesurer les contradictions, les mettre en pratique, recevoir des coups, pas beaucoup en donner,toujours avec cette petite voix interieure qui t aide, dans les pires moments.... Est ce, le fait dêtre né avant terme,d avoir lutté pour survivre, d avoir lutté pour se faire aimer, accepter qui fait que je sois  catalogué, pour les uns d original,anti- conformiste, voire de caracteriel pour certains, j en sais rien , mais ce dont je suis sûr, c est que les diffferentes existences , comme un chat, m ont donné parfois, inconsciemment , les moyens de me battre, de ployer l echine quand il fallait et de reprendre le mordant aprés.....

                                                                                          Dans l astrologie chinoise, il parait que je suis Tigre,compte tenu de mon année de naissance et mois, mon compagnon de route ,le dragon...et pour celle, occidentale ,Balance ,ascendant Scorpion..

                                                                                          Plusieurs m ont dit que j aurai une vie riche, pas de sous ,necessairement, mais d autres dons,de situations que si l on me l avaient dit à mes vingts ans, ceux ou celles qui les aurez proferés se seraient vus traités de fous ou folles, et pourtant la suite des évenèments dans les prochains tomes ou articles demontrera la justesse des propos...

                                                                                          Ai je un ange gardien ? oui je le crois, même si parfois je le crois absent, ou alors c est moi, qui ne le sens pas assez proche.....est ce que je crois au Karma?, je dis oui...à une renaissance constante ..oui...! Ma foi, a evolué, peut etre est ce dû, à mes rencontres...De l intransigeance absolue , je suis devenu plus tolérant aussi.....sauf, quand le Mal m a fait mal par personne interposée, où là, je ne suis pas disposer à pardonner, ni oublier....un precepte retenu, est que je ne mange pas avec le Diable, même avec une longue cuillère  !

                                                                                          Et ce don de reconnaître le Mal, en des personnes, même sous differents habits, je sais faire et sentir..Un sentiment diffus, m habite à ce moment là! Avoir vu la souffrance , l avoir vecue, partagée,vous donne des armes, des moyens de jauger les êtres, de les apprehender, qu aucune ecole et argent ne pourront vous donner.. et cela est une richesse..

                                                                                          Cela aide à se consoler des trahisons, moi qui suis fidèle en toutes circonstances,et je l ai prouvée, mais le jeu de la vie, les circonstances,font que ceux que vous croyiez vos amis, n ont pasd été à la hauteur  et puis je me dis, sans flagornerie, le Christ lui même a été trahi.,alors pourquoi pas nous,dans nos petites vies..

                                                                                          Il y a tellement de vies mediocres, et Dieu sait que j en ai rencontrées, des dons gachés, de gens qui ne pensent qu' au Veau D'or, à l argent, à la possession, au paraître, au pouvoir sur les êtres,les choses, à toute ces "echalotes", ces mirages , pour finir ,anéantis, blasés, qui se tuent même, par lacheté,lassitude ou aussi parfois pour faire souffrir l autre ou les autres....que je ne veux pas regretter, même si cela m 'en coûte, mes choix, et c'est toujours au travers du verre plein que je veux regarder la vie et non coté vide, même si parfois dans des choses pas réalisées,finalisées , loupées, j y ai laissé une part de moi même.

                                                                                          Et c est vrai, pour certains, on pourrrait dire pour vivre heureux,vivons caches....mais peut constamment fermer sa "gueule",avaler des couleuvres,ne pas prendre de responsabilites pour d autres, quand on a cotoyé beaucoup le malheur et que ayez ete formaté, oui formaté, pour penser aussi, aux autres....La vie est un passage, mais sans orgueil, peut il etre neutre ? effacé? et quand on a ses jambes,ses 5 sens et la chance de pouvoir avoir un toit, de quoi manger,peut on se satisfaire que d autres n ont rien ou si peu? Car le mal est partout, insinué,rampant, ce qui parait un progrés, un jour , s avérera une catastrophe plus tard.... L enfer est pavé  de bonnes intentions,avait l habitude de dire mon père.. j en mesure tous les jours la justesse.

                                                                                          En même temps,quand on refuse le confort immediat pour soi, on fait des rencontres,que vous  auriez pas fait autrement que ce soit dans mon cas personnel,au plan syndical,sociétal,politique au sens noble du mot.....

                                                                                          

..                                                   

                                                                                     

                                              

Partager cet article

Repost0
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 11:23

Suite de "Alsace,terre nouvelle ,gens nouveaux"

                                                "Apres quelques minutes, d attente, maman vient à venir......." ha, t es là, comment nous a tu trouvé? et d ou viens tu? apres quelques reponses precises, elle m indique que si je le veux bien , je peux rester...j indique je  loge au foyer et que pour prendre ma decision , je veux parler de cette situation nouvelle à Bruno et à ma dulcinée......Ce qui sera, fait le soir même et prise de rendez vous avec Maman et Bruno le lendemain.... L entretien sera un peu rude, et ce dont je me souviens " Madame, je puis vous dire que si nous avions eu , des jeunes comme bernard, nous aurions ete bien dotés,ceci pour repondre à votre interrogation de sa conduite"....Maman palit ,accuse le choc et comme pour se dedouanner, indique qu elle propose de me prendre,le restant de mes jours de vacances et envisage un voyage avec mon père sur les lieux de son enfance.....Bruno en accepte l augure et je cherche mes affaire pour rejoindre l appartement où je logerai dans la chambre à Monique, que quelques jours plus tard, je rejoindrai à Marseille,où elle fait ses etudes de dietetique et faire connaissance avec son petit ami du moment...

                                            J eviterai durant le sejour d aborder les sujets sensibles liés au passé , même si je sens à travers quelques piques de maman , le besoin de provoquer.....et je vais surtout faire connaissance avec les chiens, nouvelle passion que maman, a........

                                            Le voyage projeté de maman est surtout une sorte de pelerinage, un retour aux sources pour mon père. L experience de ma vie  m a appris , que comme, une sorte de premonition, certains êtres, eprouvent le besoin de retrouver les lieux heureux, avant de partir, pour le voyage sans retour.....Ce sera le cas, pour mon père.

                                             Ainsi,un matin, de fin aout 74, avec les chiens, et mon père installé à l avant de la fiat 127 rouge, nous prenons le chemin de Gênes,où il a étudié (d'ou sa connaissance de l italien); et de Savone, où etait située, la propriété de sa mère,quand elle avait epousé son italien dit "pépé", en rite d église seulement , mariage non reconnu par le regime Mussolinien....... 

                                              Je revois encore cette allée de platanes, et au bout cette propriété , ou du moins ce qu il en reste: à l abandon, murs crénelés de briques rouges, tuiles rondes jonchant le sol,....Ainsi , c est cela le BOSCODON, cette propriété mythique dont me rabattait grand mère....c est vrai, la guerre est passé par là, depuis 1933, cette demeure a dû en voir passe des evenements, epoque où parait il , grand mère et son "pepe" ont fui le fascisme et tout abandonné......Ce Boscodon, où le dimanche etait table ouverte, le curé invité, les bonnes toutes aux ordres de mon père, et son cheval Bijou, enterré là quelque part.... Bien entendu,les chemins qu empreintait mon père ont disparu , c est d ailleurs la raison pour laquelle on a perdu les chiens quelques heures, mon père ne s' y retrouvant pas..

                                               Je sens poindre sur mon père, de la nostalgie, ses yeux s humidifient , une sorte de regret d'un passé à jamais enfoui, dans sa mémoire....Nous passerons à Savone, pour vister son eglise et la chaire papale.......

                                                Nous irons dormir à Genes, puis ce sera Turin, puis direction Grenoble et sa region, où reside mon frère et sa femme,que je ne connais pas.....Il s occupe de l elevage de chiens pour aveugles, à la "Cordée"...............Des chiens cherchés, au Quebec, des labradors, qu on eleve pour des aveugles. 

                                               L accueil est  un peu froid, j aurai amené un cadeau,du linge,des serviettes, suggestion de maman, et dormirai sur un matelas,cherché à la cave,chez eux.....faute de place,dans leur petit appartement où il y a peu de meubles.....une chambre , un salon , une cuisine..La trompette de la renommée, dit , "philippe est Directeur, de la Cordée...." et justement je prends conscience d un decalage entre sa fonction et le denuement apparent de ce logement .....

                                               J' apprendrai trente ans plus tard, qu à cette periode, ma belle soeur vivait un enfer,dûe à la solitude, qui se sera terminé,plus tard, par le suicide du patron de la "cordée",ce qui aura pour consequence, le licenciement de Philippe et leur retour à Nice ,  beaucoup plus tard..

                                                Avec un demenagement dans une maison isolée,apres cet evenement,à Saint Egreve, et la naissance,en decembre 1975,de leur fils Julien.

                                               Ce qui a pu expliquer ce trouble reperé dans le menage à notre arrivée......

                                              Ensuite pour donner, un peu de lustre, à la visite , nous irons manger pres de la Chartreuse, au dessus de Grenoble, avec les amis de Philippe, dans une auberge et visiter ce monastère , une retraite pour hommes retiré du monde....

                                             Enfin, ce sera,Genève, où nous mangerons une truite du lac,dans une auberge, et enfin, conduite à la gare de cette ville , pour prendre la direction de Mulhouse ,où dans quelques jours,je reprendrai les cours pour ma deuxieme année........

                                              Que penser , de cette periode, ce mois d aout 74, sinond un raccord de liens, avec pleins d interrogations....j aurai pris soin de dire, avant mon depart ,de preciser que peut etre à Noel, je descendrai avec ma future femme aux fins de le leur presenter......

Partager cet article

Repost0
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 14:52

                                                             Je me revois encore, à l entrée du Centre, avec mes cartons, assis sur un mur attendant l appel de mon nom,la distribution de mon hebergement,dans une tour. une chambre avec lavabo, lit ,table, chaise , le tout neuf.

                                                              Ce centre a une histoire peu commune: c est l initiative d une femme, une resistante, Mme Mutterer, qui s est occupé, apres la guerre, Rue de la Sinne, des blesses de guerre, des amputés, pour leur redonner le goût de vivre. Ensuite ce fut la construction en 1966/67, de ce nouveau centre,à la periphérie de Mulhouse, et l inauguration par le General de Gaulle, en 1968.

                                                              Il y a là, des gens comme moi, qui vont apprendre un metier, et d autres : acccidentés, du travail, de la route, motos, voitures, paraplégiques et meme tetraplegiques....pour certains , c est l aide à tous instants, des jeunes de 20 ans; et d autres plus agés. on apprend vite à relativiser ses soucis , ses peines.

                                                             On sent que cette femme a mis tout son amour, ses pensées, son idéal dans ce Centre.

                                                            Une piscine, une salle de sport, je dirai même handisports..une architecture futuriste pour l epoque.. une rotonde restaurant...des salles de formations lumineuses, des etages dotes d ascenseur, une cafetaria, où à la pause de 10 heures, tout le monde se retrouve.avec croissants, cafés, boissons diverses..Une salle de conferences,ronde,où se deroule chaque année la f^te des Anciens....

                                                             Il y a là diverses formations: employes de bureau,depanneurs de tv,comptables, aides comptables, dessinateurs etc, j en oublie sans doute et ils viennent de toute la France.......

                                                             Certains vont être payes,durant leur formation, c est mon cas, 110% du smig, d autres, comme christian, n ayant jamais travaillé et à peine agé de 18ans, ou devant avoir 18 ans en novembre, ne toucheront rien....

                                                            Christian le parisien ,je le prendrai en amitié, et avec d autres de Paris, on fera des virées dans Mulhouse pour faire connaisance de cette ville...cinemas, restaurants....je ferai connaissance avec Pierre Diem... blessé aux jambes, à la suite dun accident de travail, ayant voiture peugeot, avec toutes les commandes au volant..ayant eu l illumination de la religion pour tenir le coup...

                                                            de Pierre Randaxe, champion de france, 25 m papillon,je crois, maître nageur, à la piscine , qui m apprendra à nager, moi, le Nicois, un comble...d alain Boit... et avec qui je ferai connaisssance de ma future femme....de tous ces gens:professeurs,employes,femmes de menages, personnel de reclassement qui n ont qu un but: vous redonner une seconde chance, faire que votre sejour se passe le mieux du monde, car les obstacles vont être nombreux... à commencer par la langue, le dialecte..

                                                           Et puis on entre pas dans l intimite des Alsaciens comme cela.. ils sont mefiants, distants.. leur Histoire parle pour eux... envahis plusieurs fois, opprimes,deportes,humiliés, nous les gens de " l interieur" nous sommes des "walches"...

                                                          .J apprendrai leur histoire,et puis même si on croit à l unite de l alsace, celle ecrite dans les livres, je verrai bien qu il existe une sorte d antagonisme entre le Nord de l Alsace(celle de mon grand père) et le Sud de l alsace....les uns se considérant un peu superieur aux autres....même le dialecte selon les lieux est different, et un habitant du sud de l Alsace ne riera pas forcement aux jeux de mots d' un Strabourgeois, d un habitant d'Obernai, d un Savernois, d' un habitant de Wissembourg ou du kochesberg....

                                                            Les habitudes même sont differentes: les magasins sont fermes le dimanche même certaines patisseries, à plus forte raison les boulangeries , les bouchers.. un comble pour un Nicois,pour qui les commerces ferment le lundi...Je vais decouvrir que la Religion ou l appartenance à l eglise reformée, a formaté des industriels qui ont faconné une ville comme Mulhouse, une sorte de paternalisme bon enfant a laisse des traces...Comme aussi ,le 26 decembre, jour payé en alsace,celle de la saint Etienne et celui du Vendredi saint...Des cotisations supérieures d un point au regime de l intérieur ,mais des meilleurs remboursements de pharmacie...des associations diverses et variées où un fort benevolat perdure... 

                                                            La proximite de la Suisse, son histoire commune, son statut d avant la Revolution, les conditions et moyens de son rattachement feront d elle une sorte de Manchester francais au 19e siecle, des lois sociales en sortiront, tout ce caractere independant, en fera un peuple fier, et un peu hautain....

                                                           Ces industriels mulhousiens,ou de la peripherie,Koechlin,Sheurer Kkeustner,Mieg,laisseront des traces car ils defendont un homme illustre, Dreyfus,natif de Mulhouse, juif humilié, accusé à tort,. Ce drame va diviser la France..  et les familles.

                                                            La grande muette, l armée, ne sortira pas grandie de cela, ni la Justice, ou ce qu elle pretend être....et puis j apprendrai plus tard qu un de mes ancêtres aura pris la defense de celui-ci ,Dreyfus,aura connu le President du senat :Sheurer-keustner,enterré à Thann... 

                                                            Bizarre la vie et son raccourci au travers des generations..!.

                                                            Rien de nouveau sous le soleil, on dirait, l affaire Outreau, nous demontre plus d un siecle plus tard, que le corporatisme,le refus de se remettre en cause,que le carrierisme et la lachete font bon compte des vies brisées...Mais revenons, apres cette disgression, à ces 1ers jours alsaciensde 1973..

                                                          Une sorte d intuition,a fait que mes economies, de mon travail du côté de Briancon , va me servir...

                                                          Bien entendu,debarqué, à Mulhouse,avec des polos d été et des chemisettes, même en septembre,cela ne dure qu un temps et je devrai 3 semaines plus tard,arpenter la rue du Sauvage, la rue Henriette pour choisir un costume ,des puls,pantalons, chaussures,linge de corps,pour suppler au froid qui approche, un froid humide... un poste radio cassettes pour meubler mon espace son et troubler un peu ma solitude du soir...

                                                         Car pour ce qui est du salaire, la formalité prendra 2 mois et les 1350 mensuels,seront les bienvenus debut novembre 73..donc,j ouvrirai même un compte sur une banque Alsacienne,la Sogenal,rue Fénelon. et puis,je ne suis pas egoîste,alors mes "ecus" servent aussi à depanner christian, qui lui, ne touchera rien ou tres peu....

                                                        Mon premier hiver,je le decouvrirai dans la Vallée de Masevaux,dont je tomberai amoureux. plus tard.....En effet, un congres international,en decembre 73, fait que mme Mutterer a demandé aux occupants de la Tour, d aller dormir ailleurs, à Rimbach, dans une sorte de colos,pour quelques nuits... Ce sera une route blanche,congeres sur cotés et travaux de voieries qui accompagnera notre deplacement... en bus et retour le matin...pour les cours.

                                                       Une vallée du bout du monde, avec des routes defoncées, des facades tristes,mais sauvage,agreste, avec ses monts encapuchonnés de neige, ses sapins fiers et blancs...et puis alain Boit..., frequentant sa dulcinée,loue des skis,cet hiver là,dans la rue principale de Masevaux...

                                                       En fevrier 74, on louera même des habits pour Carnaval à Mulhouse, et habillés en cosaques,pantalons rouge,tunique rouge et toque noire, on ira danser dans une salle au sol glissant,du coté de Wegsheid ..un village pres de Masevaux.                                                  

                                                        Les cours,en dehors des matieres habituelles,maths et francais, ce sera l apprentissage de la comptabilite, de la dactylo mecanographique, l ancetre de nos machines d aujourd hui..la correspondance, le classement,le sport même.

                                                      Les profs :Muller,Piot,Bastide,Martinez,chacun dans leurs matieres sont exigeants....des affinites selon les choses, nos passés, nos désirs,se font ,défont....les cours ont lieu du lundi au vendredi,le samedi et dimanche etant  libres,. la 1ere année est plutot roue libre selon chacun , car l on sait qu une periode d adaptation  est necessaire, et que des matières vues en 1ere année, reviendront en 2e, plus perfectionnées....

                                                       Pour moi, la piscine,la 1ere année,sera ma compagne,apres les cours a 17h,me donnera de l appetit,le soir. Noel 73,sera un noêl triste et solitaire, dans une chambre, mes camarades et christian ayant rejoint leurs familles.... 

                                                      Viendra le printemps 1974 et les conges de printemps... où pour combattre cette solitude de Noel 73,que je ne veux pas revivre, je decide d aller à Paris,pour decouvrir la capitale. J en previens Mr Barbier et sa femme,qui sont enchantes de me reserver l hotel et de s occuper des formalites d hébergemen,pas loin de chez eux.

                                                       J ai pris mon billet ou petit carton de retour et c est alain Boit... qui m amenera à l aller,en me laissant rue de Dunkerque, face au sacre coeur....L immeuble est ancien,sans ascenseur, la cage d escalier noire, le logement de mme et mr Barbier,sous les toits,avec vues sur les...toits, cela s invente pas..wc à l etage..C est ce qui expliquait le sejour de mr Barbier, une fois l'an à Briancon,payée par la securité sociale, car cul- jatte, dans sa petite chaise le temps est long...., faute de pouvoir sortir, toute l année ,de ce logement..Je fus accueilli, comme un prince....

                                                        Il m avait reservé à l hotel le Regent, face au Sacré Coeur,etabli un programme pour 7 jours: Notre Dame, les Invalides,Arc de triomphe,Louvre,Vincennes,Montmartre, et chaque fois avec le tracé,la ligne appropriée pour le metro.......

                                                          Je fis tout le programme et même plus: bateau sur la Seine,où une guide nous montra la maison sur les quais de "mister President pompidou,fatigué"...(.8 jours apres mon retour à mulhouse on apprendra son deces, le soir , pendant la projection d'un film....)

                                                         Je voulus aller au Moulin Rouge mais sans cravate, le chasseur m y interdit l entrée.....alors la dépense s orienta différemment, en souvenirs,en restaurant divers...je me fis faire même un portrait au fusain, place du Tertre, que j ai encore accroché au salon....visage romantique s il en est.....j ai dû mal à me reconnaitre aujourd'hui et je me dis que" j etais pas mal et même Bayou, dit "oui,tu etais comme cela quand je t ai rencontré..!  Que le temps passe et laisse des traces...! une foison de photos ,de ceremonies, de prises d armes dans la cour des Invalides,illustrent,rangées dans un album souvenir,cette periode.

                                                      Le soir, je mangeai chez mme et mr Barbier, cela se  fit au moins 3 ou 4 fois en 7 jours,le dernier jour, un dimanche , avant mon depart ce fut jeu de cartes avec eux; bien entendu, le matin , où je voulus payer mon sejour, on m apprit que tout avait été reglé par mes hôtes.... je protestai chez eux , mais leur argument était que "lorsque j etais à Briancon,je n avais pas compté ma peine et mon temps pour m occuper de lui....."ainsi je decouvrai qu il y avait des gens qui avaient un sens de la fidelité et de la gratitude,choses peu communes dans notre société,je l apprendrai au fil des années sur cette terre d'Alsace....

                                                      Malheureusement ,les circontsances de la vie firent que je devais plus les revoir, même si ,apres m être marié,aux Noels, je recevai, des disques d opéras de leurs part.. Un jour j appris le deces du Monsieur par sa femme, et ensuite, beaucoup plus tard,celui de la Dame ,quand je me deplacai ,et devant le silence de la Dame, à mon courrier, sa disparition , par la concierge de l immeuble du 59 rue de Dunkerque.....

                                                      L ete 1974, allait être celui de la rencontre,lors d'une kilbe (fete de village) à Lauw,de ma future femme ,car alain Boit..frequentai une fille de la vallée de Masevaux ,qui avait elle même une soeur ,qui avait une copine avec qui elle s entendait bien.. et sortirent ce soir là ensemble..

                                                      Ce fut le coup de foudre,je la revois avec ses cheveux longs et blonds descendants jusqu aux reins, habits tailles impeccables, et faits par elle même.....une correspondance s instaura, sur papier bleu,enjolivé,nos sentiments s epenchèrent , plus moi qu elle au debut....

                                                       La maman qui recevait le courrier,le matin , s intrigua ,demanda des explications à sa fille,et une rencontre, un soir se fit,apres une seance de cinéma,sur Mulhouse....l attitude de la Maman fut un peu teinté de mefiance, car non alsacien,ne parlant pas le dialecte,cela posait un complexe pour elle.....

                                                        Je fis connaissance avec une de ses soeurs, qui habitait pres du centre,et ainsi une relation regulière s engagea, puisque l ami alain Boit.... m 'emmena souvent dans la vallée de Masevaux.. 

                                                         Le mois d Août 74 arriva et les vacances aussi,et je decidai de descendre à Nice,pour y chercher des nouvelles de mon père,car "Bayou",monitrice de colo, à Houppach, pendant ses  conges, ne pouvait venir,une separation d un mois s imposa..

                                                         Ce qui va suivre, fut assez difficile à vivre,au debut.....

                                                         Ainsi, un matin d aout 74,je descends du train de Mulhouse,en gare de Nice.je prends la direction du foyer,à qui j ai annonce ma venue. On me donne, une chambre neuve dans le nouveau batiment, j y pose mes affaires,et quelques souvenirs de mon sejour à Paris du printemps dernier, car j ai dû debarrasser, ma chambre du Centre avant mon depart de Mulhouse.Je rencontre Bruno, qui est content de me revoir, il me demande,si j ai l intention d aller voir mon père, je lui dis que tel est mon desir, le lendemain ,mais pour l instant je vais me reposer,et reprendre mes repères.Je passe une nuit assez bonne.

                                                        Je retrouve facilement ,le lendemain,les rues et les facades qui menent au 23 rue Alphonse Karr. je rentre,dans le hall,prends l ascenseur d acajou,qui s arrête,enface de l appartement,et je sonne; point de reponse, j insiste,point de reponse. Je redescends. L idée me vient de demander à la laverie,des renseignements. La dame me reconnaît. " mais,mon petit,votre père n est plus là, l appartement a ete vendu....." tout se bouscule dans ma tête; je bafouille " ça alors ! et mon pere,où est il? travaille t il toujours au westend?" la dame n en sait rien; je me rends à l hotel en question pour y apprendre qu il n y travaille plus.....

                                                         je remonte,completement effrondre, au foyer,ne sachant que faire....Bruno me conseille de regarder dans l annuaire,mes homonymes. ce que je fais; les noms apparaissants dans l annuaires correspondent à ceux de l est de Nice,quartiers dont je ne crois pas,que mon père y est elu domicile...mais enfin, sans grande conviction, je m y rends, en debut d apres midi et apres avoir tiré sonnette, à 3 homonymes,sans resultat, me voici aupres de 2 tours immenses, dont l une indique un homonyme, le dernier de ma liste......

                                                           Je sonne, jentends des chiens aboyer,je me dis " c est pas ça,je m apprête à repartir, la porte s' ouvre......."oh mon dieu,c est mon pere, pas rasé, pieds nus,avec derriere lui, un gros chien touffu, blanc"... "ha, c est toi, rentre". J hesite un peu. Je penetre dans un appartement, qui donne sur la voie de chemin de fer, on y entend le trafic de la gare du nord....il m offre un fauteuil de cuir,je ne retrouve pas les meubles de la rue alphonse Karr....un silence, s'installe suivi peu après  d'un " j ai du vendre l appartement, Vevette (Henriette,ma mère) m a repris, elle travaille , ce sont ces chiens, j ai ma chambre au fond du couloir à coté, ta mère  a la sienne ici,à  coté , et il y a une autre chambre pour Monique.. si tu veux ,tu peux l attendre, elle rentre apres 19h".

                                                          J essaie d en savoir plus, mais il a l air embarrassé,comme un enfant pris en faute....je lui indique que je suis en conge apres une année de formation sur Mulhouse.....que je loge au foyer depuis hier soir.....que je l ai cherche ,pendant quelques heures,apres avoir appris qu il ne travaillait plus et n habitait plus rue Alphonse Karr.... silence... Il me presente les chiens "chouchou, c est un bobtail ou chien des pyrennes, et elle, c est Bijou un griffon italien" et puis tu vas avoir une surprise.....Vevette conduit.....les chiens vont reconnaître le moteur,quand elle va arriver, en bas de l immeuble..." " Tu sais j ai pas vendu l appartement  23 millions , seul, c est Vevette qui avait les papiers, que tu avais cherche l année derniere, à ma demande. Je l ai vendu à un percepteur, je lui avais promis, et tu sais une parole, cela se tient , j y ai meme laissé les meubles comme le buffet Henri II , le bureau Empire,toutes choses difficile à demenager...." Ta grand mère avait le Fonds National de Solidarité,, et les frais d hopital, les charges de cet appartement, je me sentais pas d assumer, trop de soucis.."  Beaucoup de choses en même temps.  Apres quelques 1 heure et demi ,passée assez vite, en effet les chiens se bousculent,sur le balcon, je m y penche pour apercevoir,une voiture rouge dont je ne connais pas le modèle; j apprendrai plus tard que c est une Fiat 127.

                                                        

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2005 1 07 /11 /novembre /2005 00:00
                                    Dans mon precedent article, je relatais l episode tendresse d un petit fils a son grand pere.....

                                   A quelques jours de la, nous venions d arriver a Nice , par le train de mulhouse...c etait aout 1978. 

                                   Dans ce meme train, je tombai sur une revue oubliée de selection de reader digest et la vie de JEAN XXIII....que je lis, une partie de la nuit. 

                                   Arrive la gare de Nice à 9h du matin, où ma mère nous accueille, et sans dire à peine bonjour dit" le pape est mort!"
 Ajoutant :" ton pere est a hopital, ou plutot en maison de convalescence a tende nous irons le voir dimanche...."..

                                   Ce dimanche là, nous montons à Tende, pour voir mon pere et aussi au programme de cette journée est la visite de la Vallée des Merveilles, avec pique nique , avec philippe , sa femme, le "petit", la belle mere de philippe, ma mere, les 2 chiens, ma femme et moi.....nous quatre, avec la fiat 127 rouge, les autres avec la voiture de philippe. 

                                  Nous passons à la maison de repos pour voir le père, et lui demander s il se sent de venir manger avec nous...fatigué, deprimé,il decline l offre, nous restons un peu avec lui et partons.....sur la route de la vallée la pente est escarpée.

                                  Soudain surgit en face de la voiture fiat 127 rouge, un camion edf, qui surgit a toute vitesse........ma mère freine a mort, la route est etroite, redemarrer en cote s avere dangereux  et sur coté, car un gros rocher empeche la manooeuvre, ma mere fait une marche arriere de telle sorte de se mettre sur bas cote gauche, pour laisser passage au camion edf.....

                                  Malheur à nous: soudain la voiture bascule..(a la radio, je m en souviens comme si c etai t hier: il y avait la messe d enterrement de paul VI...).
 
                                 Et je vois la voiture glisser de branche en branche sur les noisettiers et autres arbres, les secondes sont longues...

                                Je suis a l arrière , les chiens me servent de tampons contre la portiere... 

                                Soudain la voiture s immobilise,  il sort du capot de la fumée, nous faisons tout pour sortir par l avant  , le pare brise, car les portieres sont bloquées, les chiens sont les premiers dehors, ensuite nous....
je ne sais en combien de teps nous avons fait pour sortir....

                                Enfin nous contemplons le désastre et notre chance: la voiture  s est calee contre un tronc d arbre en V, le seul arbre du coin, plus bas ce sont des rochers. 

                                Le moment de stupeur passé, nous remontons a quatre pattes sur la route, ..80 metres a franchir, nous le saurons plus tard...

                                Des gens ont vu notre voiture devaler la pente , ont prevenu les secours....l helicoptere est deja au dessus ..

                                Entre temps une personne s est arretée, prend en charge maman choquée,il s avere etre un chiropracteur, assure qq manip puis s en va...

                                Les gendarmes arrivent..demandent si c est nous les victimes et si il y a personne d autres..(nous saurons plus tard que les "sacs a viandes", comme ils disent etaient deja demandés. 

                                Devant notre affirmative ,s etonnent ,mais neanmoins, apres avoir dit ou nous allions et quoi faire, vont dans le precipice chercher ds le coffre de la voiture, la valise frigo du pique nique.....
                               Ils n en reviennent pas de notre chance...

                               Moi, à la demande de ma mère je file sur la route, a la rencontre de mon frére qui doit s impatienter, soudain  je le vois venir, je l arrête..

                              Passé le moment de stupeur, il rejoint ma mere , les chiens et ma femme....enfin nous trouvons un coin pour pic nic.....le souvenir qui m en reste c est le bleme de leurs visages et le peu de faim qu ils avaient et la reflexion de ma mère" "allons , mangez, c est nous qui avons eu peur, pas vous"....le poulet froid ne passait pas dans leur bouche....

                               Ce n est que heures après que nous avons mesuré  ce  a quoi nous avons echappes....
                               Fin d apres midi  le frere ramene sa femme , son fils et belle mere au train, et nous rentrons à Nice avec sa voiture.......

                               Le lendemain avec garagiste nous helitreuillions la voiture, pour la ramener  sur route et qu elle ne soit pas l objet de pillage... nous avons fait meme des photos...le bas cote de la route, cause  de notre accident, n etait pas stabilisé, et pas signalé. 

                               Ce sont les motifs de la declaration qui a ete faite, mon frere s' est occupé des formalites (gendarmerie, assurance et meme journal de Nice Matin pour que n' apparaisse pas la relation d accident,) de telle sorte que mon pere ne le saches pas, lui qui avait l habitude de le lire en entier....ce qui fut  fait...

                               De ce jour, j ai cru fermement que si j avais echapé a une mort  logique , du fait de la topographie du site, c etait que ma vie devait etre orientée differemment  et plus positive et servir à quelqueq chose.....!




Partager cet article

Repost0